Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid a dévoilé l’existence « d’orientations » aux juges d’instruction afin de faire le distinguo entre l’espace public et l’espace privé, et surtout la manière d’appréhender certaines affaires comme le « non-respect Ramadan », « la sexualité hors mariage », ou « l’apostasie » .    
Lors d’un débat autour du nouveau projet du code pénal au Maroc, Ramid affirme que:  « Rien n’empêche des relations sexuelles hors mariage si cela se passe dans un cadre strictement privé. » Il a ajouté que si ce genre de choses peuvent avoir lieu loin des regards : » Celui qui reste discret Allah le protègera mais celui qui ‘exhibe en public sera puni par la loi ».
Ramid a averti son audience à cette occasion, que celui qui se fera prendre en flagrant délit, « la loi sera appliquée » à la lettre et sans exception.
Même logique concernant « le non-respect du Ramadan » . Le ministre islamiste explique que le jeûne est une question personnelle: « C’est une affaire entre Dieu et son serviteur…si quelqu’un se cache (discret) , pourquoi allons-nous l’approcher…c’est entre lui et son Dieu…De quoi je me mêle ? »
Mais quand il s’agit de l’espace public, la loi est de rigueur afin d’éviter la Fitna (le désordre)… sinon la loi n’aura plus aucune raison d’exister, » a-t-il dit, selon le journal Akhbar Al Yaoum.
Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.