L’état de santé de l’icône du Hirak d’Al Hoceima, Nasser Zefzafi, qui purge une peine de 20 ans de prison, inquiète ses proches et des défenseurs des droits de l’homme, suite à son transfert d’urgence à l’hôpital après avoir perdu connaissance alors qu’il observait avec d’autres détenus une grève de la faim.

Pour rappel, la délégation générale à l’administration des établissements pénitentiaires et à la réinsertion (DGAPR) a indiqué récemment que Nasser Zefzafi et Mohamed Jelloul, deux des détenus du Hirak d’Al Hoceima, ont informé vendredi dernier la direction de la prison locale de Tanger 2 de leur décision d’observer une grève de la faim « sans aucune justification ».
Selon la DGAPR, les deux détenus avaient également fait savoir qu’ils ne reviendraient pas sur leur décision d’observer une grève illimitée de la faim et qu’ils refusent tout dialogue avec « les responsables, y compris de la direction de l’établissement, de l’administration régionale ou centrale ou toute autre autorité”.

Des proches des détenus ont indiqué sur les réseaux sociaux que plusieurs détenus, dont Nasser Zefzafi, ont entamé une grève de la faim après que la DGAPR n’ait pas honoré ses promesses à leur égard, surtout son engagement de les regrouper dans la prison locale de Tanger 2.

+ Nos enfants ne sont pas des séparatistes… +

Selon le site arabophone Hespress.com, Mohamed Hakki (prison de Larache), Samir Ighid et Zakaria Adahchour (prison de Barkan), et Nabil Ahmjik (prison d’Oujda), ont rejoint le mouvement de la grève de la faim lancé par Zefzafi et Jelloul à la prison de Tanger.

Le père de Nasser Zefzafi a indiqué que deux avocates du barreau de Casablanca ont été à l’origine du maintien en vie de son fils qui était en grève de la faim lorsqu’elles lui ont rendu visite mercredi en prison, a ajouté la même source.

Selon lui, lorsque un des gardiens est allé chercher Nasser Zefzafi il a trouvé ce dernier « inconscient face au sol et saignant du nez depuis une heure et vingt minutes dans les toilettes de la prison sans que personne ne l’ait remarqué ».

Il a ajouté que son fils « souffre d’une forte baisse de glycémie tombée à 0,5, avec un jaunissement sévère au niveau du visage, une blancheur au niveau des lèvres et une forte perte de poids ».

De son côté, la mère de Nasser Zefzafi a indiqué que son fils souffre en silence.

« Je veux qu’il soit libéré de la prison, je ne veux pas mourir pendant que sa liberté est restreinte », a-t-elle ajouté affirmant: « mon fils saigne et je ne me tairais pas sur cette situation, je défendrai Nasser jusqu’à ce qu’il sorte de prison… Nos enfants ne sont pas des séparatistes, nous aimons notre pays et nous n’irons nulle part ailleurs », selon la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.