Par Dr. Mohamed Chtatou

Mogador/Essaouira : ville-symbole d’ouverture et de tolérance

Mohammed III a fait revivre la ville de Mogador/Essaouira et a invité les Juifs et les Anglais à y faire du commerce. Les marchands d’Europe arrivent et la ville commence à connaître son âge d’or. Le sultan décide d’en faire le port le plus important du royaume. Il permet à différentes tribus d’habiter la ville et à des consulats d’être établis : Le Danemark d’abord, puis la France, le Brésil et le Portugal. Ce sultan intelligent et tolérant a même accueilli une importante communauté juive, qui a grandement contribué au développement de cette ville.

Mogador/Essaouira devient, ainsi, le premier port marocain à commercer avec le monde non-islamique. En 1767, Mohammed III a signé un traité de paix avec l’Espagne et un accord commercial avec la France. Sous son reigne, le Maroc est devenu le premier pays à reconnaître les États-Unis comme une nation indépendante, en 1777. En 1789, le président George Washington a écrit des lettres au sultan pour lui demander de l’aide afin de permettre aux navires américains de naviguer dans les eaux voisines et le remercier de l’aide qu’il a apportée pour la libération des marins américains capturés à Tripoli.

Mogador/Essaouira est également devenue la destination de caravanes apportant les richesses africaines de Tombouctou.

Les tribus berbères (Haha) et arabes (Chiadma) locales fournissent la main d’œuvre pour la construction de la ville. Des contingents militaires, dont « ’bîd al-Boukhârî » (les soldats esclaves noirs du sultan) et des soldats d’Agadir, y sont stationnés en permanence, ce qui explique l’origine de trois des quartiers résidentiels de la ville : Ahl Agadir, Bani Antar et Bouakhir.

La ville renaît avec le sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah qui laisse construire les fortifications de la Scala et le port et crée un environnement prospère pour le commerce et les échanges. Mogador/Essaouira est devenue un lieu de rencontre de nombreuses cultures ; les Arabes, les Juifs, les Amazighs et près d’un millier d’Européens (Britanniques, Danois, Néerlandais, Français, Allemands, Italiens, Portugais et Espagnols) qui avaient des consulats dans la Kasbah de la médina (la vieille ville).

Mogador/Essaouira a été le plus important port de commerce du Maroc jusqu’au milieu du XIXe siècle. Sous le protectorat français de 1912 à 1956, Casablanca s’est développée au nord et Agadir au sud et de meilleurs ports ont été construits pour les navires modernes.

Mohammed III et George Washington

Mohammed III est monté sur le trône du Maroc vers 1757. Il était l’un des dirigeants marocains les plus éclairés du XVIIIe siècle, il s’est attaché à développer le commerce de son pays avec les autres nations. Ses tentatives pour atténuer le système judiciaire draconien du Maroc ont été moins fructueuses. Dès les années 1770, Sidi Mohammed avait fait des ouvertures amicales aux États-Unis, bien qu’il ait été découragé par l’absence de réponse du Congrès continental. En 1786, cependant, il avait signé un traité de paix et d’amitié avec ce pays.

Sous la présidence de George Washington, le Maroc est devenu le premier pays à reconnaître les États-Unis nouvellement indépendants, lorsque le sultan Sidi Mohammed Ben Abdullah a annoncé en 1977 que « tous les navires battant pavillon américain pouvaient entrer librement dans les ports marocains« . Le sultan a cherché à formaliser cette amitié et a correspondu avec le président Washington et les diplomates américains au cours de la décennie suivante, pour finalement négocier et signer le traité de paix et d’amitié maroco-américain en 1786 (dont les futurs présidents John Adams et Thomas Jefferson étaient signataires).

Le président George Washington a écrit des lettres au sultan en 1789 pour lui demander de l’aide afin de permettre aux navires américains de naviguer dans les eaux proches et le remercier de l’aide qu’il a apportée pour la libération des marins américains capturés à Tripoli. Depuis lors, le Maroc et les États-Unis ont maintenu des relations solides, avec de nombreux échanges enregistrés entre les hauts dirigeants, y compris des lettres, des remarques, et plus encore.

Dans une lettre du 1er décembre 1789 au sultan Sidi Mohammed, le Président Washington écrit :

« Dans nos territoires, il n’y a pas de mines, ni d’or, ni d’argent, et cette jeune nation, qui se remet à peine du gaspillage et de la désolation d’une longue guerre, n’a pas encore eu le temps d’acquérir des richesses par l’agriculture et le commerce. Mais notre terre est abondante, notre peuple est travailleur et nous avons des raisons de nous flatter de devenir peu à peu utiles à nos amis (…). Je suis heureux d’avoir l’occasion d’assurer à Votre Majesté que, tant que je serai à la tête de cette nation, je ne cesserai de promouvoir toutes les mesures susceptibles de favoriser l’amitié et l’harmonie qui subsistent si heureusement entre votre Empire et eux… »

Dans une lettre adressée au président Washington à la suite du décès du sultan Sidi Mohammed, son fils et successeur, le sultan Moulay Slimane, a écrit :

« … nous sommes en paix, en tranquillité et en amitié avec vous comme vous l’étiez avec notre père… » 

Il a dit au consul américain au Maroc, James Simpson,

« … les Américains, je trouve, sont la nation chrétienne que mon père estime le plus… Je suis avec eux comme mon père l’était et j’espère qu’ils seront avec moi ».

Affaire Betsey et les trois frères Chiappe

Les trois frères Chiappe : Giuseppe, Girolamo (Geronimo) et Francisco, se sont impliqués dans les affaires américaines en Afrique du Nord au moins dès 1784. Apparemment d’origine italienne, Giuseppe était consul de Gênes et vice-consul de Venise à Mogador et Girolamo était consul de Venise et vice-consul de Gênes à Tanger. Les Chiappes ont agi au nom des États-Unis en 1784 lorsque le 11 octobre, Sidi Mohammed, empereur du Maroc, impatient de voir l’absence de progrès dans la négociation d’un traité avec les États-Unis, a fait saisir le brigantin américain Betsey. L’année suivante, Richard Harrison, l’un des officiers du Betsey, rapporte dans une déposition, le 4 octobre 1785, qu’une fois les effectifs du navire arrivés au Maroc, ils ont été conduits devant l’empereur qui « a ordonné à un ministre chrétien, Chiappe, de s’occuper d’eux« .

C’est Francisco Chiappe qui, le 3 novembre 1784, a notifié à Benjamin Franklin que le navire avait été saisi et lui a proposé ses services en tant qu’intermédiaire. Francisco a demandé à Franklin d’envoyer sa réponse « à Mogador ou à Dar el Beida, à MM. Joseph et Francisco Chiappe, le nom de notre société étant celui de la Chambre de commerce de ces deux ports« . Francisco, qui signe ses lettres en tant que secrétaire des affaires étrangères de sa majesté impériale à Barbary, a été décrit en 1786 comme celui qui « fait les fonctions de Ministre des Affaires étrangères à la cour de Maroc“.

Le 10 janvier 1785, Francisco écrit à nouveau à Benjamin Franklin, l’informant que les prisonniers de la Betsey sont arrivés au Maroc en décembre 1784 et ont été placés sous sa garde. L’empereur, dit-il, l’avait chargé d’écrire au Congrès au sujet de cette affaire et que « Sa Majesté, outre le titre de son secrétaire aux Affaires étrangères, a eu le plaisir de me donner le titre d’instructeur et de médiateur dans les affaires des ambassadeurs, des consuls et des marchands« .

La Betsey a été libérée en juillet 1785, et à l’automne, Thomas Barclay, le commissaire chargé de régler les comptes des États-Unis en Europe, a été nommé agent pour négocier un traité avec le Maroc. Après son arrivée à Alger en mars 1786, Barclay écrit à Adams et Jefferson le 10 juin que « M. Chiappe » (probablement Giuseppe) lui a procuré une garde de soldats marocains pour servir de guides à Mogador. Barclay, qui a logé chez Giuseppe Chiappe, a nommé Francisco, Giuseppe et Girolamo, agents américains au Maroc ; à Mogador et à Tanger, respectivement, sous réserve de l’approbation du Congrès. La correspondance avec l’empereur était ensuite généralement transmise par l’intermédiaire de l’un des trois frères et Jefferson leur a écrit le 15 septembre 1787 pour leur dire que le Congrès avait approuvé leur nomination, mais il semble qu’ils n’aient jamais reçu de notification officielle.

En mars 1790, Sidi Mohammed est mort et les liens des Chiappes avec le nouvel empereur sont devenus un sujet de préoccupation. Barclay est retourné au Maroc en 1791 pour livrer les cadeaux promis lors du traité de 1786 et pour obtenir le soutien du successeur de Sidi Mohammed au traité. Dans ses instructions à Barclay du 13 mai 1791, Jefferson note que Francisco Chiappe a bien servi les États-Unis et demande à veiller à ce qu’il soit amplement récompensé. Il ajoute que la place de Chiappe « auprès de l’Empereur rend son amitié particulièrement importante. N’ayons plus rien à faire avec ses frères ou toute autre personne. L’argent qui ferait un bon ami, divisé entre plusieurs, ne produira aucun attachement« . Les frères Chiappe continuèrent à écrire aux fonctionnaires américains jusqu’au milieu des années 1790, mais la correspondance avait pour but principal de maintenir leurs contacts avec les États-Unis plutôt que de traiter des affaires officielles.

Lettre de George Washington au Sultan Mohammed III

Traité de paix et d’amitié

Les négociations pour le traité de paix et d’amitié ont commencé en 1783 et le projet a été signé en 1786. Les futurs présidents John Adams et Thomas Jefferson ont été les signataires américains. Le traité a ensuite été présenté au Sénat, qui l’a ratifiée le 18 juillet 1787, ce qui en fait le premier traité à recevoir la ratification du Sénat américain. Ce traité représente la deuxième fois que le Maroc et les États-Unis ont affirmé les relations diplomatiques entre les deux pays. Il convient également de mentionner que le sultan, Mohammed III, a été le premier chef d’Etat, et le Maroc le premier pays, à reconnaître Les États-Unis qui sont devenus un pays indépendant en 1777.

Le traité de paix et d’amitié prévu pour la représentation diplomatique des États-Unis au Maroc et ouvrir le commerce dans tout port marocain sur la base « Nation la plus favorisée« . Il a également établi le principe de la non-hostilité lorsque l’un ou l’autre des pays est engagé dans une guerre avec une autre nation. Plus important encore, le traité prévoyait la protection des États-Unis à une époque où les navires marchands américains risquaient le harcèlement par divers navires de guerre européens. Le traité prévoit notamment, dans ce sens :

“Si un navire appartenant aux États-Unis se trouve dans l’un des ports des dominions de Sa Majesté, ou dans le Tirée de ses Forts, il sera protégé autant que possible et aucun navire, quel qu’il soit, appartenant à des puissances chrétiennes avec lesquelles les États-Unis peuvent être en guerre, ne sera autorisée à le suivre ou à l’engager, comme nous le faisons actuellement considérant les citoyens américains comme nos bons amis. “

Une indication supplémentaire de la relation précoce et étroite entre les États-Unis et le Maroc peuvent être vus dans une lettre que président George Washington a écrit au sultan Mohammed III le 1er décembre 1789 :

“Je suis heureux d’avoir l’occasion d’assurer à Votre Majesté que, tant que je serai à la tête de cette nation, je ne cesserai de promouvoir toutes les mesures susceptibles de favoriser l’amitié et l’harmonie qui existent si heureusement entre votre Empire et eux, et que je m’estimerai heureux en toute occasion de convaincre Votre Majesté du haut sens (qui, comme celui de toute la nation) que j’entretiens de la magnanimité, de la sagesse et de la bienveillance de Votre Majesté. “

Relations Maroc-USA au XXe et XXI siècles

Les relations des États-Unis avec le Maroc se sont renforcées au cours des décennies et des siècles qui ont suivi le traité historique. Par exemple, pendant la Première Guerre mondiale, le Maroc s’est aligné sur les forces alliées et, en 1917 et 1918, les soldats marocains ont combattu vaillamment aux côtés des Marines américains au Château Thierry, au Mont Blanc et à Soissons.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces de défense nationale marocaines ont aidé les forces britanniques dans la région. Le Maroc a accueilli l’un des plus grandes réunions cruciales des dirigeants alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. En janvier 1943, le président des États-Unis Franklin Roosevelt, le premier ministre britannique Winston Churchill et le commandant de la France libre Charles De Gaulle ce sont réuni pendant 4 jours dans le quartier d’Anfa à Casablanca pour discuter de la stratégie contre les puissances de l’Axe (Conférence de Casablanca). C’est au cours de cette série de réunions que les Alliés ont accepté de lancer leur offensive continentale contre l’agression de l’Axe par un débarquement en tête de plage sur la côte Atlantique française.

Les participants au dîner donné par Roosevelt en l’honneur de Mohammed V

En 1942, le président Franklin Roosevelt a envoyé au sultan Mohammed V un message dans lequel il déclarait :

« J’ai été très heureux d’apprendre l’admirable esprit de coopération qui vous anime, vous et votre peuple, dans leurs relations… avec les forces de mon pays. “ 

L’année suivante, le président Roosevelt et le premier ministre britannique Winston Churchill se sont réunis au Maroc pour la célèbre Conférence de Casablanca, au cours de laquelle les Alliés ont planifié leur stratégie pour le reste de la guerre.

Après l’indépendance du Maroc en 1956, le président Dwight Eisenhower a communiqué au roi Mohammed V que « mon gouvernement renouvelle ses vœux de paix et de prospérité pour le Maroc« . Le Roi a répondu en rassurant le président Eisenhower sur le fait que le Maroc serait un allié fidèle dans la lutte contre la prolifération du communisme dans la région.

En novembre 1957, le président Dwight D. Eisenhower a accueilli le sultan Mohammed V à l’aéroport national de Washington par des paroles d’amitié et de reconnaissance :

« Votre Majesté, j’ai le grand plaisir de parler au nom du peuple américain en vous accueillant sur cette terre. C’est une distinction particulière que j’ai, car les archives montrent que votre nation a été l’une des toutes premières, dans les premiers jours de notre existence, à nous donner l’encouragement et le soutien moral de votre reconnaissance de nous en tant que nation. »

Dans sa réponse, le sultan a déclaré :

« Mon désir s’est réalisé aujourd’hui, au moment où mon pays a recouvré son indépendance et est en mesure de renforcer, par cette visite, les liens d’amitié qui lient nos deux peuples depuis que les États-Unis ont accédé à la liberté et sont devenus une nation indépendante. »

En mars 1963, à l’occasion d’une visite officielle du roi Hassan II du Maroc à Washington, le président John F. Kennedy déclarait :

« C’est le premier printemps que l’Afrique du Nord a trouvé la paix, et une bonne partie de la stabilité que nous espérons et que nous trouverons, je pense, en Afrique du Nord sera due aux efforts de Sa Majesté. Je pense donc que nous avons la chance de l’avoir ici. Je pense qu’il sait qu’il est le bienvenu. Nous apprécions nos vieux amis et nous apprécions tout particulièrement ceux qui cherchent, dans de grandes difficultés, sous une grande pression, à trouver pour leur pays une position qui favorise le bien-être de leur peuple, la stabilité de leur région et la paix du monde ».

En mai 1982, le président Ronald Reagan a déclaré, à la suite de rencontres avec le roi Hassan II à Washington, que :

« le roi Hassan est le chef d’une grande nation au carrefour de deux continents, située sur le flanc sud de l’OTAN à l’entrée de la Méditerranée. Il a des liens profonds avec l’Afrique, l’Europe, le Moyen-Orient et l’ensemble du monde islamique… J’apprécie profondément la profondeur de l’expérience et l’ampleur de la vision que Sa Majesté apporte aux questions d’intérêt mutuel profond… Et j’ai exprimé à Sa Majesté la grande valeur que les États-Unis accordent à la coopération avec lui et à l’amitié avec le Maroc, un pays qui a été à nos côtés lors de notre indépendance, qui a combattu à nos côtés pendant la Seconde Guerre mondiale et qui se joint à nous aujourd’hui dans la quête de la paix et de la sécurité mondiales. »

En juillet 1999, à la mort du roi Hassan II, le président Bill Clinton a dit :

« Au cours de ses 38 années de règne, le roi Hassan II a démontré à maintes reprises son leadership, son courage et sa volonté d’accepter le changement. Il a travaillé sans relâche pour promouvoir le bien-être de son peuple et, ces dernières années, il a pris des mesures importantes pour renforcer la liberté dans son pays. Il a offert de sages conseils à tous les présidents américains depuis John F. Kennedy. Il s’est efforcé de faire tomber les barrières entre les peuples du Moyen-Orient, en ouvrant courageusement un dialogue avec Israël, en aidant à organiser le voyage historique du président Sadate à Jérusalem, en recherchant une plus grande tolérance et une plus grande stabilité dans toute la région. »

Mohammed VI et les USA

Les administrations américaines successives ont considéré le Maroc comme un partenaire régional important en matière de sécurité, de commerce et de développement. Des liens historiquement chaleureux se sont développés après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, lorsque le président George W. Bush a cherché à obtenir la coopération des gouvernements arabes dans la lutte contre le terrorisme. Son administration a désigné le Maroc comme un allié majeur non membre de l’OTAN en 2004 et a conclu un accord bilatéral de libre-échange la même année, que le Congrès a autorisé. Les États-Unis ont continué à construire de solides relations avec le royaume sous les présidents Obama et Trump, malgré des frictions occasionnelles sur la question du Sahara occidental, un territoire que le Maroc revendique et administre en grande partie. Des réunions de haut niveau ont eu lieu régulièrement, notamment dans le cadre d’un dialogue stratégique bilatéral États-Unis-Maroc.

Après les attentats du 11 septembre 2001, le Maroc a été l’une des premières nations à exprimer sa solidarité avec les États-Unis et a immédiatement renouvelé son engagement en tant qu’allié solide pour lutter contre le terrorisme. La coopération entre les États-Unis et le Maroc sur ces questions comprend le partage de données, des partenariats en matière d’application de la loi, l’amélioration des capacités de surveillance des points de contrôle stratégiques et des efforts conjoints pour mettre fin au financement des organisations terroristes.

En avril 2002, le président George W. Bush a déclaré, dans un discours lors d’une rencontre avec le roi Mohammed VI :

« Il ne fait aucun doute que le Maroc est un grand ami des États-Unis d’Amérique, et nous lui en sommes très reconnaissants, Votre Majesté. J’apprécie votre soutien indéfectible dans la lutte contre le terrorisme. J’apprécie votre leadership dans la région. »

Le président a annoncé son intention de négocier un accord de libre-échange entre les deux pays, le premier pour les États-Unis avec une nation africaine, qui est entré en vigueur en 2006.

Lors de son discours à l’Université de George Washington, le roi Mohammed VI a déclaré :

“L’amitié maroco-américaine qui est ainsi enracinée dans votre histoire ne s’est jamais démentie ni en temps de crise ni en temps de paix. Elle s’est poursuivie pendant la guerre froide et, bien loin d’être le produit de la conjoncture éphémère ou du calcul égoïste, elle a toujours été animée par les valeurs si précieuses à l’humanité toute entière que sont : la liberté, la justice et la solidarité “.

Lors de leur rencontre du 22 novembre 2013, le président Obama et le roi Mohammed VI ont réaffirmé le partenariat fort et mutuellement bénéfique et l’alliance stratégique. Le Président Obama a réaffirmé la position américaine de longue date selon laquelle la confiance mutuelle, les intérêts communs et le plan d’autonomie du Maroc sont des éléments essentiels de l’amitié solide qui lie les deux pays. Le plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental, selon le président Obama, est « sérieux, réaliste, et du crédible« , et qu’il apprécie grandement « les valeurs communes, le leadership du roi dans la promotion de la réforme démocratique, le développement économique et le développement humain au Maroc au cours de la dernière décennie “.

Il a également salué la récente décision du Maroc de réformer ses pratiques, une approche potentielle qui pourrait satisfaire les aspirations du peuple du Sahara occidental à gérer ses propres affaires dans la paix et la dignité. Il s’est engagé à ce que les États-Unis continuent à soutenir « une solution pacifique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental, qui réponde aux préoccupations « , et à ce que ses dirigeants continuent à faire respecter les lois sur l’immigration et l’asile et à saluer le bilan du Maroc en matière de promotion des droits juridiques, politiques et économiques des femmes.

Les deux dirigeants ont fait part de leur « profonde inquiétude » face au terrorisme et ont promis de continuer à travailler ensemble pour stimuler les initiatives de coopération régionale en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, y compris en matière de non-prolifération et de lutte contre le terrorisme, afin de « contrer la menace d’un extrémisme violent dans la région« . Le Président et le Roi Dans leur déclaration de clôture, ont démontré que les intérêts des États-Unis et du Maroc continuent de converger, et que ce partenariat historique, qui a commencé au XVIIIe siècle, continue de prospérer jusqu’au XXIe siècle.

La rencontre au sommet entre le roi Mohammed VI et Barack Obama, le 22 novembre 2013, à la Maison blanche, a donné un nouvel élan aux relations maroco-américaines

En 2018-2019, la pression exercée par l’administration Trump semble avoir contribué à donner un certain élan aux pourparlers sur le conflit du Sahara, mais sans résultats concrets. L’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, l’ancien président allemand Horst Köhler, a organisé une table ronde entre le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie en décembre 2018 – la première fois que des représentants officiels du Maroc et du Polisario se sont rencontrés depuis 2012, et la première fois que l’Algérie a accepté de se joindre aux pourparlers – et de nouveau en mars 2019. Aucune percée n’a été annoncée et, en mai 2019, M. Köhler a annoncé sa démission de manière inattendue, en invoquant des raisons de santé. En juin 2020, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, n’avait pas encore annoncé son remplacement.

L’administration Trump a qualifié les relations entre les États-Unis et le Maroc de « partenariat stratégique dans la mesure où nous travaillons ensemble pour faire progresser notre vision commune d’une Afrique du Nord et d’un Moyen-Orient sûrs, stables et prospères« . En 2019, les deux pays ont relancé un dialogue stratégique bilatéral de haut niveau qui s’était réuni pour la dernière fois en 2015.

Le Maroc et les États-Unis ont établi des liens solides de militaire à militaire grâce à des engagements réguliers de formation, un grand exercice annuel connu sous le nom d’African Lion organisé par le Maroc, et des acquisitions marocaines de matériel important d’origine américaine, notamment des avions à réaction F-16 et des chars M1A1. En 2019, le gouvernement américain a approuvé jusqu’à 10 milliards de dollars de nouvelles ventes d’armes au Maroc, y compris une mise à niveau des 23 F-16 existants, 25 nouveaux F-16, 36 hélicoptères d’attaque Apache, et des missiles TOW et des lanceurs de missiles. Le statut d’allié majeur non OTAN du Maroc lui donne également la priorité dans la livraison des articles de défense excédentaires des États-Unis AED sur une base de subvention, et le Maroc est un bénéficiaire mondial important de l’AED.

Le partenariat États-Unis-Maroc s’étend aux initiatives régionales. Le Maroc est membre de la Coalition mondiale pour la défaite de l’État islamique, Daech, dirigée par les États-Unis. Ces dernières années, l’African Lion s’est élargi pour inclure des participants d’autres armées en Afrique du Nord et de l’Ouest, ainsi que des pays européens. L’intérêt des États-Unis pour la lutte contre l’idéologie extrémiste islamiste a coïncidé avec les efforts déployés par le Maroc ces dernières années pour former des imams (y compris pour le compte d’autres pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest) dans l’esprit de ses traditions de modération religieuse. En 2017, le Maroc a arrêté un financier du Hezbollah recherché par les États-Unis, qui était apparemment en route de la Guinée vers le Liban, et l’a ensuite transféré aux États-Unis pour qu’il soit jugé. Le Maroc a, aussi, accueilli les pourparlers libyens qui ont abouti à l’accord de 2015 visant à établir un gouvernement d’accord national libyen (GNA), que les États-Unis ont soutenu.

L’aide bilatérale américaine vise à aider le Maroc à améliorer l’éducation, la gouvernance locale, les moyens de subsistance et les capacités militaires. En plus des fonds administrés par le Département d’État et l’Agence américaine pour le développement international (USAID), le Maroc a commencé à mettre en œuvre un contrat de 450 millions de dollars sur cinq ans avec la Millennium Challenge Corporation (MCC) en 2017, le deuxième programme de ce type dans le pays. Le contrat actuel cherche à répondre à « deux priorités du gouvernement marocain qui ont posé des contraintes contraignantes à la croissance économique et à l’investissement : l’employabilité des jeunes et la productivité des terres.  » Le Maroc a également reçu une aide dans le cadre des programmes mondiaux des États-Unis tels que le Fonds de secours et de redressement (RRF), pour lequel le Congrès a alloué des fonds afin d’aider les pays touchés par les agissements belliqueux de l’État islamique, Daech.

Conformément à ses propositions en matière d’aide étrangère mondiale, l’administration Trump a proposé à plusieurs reprises de réduire l’aide bilatérale au Maroc administrée par le Département d’État et l’USAID. Cela n’affecterait pas directement le pacte du MCC ou les programmes administrés par d’autres entités fédérales américaines. A ce jour, le Congrès n’a pas adopté de telles propositions de budget d’aide à l’égard du Maroc.

En ce qui concerne le Sahara occidental, les États-Unis n’ont reconnu ni la revendication de souveraineté du Maroc, ni la RASD. L’administration Trump a poursuivi une politique de soutien aux initiatives diplomatiques menées par l’ONU pour parvenir à une solution négociée, tout en saluant la proposition d’autonomie du Maroc comme « sérieuse, réaliste et crédible » et une « approche potentielle qui pourrait satisfaire les aspirations du peuple du Sahara occidental à gérer ses propres affaires dans la paix et la dignité » – les mêmes termes utilisés par l’administration précédente.

Toutefois, en 2018, John Bolton, alors conseiller à la sécurité nationale, a menacé de mettre fin au soutien américain à la MINURSO afin d’accroître la pression sur les parties pour qu’elles parviennent à un règlement politique. L’approche de Bolton semblait s’inscrire dans son scepticisme déclaré à l’égard du maintien de la paix de l’ONU, ainsi que dans ses affirmations plus tôt dans sa carrière selon lesquelles la politique américaine envers le Sahara occidental a trop favorisé le Maroc. La position de Bolton n’a cependant pas entraîné un changement évident dans les relations bilatérales entre les États-Unis et le Maroc.

La politique des administrations successives a été que les fonds alloués à l’aide bilatérale au Maroc ne peuvent pas être mis en œuvre au Sahara Occidental, car une telle utilisation pourrait être interprétée comme une approbation tacite de la souveraineté marocaine et donc comme un changement dans la politique de reconnaissance diplomatique des États-Unis. À ce jour, le 116ème Congrès a adopté deux mesures annuelles successives de crédits d’aide étrangère prévoyant qu’un montant non spécifié de fonds globaux d’assistance économique bilatérale « sera mis à disposition pour le Sahara Occidental« . La disposition a été prise par la commission des crédits de la Chambre des représentants lors du 113e Congrès, qui a fait état d’une mesure de crédits pour l’exercice 2014 prévoyant que les crédits d’assistance économique bilatérale « disponibles pour l’assistance au Maroc seront mis à disposition pour toute région administrée par le Maroc, y compris le Sahara occidental.« 

Le projet de loi du Sénat ne contenait pas de disposition équivalente. Le projet de loi final inscrit contenait une disposition substantiellement similaire à celle qui avait été rapportée par la commission de la Chambre, mais avec le mot « devrait » remplaçant le mot « doit« . La mesure de crédits d’aide de l’année suivante prévoyait que les fonds affectés à l’assistance économique bilatérale globale, sans référence spécifique au Maroc, « seront mis à disposition pour l’assistance au Sahara occidental. »  Les mesures de crédits adoptées par la suite contiennent des dispositions substantiellement similaires.

Les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara 

Dans un geste sans précédent, le président américain Donald Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental officiellement le  décembre 2020. Trump s’est exprimé sur son Twitter, déclarant que les États-Unis n’ont pas d’autre option que de soutenir le Maroc dans sa cause.

Président Donald Trump

« Le Maroc a reconnu les États-Unis en 1777. Il est donc approprié que nous reconnaissions leur souveraineté sur le Sahara occidental« . Trump a partagé une série de tweets saluant les relations diplomatiques entre les deux pays.

Il a déclaré avoir signé une proclamation reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Le président américain, qui quittera la Maison Blanche le 20 janvier 2021, a également réitéré le soutien des Etats-Unis au plan d’autonomie du Maroc. « La proposition d’autonomie du Maroc, sérieuse, crédible et réaliste, est la SEULE base d’une solution juste et durable pour une paix et une prospérité durables« , a-t-il tweeté.

Suite aux tweets de M. Trump, la Maison Blanche a fait une déclaration pour réaffirmer son soutien au Plan d’autonomie du Maroc. « Les États-Unis reconnaissent la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental et réaffirment leur soutien à la proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable au différend sur le territoire du Sahara occidental« , a déclaré la Maison Blanche.

Le bureau ovale a souligné que les États-Unis estiment qu’un « État sahraoui indépendant » n’est pas une « option réaliste » pour mettre fin au conflit du Sahara occidental. La Maison Blanche a également appelé toutes les parties à engager des discussions sans délai, en utilisant le Plan d’autonomie du Maroc. L’ambassadeur américain au Maroc, David Fischer, a salué cette « annonce historique« , la qualifiant de « jalon majeur dans plus de 200 ans d’amitié entre nos deux pays« .

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une série de percées diplomatiques réalisées par le Maroc au cours des trois dernières années. L’élan diplomatique du pays se manifeste dans le langage de toutes les résolutions que le Conseil de sécurité a adoptées depuis octobre 2018, dans lesquelles il a admis la responsabilité de l’Algérie de jouer un rôle de premier plan dans les négociations pour une solution mutuellement acceptable.  Depuis la résolution 2440 d’octobre 2018, toutes les résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental mentionnent l’Algérie, ce que les observateurs considèrent comme un développement significatif dans l’approche du Conseil de sécurité.

La reconnaissance par Washington est une victoire symbolique majeure pour le Maroc sous l’égide du leadership éclairé du roi Mohammed VI. Le pays a essayé pendant des décennies de faire reconnaître sa revendication sur le Sahara occidental par les grandes puissances. Il espère maintenant que d’autres pays suivront l’exemple des États-Unis.

Dans sa série de tweets, M. Trump a également annoncé que le Maroc et Israël avaient décidé de normaliser leurs relations diplomatiques. Exprimant son soutien aux efforts des États-Unis pour élargir le plan de paix au Moyen-Orient, M. Trump a déclaré qu’il s’agissait d’une « percée historique » que les deux « grands amis » des États-Unis ont convenu d’établir des relations diplomatiques complètes. M. Trump a décrit cette initiative comme une « percée massive pour la paix au Moyen-Orient« .

Appendice 1: Lettre de George Washington à Mohammed III

“De George Washington à Sidi Mohammed, 

New York, 1er décembre 1789

Depuis la date de la lettre que le défunt Congrès, par son président, a adressée à votre Majesté impériale, les États-Unis d’Amérique ont jugé bon de changer de gouvernement et d’en instituer un nouveau, conforme à la Constitution, dont j’ai l’honneur de vous faire tenir ci-joint une copie. Le temps nécessairement consacré à cette tâche ardue et les dérangements occasionnés par une révolution aussi grande, bien que pacifique, vous prieront de bien vouloir nous excuser et de nous expliquer pourquoi Votre Majesté n’a pas reçu des États-Unis les conseils et les marques d’attention que l’amitié et la magnanimité de votre conduite à leur égard lui permettaient d’espérer.

Les États-Unis m’ayant nommé à l’unanimité à l’autorité exécutive suprême, dans cette nation, la lettre de Votre Majesté du 17 août 1788, qui, en raison de la dissolution du gouvernement défunt, est restée sans réponse, m’a été remise.1 J’ai également reçu les lettres que Votre Majesté impériale a eu l’amabilité d’écrire, en faveur des États-Unis, aux Bashaw de Tunis et de Tripoli2 et je vous présente les sincères remerciements des États-Unis pour cette marque importante de votre amitié à leur égard.

Nous regrettons vivement que la disposition hostile de ces régences, à l’égard de cette nation qui ne leur a jamais fait de mal, ne soit pas levée, dans des conditions qu’il est en notre pouvoir de respecter. Il n’y a pas de mines d’or ou d’argent sur nos territoires, et cette jeune nation, qui se remet à peine du gaspillage et de la désolation d’une longue guerre, n’a pas encore eu le temps d’acquérir des richesses par l’agriculture et le commerce. Mais notre sol est abondant, notre peuple est travailleur et nous avons raison de nous flatter de devenir peu à peu utiles à nos amis.

L’encouragement que Votre Majesté a eu le plaisir de donner généreusement à notre commerce avec vos Dominions ; la ponctualité avec laquelle vous avez fait respecter le traité conclu avec nous, et les mesures justes et généreuses prises, dans le cas du capitaine Proctor, ont fait une profonde impression sur les États-Unis, et confirment leur respect et leur attachement à votre Majesté impériale.3

Je suis heureux d’avoir l’occasion d’assurer à Votre Majesté que, tant que je serai à la tête de cette nation, je ne cesserai de promouvoir toutes les mesures susceptibles de favoriser l’amitié et l’harmonie qui existent si heureusement entre votre Empire et eux, et que je m’estimerai heureux en toute occasion de convaincre Votre Majesté du haut sens (qui, comme celui de toute la nation) que j’entretiens de la magnanimité, de la sagesse et de la bienveillance de Votre Majesté.

Au cours de l’hiver qui approche, la Législature nationale (qui est appelée par l’ancien nom du Congrès) se réunira, et je veillerai à ce que rien ne soit omis qui puisse être nécessaire pour que la Correspondance, entre nos Pays, soit maintenue et conduite d’une manière qui soit agréable à Votre Majesté, et satisfaisante pour toutes les Parties concernées en son sein.

Que le Tout-Puissant bénisse votre Majesté Impériale, notre grand et magnanime Ami, de ses conseils et de sa protection constante. 

George Washington“

Appendice 2 : Document officiel de la reconnaissance américaine de la souverainté marocaine sur le Sahara 

“Les États-Unis affirment, comme l’ont déclaré les administrations précédentes, leur soutien à la proposition d’autonomie du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental. Par conséquent, à compter d’aujourd’hui, les États-Unis reconnaissent la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental et réaffirment leur soutien à la proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental. Les États-Unis estiment qu’un État sahraoui indépendant n’est pas une option réaliste pour résoudre le conflit et qu’une véritable autonomie sous souveraineté marocaine est la seule solution possible. Nous exhortons les parties à engager des discussions sans délai, en utilisant le plan d’autonomie du Maroc comme seul cadre pour négocier une solution mutuellement acceptable. Pour faciliter les progrès vers cet objectif, les États-Unis encourageront le développement économique et social avec le Maroc, y compris dans le territoire du Sahara occidental, et à cette fin ouvriront un consulat dans le territoire du Sahara occidental, à Dakhla, afin de promouvoir les opportunités économiques et commerciales pour la région.

Par conséquent, je, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente que les États-Unis reconnaissent que l’ensemble du territoire du Sahara occidental fait partie du Royaume du Maroc.

EN FOI DE QUOI, j’ai apposé ma signature sur ce

Le quatrième jour de décembre de l’an de grâce deux mille vingt, et de l’indépendance des États-Unis d’Amérique le deux cent quarante-cinquième.

DONALD J. TRUMP“

L’Ambassadeur américain David Fischer dévoile la nouvelle carte du Maroc après la reconnaissance américaine de la souveraineté du Royaume sur ce territoire

 

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.