Les regards sont braqués sur les travaux du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce lundi, et qui seront consacrés à la question du Sahara à la suite de la reconnaissance officielle par les États-Unis d’Amérique de la marocanité des provinces du Sud du Royaume.

Il est “fort probable” que la Grande Bretagne change aussi sa position sur la question du Sahara dans le sillage de la récente position américaine et de soutenir la proposition marocaine d’autonomie, ce qui pourrait constituer un changement « radical » dans ce différend, compte tenu aussi des relations de Londres avec le régime Sud-Africain ud africain qui soutient le Polisario, croit savoir le site arabophone Hespress.com.

Selon l’analyste et expert en relations internationales Abdelfattah El Fatihi, il est tout à fait naturel de s’attendre à des réactions à la position américaine qui reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, position qui devra influer sur les positions de nombreux pays, en particulier ceux de la Grande Bretagne et de l’Afrique du Sud qui sont liées par des relations culturelles, politiques et économiques profondes.

El Fatihi a ajouté, dans une déclaration à Hespress, que le contexte actuel pousse à des interrogations sur la position future sur la question du Sahara des grands pays et de ceux qui entretiennent de fortes relations avec les États-Unis d’Amérique, comme c’est le cas de la Grande-Bretagne et de l’Afrique du Sud.

+ La position britannique penche clairement en faveur de la proposition d’autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine+

Londres a pris note de la position américaine, compte tenu des relations amicales entre le Premier ministre britannique Johnson et le président américain Donald Trump et du rôle central de Londres dans le conflit israélo-palestinien, note la même source.

« Sur le plan officiel, nous n’avons été témoins d’aucune objection Britannique à la position américaine, et son silence pourrait être expliqué comme favorable à la position que les États-Unis ont adoptée. La politique étrangère de Johnson est très proche de la vision de Trump. En ce sens, on peut s’attendre à ce que la position britannique penche clairement en faveur de la proposition marocaine d’autonomie ».

La Grande-Bretagne, sans nul doute, soutiendra l’initiative d’autonomie lors des discussions au sein du Conseil de sécurité sur le Sahara, ce lundi, selon l’analyste, ajoutant que compte tenu de « l’alliance pragmatique de longue date entre la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Afrique du Sud, il est certain que la position de ce dernier évolue et ce pour des raisons d’intérêts politique et économique ».

« L’Afrique du Sud doit prendre conscience que le Maroc doit être un partenaire économique après la création de la zone de libre-échange africaine. Nous avons commencé à remarquer un changement dans la position sud- au lendemain du rejet de sa proposition », a-t-il ajouté.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.