Vers la fin de l’année dernière, les États-Unis ont négocié un accord diplomatique entre Israël et le Maroc. Cet accord ressemblait à d’autres que les États-Unis avaient aidé à négocier entre Israël et les pays du Moyen-Orient, et dans chaque cas l’objectif était le même: la paix dans une région instable et l’espoir d’un échange commercial et culturel.

Dans le cadre de l’accord entre Israël et le Maroc, le président Donald Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur la région connue sous le nom de Sahara occidental. Le Maroc a une longue relation avec le Sahara Occidental, il administre la région depuis 1974. La reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine vise à ramener la paix dans la région – une souveraineté qui a été contestée depuis des décennies par un groupe séparatiste connu sous le nom de Polisario.

J’ai un lien personnel avec cette question: pendant sept ans, à la demande du Polisario, j’ai facilité l’acheminement par voie maritime de conteneurs de nourriture et de conteneurs d’aide médicale vers les camps de Tindouf gérés par le Polisario. Ces camps situés en Algérie sont peuplés de Sahraouis de souche, qui revendiquent le Sahara Occidental comme leur pays.

Mon expérience dans la gestion de cette assistance m’a convaincu que le Polisario fait très peu pour aider les Sahraouis dans les camps et que le meilleur espoir pour les populations de cette région est que le Sahara occidental soit sous administration marocaine.

+ “Le rôle du Polisario et des généraux algériens dans le détournement des conteneurs d’aide vers le marché noir” +

Le Polisario contrôle toute l’aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf. Une grande partie de l’aide que j’envoie sous forme de fauteuils roulants, de fournitures médicales et de nourriture n’atteint jamais les camps de Tindouf, encore moins les personnes qui y vivent. En 2015, l’Office européen de lutte antifraude a publié un rapport sur le Sahara occidental. Il a révélé le rôle du Polisario et des généraux algériens dans le détournement des conteneurs d’aide vers le marché noir à chaque fois du port d’Oran vers les camps.

J’ai envoyé une aide qui n’a jamais atteint les personnes qu’elle était censée aider, un problème que le Programme alimentaire mondial et l’aide humanitaire de l’Union européenne ont également rencontré. Finalement, mon organisation a cessé d’envoyer l’aide aux camps gérés par le Polisario. Pire encore, nous avons remarqué que les dirigeants du Polisario prospéraient et vivaient somptueusement tandis que les Sahraouis des camps souffraient.

Malheureusement, j’avais déjà vu cela: de 1971 à 1989, j’ai aidé ceux qui vivaient sous le pouvoir de dirigeants communistes en Europe de l’Est et en Russie. De même, nous avons essayé de leur fournir une assistance, de la nourriture et des denrées indispensables. Et encore une fois, j’ai remarqué que les dirigeants avaient des voitures, des maisons accueillantes et de la nourriture pour leurs familles – alors que vivaient dans la pauvreté toute la population pour laquelle ils « se battaient ».

+ “ Le Polisario mène une guerre de propagande massive parmi certains organes de presse et membres du Congrès” +

Le Polisario a convaincu le monde qu’il parle au nom des réfugiés sahraouis et qu’il a à cœur leurs intérêts. Et pourtant, son bilan est épouvantable. En plus de détourner l’aide destinée aux Sahraouis, le Polisario a rompu un cessez-le-feu de longue date l’automne dernier et a utilisé la population sahraouie pour occuper cette zone tampon des Nations Unies. C’est inadmissible et cela s’ajoute à un nombre croissant de preuves des méfaits du Polisario dans ce conflit.

Le Polisario mène une guerre de propagande massive parmi certains organes de presse et membres du Congrès. Sa direction a réussi à en convaincre beaucoup qu’il est le représentant dévoué des Sahraouis. Ainsi, des politiciens américains ont ouvertement remis en question le récent accord du Maroc et la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Pour le Polisario, garder cette région en conflit est une bonne politique – cela signifie des décennies de conflits et de controverses, qui maintiendront les Sahraouis dans l’incertitude pendant que le Polisario prospère.

Les États-Unis devraient être salués pour leur décision l’année dernière de s’opposer au Polisario et de soutenir le gouvernement marocain. Le Maroc a investi des milliards de dollars au Sahara occidental et transformé le désert autrefois de nomades en villes prospères. J’ai parlé avec des Sahraouis qui vivent au Sahara Occidental, qui m’ont décrit la liberté et la prospérité qu’ils connaissent en vivant dans la région. C’est une grande différence avec les camps gérés par le Polisario – où la personne ordinaire souffre sous le pouvoir de dirigeants qui n’ont pas à cœur leurs intérêts.

Pendant trop longtemps, le Polisario a retenu les populations dans les camps. Les conditions austères dans les camps de Tindouf devraient nous renseigner sur tout ce que nous devons savoir sur le leadership du Polisario. Il n’y a aucune raison pour que les États-Unis croient qu’ils serviraient bien les populations du Sahara occidental.

J’exhorte les politiciens américains qui remettent en question l’accord israélo-marocain à regarder de bien près les personnes qui expriment de telles revendications.

*Tribune publiée sur le site américain Tulsa World.

Nancy Huff est présidente et fondatrice de Teach the Children International, une organisation américaine à but non lucratif, basée à Tulsa (Oklahoma), qui vient en aide aux enfants en situation de vulnérabilité aux États-Unis et à l’étranger et apporte une aide aux communautés de réfugiés à travers le monde.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.