Au Maroc, le chant des sirènes daechistes a malheureusement trouvé ses adeptes et ses fous. Et pour cause, lundi soir à Fès, un jeune homme habillé « en tenue féminine » blanche, a fait l’objet d’un lynchage par des ‘chemakria’ (des désœuvrés) car ils lui reprochent son « homosexualité ».

Cette scène Kafkaïenne s’est déroulée le soir du 12 jour sacré du Ramadan en face de la police qui n’a pas bougé le petit doigt jusqu’à ce que la plèbe ait bien tabassé le malheureux jeune et l’ait gravement blessé à la tête.

Selon le site d’information ‘Goud.ma’, ce jeune marocain, dont le nom n’a pas été révélé, a été par la suite transporté à l’hôpital pour recevoir les premiers soins. Les agresseurs, eux n’ont pas été inquiétés.

Au final, une foule oisive ‘s’est bien défoulée’ sans qu’un musulman courageux fasse l’effort de s’interposer et mettre fin aux sévices subis par ce jeune « homosexuel » .

Jadis, Fès était la ville lumière de la culture universelle et de la tolérance, elle est devenue aujourd’hui: une cité du Salafisme et des drapeaux noirs de l’Islam radical venu d’ailleurs.

Cet incident intervient à une dizaine de jours de l’affaire des deux jeunes dames d’Inezgane et qui ont failli être lynchées elles aussi, car leur crime: elles portaient « des jupes » qui ne plaisaient pas aux marchands du Souk où elles allaient faire leurs emplettes. Au lieu d’intercepter les agresseurs, ce sont les deux dames qui se sont retrouvées au commissariat et poursuivies en justice pour « atteinte aux moeurs… ».

« Où va le Maroc, » s’est demandée une internaute, il y a quelque temps. Et c’est la même question que tout le monde se pose en ce moment!

image

 

Abdellah Taia est écrivain marocain qui réside à Paris  
Article19.ma 

1 COMMENTAIRE

  1. Devant un policier qui lui a sauvé la vie en tenant en joue l’armada (où plutôt la meute ) déchainée.

    Il faut éviter de saper le moral de nos flics surtout en ces moments troubles…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.