Au Maroc, la Direction des prisons (DGAPR) affirme que contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias concernant l’état de santé de l’icône de Hirak Rif Nasser Zefzafi, qui purge une peine de 20 ans la prison locale de Tanga 2, ne souffre d’aucune allergie.

Dans un communiqué rendu public samedi, la DGAPR considère que les rumeurs relatives à « l’allergie » de Zefzafi et l’usage de médicaments contre l’asthme et autres produits pour faire face à cette allergie sont « des allégations dénuées de tout fondement ».

Et d’ajouter que « ni le médecin de l’établissement ou l’infirmier de garde n’ont été avisés dans la nuit de jeudi 31 décembre 2020, qu’il souffrait de problèmes respiratoires ou qu’il avait demandé l’utilisation de médicaments anti allergies ».

Par contre la même source signale que Zefzafi s’est présenté au personnel médical de l’établissement, où il a déclaré qu’il «ressentait une douleur au niveau de la gorge et qu’un médicament approprié lui a été prescrit et livré immédiatement ».

Par ailleurs, la direction de l’établissement pénitentiaire dénonce « les parties », sans les citer, qui ont inventé des incidents sans fondement », pour des considérations qui « n’ont rien à voir avec la réalité » à l’intérieur de l’établissement, souligne le communiqué.

Article19.ma

2 Commentaires

  1. Meilleure Année à vous le Journal Article 19 et à vos journalistes ; merci de nous informer. les MRE vous souhaitent une année meilleure que celle écoulée prospérité et réussite
    revenons au Sujet , Voilà une jolie Pub gratuite pour ce Monsieur qui a voulu mettre en Sang le Nord du Maroc , jolie Pub pour ce monsieur qui a fait exactement comme le Polizario à Karkarate
    ces organisations séparatistes à qui vous faites la Pub ils ne méritent la Pub ni complaisance , ce sont des chiens dressés par des maitres ennemis du Maroc

  2. Oui, un non événement auquel on consacre une page Web entière. Du jamais vu! Mais ça nous permet de réagir, en fin de compte.

    Cependant, permettez-moi cher Insatisf…, avec tous mes respects, d’apporter quelques précisions pour éclairer votre lanterne :

    Les quelques troublions d’Imzouren, un PETIT village, dans la banlieue de la PETITE mais belle ville d’Alhoceima (de son vrai nom Al Khozama déformé par le colonialiste espagnole) n’ont ni la stature ni la matière grise pour pouvoir mettre à feu et à sang tout le nord du Maroc. On est donc très loin de tout le Rif et encore plus de tout le Nord (1).

    Ils ont profité d’un événement malheureux pour se comporter exactement, comme vous le dites, en bandits de grands chemins, en voyous et en poltrons parfaits qui fracassaient les têtes des agents de sécurité en leur jetant des briques à partir des toits, tout comme les mercenaires d’au-delà de Zouj Bghal qui, eux aussi en parfaits voyous et saboteurs, s’acharnaient pendant plus de trois semaines à casser une route internationale et en rançonnant les quelques véhicules qui se hasardaient à traverser la frontière.

    Jusqu’ici, j’ai parlé seulement des bandits et des voyous. Il y a pire. Des trafiquants de toutes sortes : Hachich des montagnes environnantes, alcools et marchandises diverses passés en contrebande à partir de la ville de Mélilia occupée. Et alors ! Me diraient les sceptiques ou les intéressés eux-mêmes.

    Simple. Je répondrais que :

    – effectivement, Imzouren était la plaque tournante de tous ces trafics très lucratifs,
    – que l’état marocain a fourni des efforts énormes en barrant les routes à ces trafics pour, d’une part, redresser les torts commis par ces nervis à l’encontre de l’image de marque de notre pays vis-à-vis de nos partenaires européens et, d’autre part, pour protéger notre économie et la santé de nos citoyens contre les alcools de mauvaise facture et les produits d’origines inconnues qui se déversaient en quantités industrielles chez nous à partir de Mélilia occupée (2).
    – Et que les gangs, et c’est ça le clou du spectacle, qui s’activaient dans ces secteurs ont été mécontents d’être privés de leurs revenus harams. Ceux-là mêmes qui, en faux jetons, récitaient, dans leurs marches et leurs rassemblements, des versets du Saint Qor’an et des hadiths de Sidna Mohamed pour tromper la galerie.
    Et ils n’étaient pas seuls ! La pègre et la mafia maroco-hollandaise soutenues par la presse de la haine d’au-delà de Zouj Bghal s’en sont mêlées et se tortillaient de plaisir en versant de l’huile sur le feu.

    Je ne parle pas dans le vide, mais en connaissance de cause, puisque je suis d’une région limitrophe des Béni Ouriaghel.

    (1) Que le Seigneur Allah pardonne à certains de nos journalistes et à certains de nos journaux qui n’ont jamais pris une carte pour s’assurer qu’Imzouren et Al Hoceima sont au Rif ce qu’une goutte d’eau est au lac.

    (2) Tout comme les victimes du qarqoubi qui est déversé chez nous en grande quantité à partir de l’au-delà de Zouj Bghal, notre jeunesse du rif, dans le quadrilatère Al Hocima, Nador, Guercif et Taza, est ravagée par le tinto et la cerveza frelatés de contrebande. Quant aux produits comestibles d’origines inconnues, seul Le Seigneur sait les dangers qu’ils représentent pour la santé des marocains.

    Signé : Mansour Essaïh, amazigh (3), arifi (3) et agzennay (3).

    (3) : Je déteste dire ça parce que je suis, d’abord et avant tout, marocain de Tanger à Lagouira en passant par Laâyoune aïnia et Dakhla fi qalbi. Et que crèvent de jalousie et de haine les ennemis ‘’classiques’’ de notre pays comme ils se nomment eux-mêmes !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.