Au Maroc, un total de 45 projets a profité d’un soutien de 50 millions de dirhams (MDH) dans le cadre du programme Al Khawarizmi d’appui à la recherche dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA) et ses applications, en vertu de la signature, jeudi à Rabat, de contrats avec les universités et institutions de recherche bénéficiaires.

Ces projets, retenus à l’issue d’un appel à projets de recherche appliquée dans ce domaine, portent sur 16 thématiques, avec 40% des projets dédiés à la thématique de la santé, et s’étalent sur une durée de réalisation de 3 ans.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature de ces contrats, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaid Amzazi s’est félicité de l’aboutissement de cet appel à projets inédit, qui est porté conjointement par deux ministères et auquel un niveau de financement considérable a été alloué.

Revenant sur l’importance de l’IA, M. Amzazi a rappelé qu’il s’agit d’une thématique fondamentale qui est de nature à rapprocher la recherche académique aux besoins industriels. Et de noter que cette une technologie disruptive est désormais en mesure de dominer nos économies, nos sociétés et nos métiers.

Il a souligné à cet égard la nécessité d’identifier les compétences marocaines dans ce domaine et de les accompagner, à travers la formation et la recherche scientifique, dans le but de pouvoir disséminer l’IA dans notre société et augmenter la compétitivité des entreprises, à travers l’adoption de nouvelles technologies.

Pour sa part, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a mis en avant l’intérêt du programme Al Khawarizmi visant l’accompagnement financier des projets dans le domaine de l’IA, faisant valoir que cette initiative ouvre une nouvelle fenêtre pour le développement des technologies dans le Royaume.

« La recherche scientifique et l’innovation sont des vecteurs de développement pour l’industrie et permettent de renforcer la capacité industrielle », a-t-il dit, rappelant qu’une industrie sans intelligence artificielle est une industrie handicapée.

+ Le programme Al Khawarizmi a été initié en mai 2019 +

De son côté, la directrice du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), Jamila El Alami, a indiqué que sur les 251 projets reçus, 45 ont été retenus, après une 1ère phase d’évaluation scientifique et de classement faite par les experts du CNRST, qui a donné suite à une 2ème évaluation sectorielle effectuée par les départements gouvernementaux en charge des secteurs d’application concernés pour l’appréciation des projets, conformément à leurs domaines respectifs.

Ces projets permettront en plus du renforcement de la production scientifique qui est un volet important, compte tenu de son impact sur la visibilité du pays à l’échelle mondiale, la production de livrables tangibles, notamment à traves la création de startups et le dépôt de nouveaux brevets, ce qui aura un impact direct sur le développement économique du pays, a-t-elle ajouté.

S’assignant pour objectifs la promotion et le soutien de projets de recherche dans le domaine de l’IA et ses applications, le programme Al Khawarizmi a été initié en mai 2019 par le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en partenariat avec le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, l’Agence de développement du digital (ADD) et le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST). Un total de 45 projets a profité d’un soutien de 50 millions de dirhams (MDH) dans le cadre du programme Al Khawarizmi d’appui à la recherche dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA) et ses applications, en vertu de la signature, jeudi à Rabat, de contrats avec les universités et institutions de recherche bénéficiaires.

+ Le but de pouvoir disséminer l’IA dans notre société et augmenter la compétitivité des entreprises +

Ces projets, retenus à l’issue d’un appel à projets de recherche appliquée dans ce domaine, portent sur 16 thématiques, avec 40% des projets dédiés à la thématique de la santé, et s’étalent sur une durée de réalisation de 3 ans.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature de ces contrats, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaid Amzazi s’est félicité de l’aboutissement de cet appel à projets inédit, qui est porté conjointement par deux ministères et auquel un niveau de financement considérable a été alloué.

Revenant sur l’importance de l’IA, M. Amzazi a rappelé qu’il s’agit d’une thématique fondamentale qui est de nature à rapprocher la recherche académique aux besoins industriels. Et de noter que cette une technologie disruptive est désormais en mesure de dominer nos économies, nos sociétés et nos métiers.

Il a souligné à cet égard la nécessité d’identifier les compétences marocaines dans ce domaine et de les accompagner, à travers la formation et la recherche scientifique, dans le but de pouvoir disséminer l’IA dans notre société et augmenter la compétitivité des entreprises, à travers l’adoption de nouvelles technologies.

+ Recherche scientifique et Innovation sont des vecteurs de développement +

Pour sa part, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a mis en avant l’intérêt du programme Al Khawarizmi visant l’accompagnement financier des projets dans le domaine de l’IA, faisant valoir que cette initiative ouvre une nouvelle fenêtre pour le développement des technologies dans le Royaume.

« La recherche scientifique et l’innovation sont des vecteurs de développement pour l’industrie et permettent de renforcer la capacité industrielle », a-t-il dit, rappelant qu’une industrie sans intelligence artificielle est une industrie handicapée.

De son côté, la directrice du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), Jamila El Alami, a indiqué que sur les 251 projets reçus, 45 ont été retenus, après une 1ère phase d’évaluation scientifique et de classement faite par les experts du CNRST, qui a donné suite à une 2ème évaluation sectorielle effectuée par les départements gouvernementaux en charge des secteurs d’application concernés pour l’appréciation des projets, conformément à leurs domaines respectifs.

Ces projets permettront en plus du renforcement de la production scientifique qui est un volet important, compte tenu de son impact sur la visibilité du pays à l’échelle mondiale, la production de livrables tangibles, notamment à traves la création de startups et le dépôt de nouveaux brevets, ce qui aura un impact direct sur le développement économique du pays, a-t-elle ajouté.

S’assignant pour objectifs la promotion et le soutien de projets de recherche dans le domaine de l’IA et ses applications, le programme Al Khawarizmi a été initié en mai 2019 par le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en partenariat avec le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, l’Agence de développement du digital (ADD) et le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST). (MAP)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.