Simulacre de procès. Ramadan Messaoud, président de l’Association sahraouie de défense des droits de l’homme, a révélé mardi qu’un tribunal algérien a condamné un jeune Sahraoui des camps de Tindouf du nom de Abdallah Echaj Moulay à 20 ans de prison ferme, « sans aucun fondement juridique ».

Dans une déclaration au site machahid24.com, Messaoud a indiqué que le jeune sahraoui avait « émigré en Espagne à la recherche d’un moyen de subsistance pour aider sa famille, qui vit dans des conditions sociales très difficiles à l’intérieur des camps » avant d’être arrêté à son retour en Algérie pour une « accusation infondée ».

II a ajouté que la justice algérienne a accusé le jeune Sahraoui de « faire entrer illégalement des voitures dans le pays » pour le jeter en prison, après que le tribunal l’ait condamné, jeudi dernier.

La famille du jeune sahraoui, soutenue par l’Association sahraouie de défense des droits de l’homme, a fermement condamné cette « détention arbitraire et ce procès inéquitable », en ce sens que « le procès s’est déroulé sans témoins et sans avocats de défense ».

Le président de l’Association sahraouie de défense des droits de l’homme a estimé que la condamnation du jeune sahraoui à 20 ans à la prison constitue « une peine exagérée ».

Messaoud a relevé que « la direction du Polisario n’est pas intervenue dans cette affaire pour permettre au jeune sahraoui de bénéficier d’un procès équitable et n’a pas dénoncé, non plus, le verdict sévère rendu à son encontre ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.