Le crime était horrible. Le 3 avril 2015,  une femme d’une cinquantaine d’années a tué sa collègue avant de la démembrer et placer les restes humains près d’une voie ferrée.

Le 7 juillet 2015, le verdict est finalement tombé pour rendre justice à la famille de la victime et punir la meurtrière.

Selon Al Akhbar, la Cour d’appel de Tanger a condamné la femme à la peine capitale pour ce crime horrible. En plus, la meurtrière devra verser 200 000 dirhams d’amende.

Pour rappel, l’auteure de ce crime odieux avait été dénoncée par sa sœur à qui elle s’était confiée après son forfait.

La criminelle, mère d’une fille, avait réparti le corps de sa victime dans plusieurs sacs en plastique. Alertés par les voisins qui ont vu des chiens s’acharner sur des restes humains, la police une fois sur les lieux, va faire « la découverte macabre » près de Oued El Kherb, non loin de la RN2 entre Tanger et Tétouan.

+A qui profite le crime?+

Avant l’assassinat, les deux femmes se connaissaient bien et travaillaient ensemble dans une usine de recyclage des déchets plastiques, mais le véritable mobile du crime reste inconnu. Jalousie, haine ou question d’argent…personne n’a pu percer l’énigme car la meurtrière observe un silence de mort.

D’après les détails de l’enquête, la femme avait asséné plusieurs coups de bâton à sa victime avant de procéder au démembrement.

Au Maroc, la peine de mort est encore prononcée mais le pays ne pratique plus  l’exécution depuis l’affaire du commissaire Tabit au début des années 90.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.