L’année 2020 a été une période étrange pour connaître le Maroc, c’est ce que me rappelleront toujours mon journal et mes photos, souligne l’auteur d’un article publié par le site anglophone « Morocco World News », un touriste resté bloqué dans le royaume pendant le confinement au début de la pandémie de Covid-19.

[adrotate group="2"]

Le 18 janvier, j’ai regardé de l’autre côté du détroit de Gibraltar, posant mes yeux sur la côte lointaine mais pas si éloignée du Maroc. Le 19 janvier, impulsivement, je suis monté à bord d’un des nombreux ferries partant pour Tanger. Je suis arrivé en ville tard dans la nuit.

Mon intention était de rester une semaine ou deux, mais – – c’est une expérience familière pour les nombreuses personnes voyageant à travers le Maroc – – deux mois s’étaient écoulés depuis mon arrivée. J’ai passé le temps à faire du bénévolat dans une auberge chaleureuse nichée non loin de la place R’cif, adjacente à la médina de Fès.

 

C’était fin mars. Je faisais mes valises, me préparant à rentrer en Europe quand quelqu’un m’a dit que les frontières étaient fermées.

Le confinement a commencé ainsi. J’ai passé mes premiers mois à la Kasbah An-Nouar, et j’ai vu un Maroc différent. La médina de Fès était déserte. Les autoroutes étaient vides. Les gens étaient prudents au début, mais au fil des mois, ils baissèrent leur garde et la vie reprit lentement.

Ces photos témoignent de tout le Maroc, montrant le pays en 2020 sans l’agitation, sans la foule, et sans les touristes.

 

+ Le Maroc, les touristes et le Covid-19 en 2020 +

Selon le Fonds monétaire international, le secteur du tourisme marocain a été le quatrième le plus durement touché au monde. La pandémie a semé le chaos dans le monde entier. Avec de nombreuses frontières fermées indéfiniment, le flux de touristes s’est tari.

 

Le Covid-19 a coûté au secteur touristique marocain 18,3 milliards de dirhams (2 milliards de dollars) à fin juillet 2020, selon la Direction des études et prévisions financières (DEPF). Entre janvier et avril, les arrivées de touristes internationaux ont diminué de 50% par rapport à la même période en 2019. Pour juin, le nombre de nuitées s’est élevé à 68.199, en baisse de 97% par rapport à l’année précédente, selon le rapport DEPF.

 

Cette étude montre que le Maroc risque de perdre 10,5 millions de touristes et plus de 10,8 millions de nuitées en 2020 en raison de la pandémie, et ces photos démontrent clairement l’impact. Les médias officiels marocains ont noté que le pays avait enregistré une baisse de 69% des arrivées de touristes et de 60% des recettes en devises. En tant que telle, la pandémie a supprimé la moitié de tous les emplois marocains dans le secteur du tourisme.

Malgré les défis de 2020, de nombreux observateurs gardent espoir pour l’année à venir, certains y voyant une belle opportunité de transformer le secteur du tourisme marocain. Pendant ce temps, le gouvernement s’est occupé du lancement de diverses initiatives pour aider le secteur à se redresser.

Par Toms Dumpis

Article19.ma

[adrotate banner="330"]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.