Un tribunal de Naples a condamné, mercredi, à une peine de trois ans de prison ferme l’ancien Président du conseil italien, Silvio Berlusconi, accusé de corruption d’un sénateur.

Le parquet avait requis en juin dernier une peine de cinq ans à l’encontre de l’ancien Premier ministre italien. L’affaire remonte aux élections législatives de 2006, remportées de justesse par la coalition de gauche dirigée par Romano Prodi, qui ne disposait que d’une très faible majorité au Sénat.

Quelques mois à peine après ces élections, Sergio De Gregorio, sénateur élu dans un des partis de la coalition de M. Prodi, avait quitté son camp, passant chez Silvio Berlusconi.

Cette décision avait rendu encore plus fragile la majorité gouvernementale, et accéléré la chute du gouvernement de gauche, qui avait démissionné en 2008.

Selon des sources judiciaires, citées par des médias italiens, Berlusconi avait versé trois millions d’euros, dont deux en espèces, pour corrompre le sénateur comme celui-ci l’avait reconnu lui-même devant des magistrats.

L’ancien président du Conseil, âgé de 78 ans, a toujours la possibilité de faire appel après cette nouvelle condamnation.

Berlusconi, trois fois Président du conseil, avait été condamné en 2013 à quatre ans de prison pour fraude fiscale, mais sa peine avait ensuite été ramenée à un an. Il avait alors presté dix mois et demi de travaux d’intérêt généraux dans un centre social spécialisé dans l’accueil de personnes âgées à Milan entre mai 2014 et mars 2015.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.