Le pétrole a terminé en baisse pour la quatrième séance consécutive lundi à New York, cédant à des inquiétudes renouvelées sur la surabondance de l’offre alors que le dollar reste à un niveau élevé, selon le site ‘prixdubaril.com’.

Le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en août a perdu 74 cents à 50,15 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après plusieurs brèves incursions sous le seuil des 50 dollars, sous lequel il n’a plus terminé depuis le 2 avril.

Le marché est à la recherche d’un niveau plancher, a résumé Gene McGillian, chez Tradition Energy.Le niveau de clôture le plus bas de l’année pour le WTI remonte au 17 mars, à 43,46 dollars.

Selon M. McGillian, avec le dollar qui monte, le marché est en train de chercher le prix qui permette de prendre en compte l’idée qu’on pourrait avoir du pétrole supplémentaire sur le marché dans les mois qui viennent, à la suite de la levée attendue des sanctions économiques visant l’Iran.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une résolution ouvrant la voie à la levée des sanctions internationales contre l’Iran, suite à l’accord que la République islamique a conclu la semaine dernière avec les grandes puissances sur son programme nucléaire.

En outre le pétrole, comme toutes les matières premières, souffrait du dollar fort, la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, ayant redit la semaine dernière son intention de rehausser les taux directeurs dès cette année.

Une hausse du dollar pénalise en effet les acheteurs munis d’autres devises en rendant les achats de brut, libellés en dollars, moins attractifs car plus onéreux.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.