Du jamais vu dans l’histoire de la démocratie américaine. Le président Donald Trump aurait discuté avec ses conseillers de la possibilité d’accorder une grâce présidentielle à trois de ses enfants, Ivanka, Eric et Donald Junior, ainsi qu’à son gendre, Jared Kushner, et à son avocat personnel Rudy Giuliani.

S’il est traditionnel pour un président américain sortant de faire usage de son privilège dans les dernières semaines de son mandat, il est plus inhabituel que ce soit pour sa propre famille, a souligné le Figaro.

Selon la chaîne ABC, puis le New York Times, ces discussions auraient inclus d’autres candidats potentiels, mais les enfants du président auraient été mentionnés par « crainte qu’ils ne fassent l’objet de poursuites judiciaires » une fois qu’il aura quitté le pouvoir.

Le président sortant devrait se gracier lui-même ainsi que toute sa famille, avait lancé lundi dans son émission l’animateur de Fox News Sean Hannity, l’un des principaux soutiens médiatiques de Trump, parce que les démocrates veulent lancer une chasse aux sorcières à perpétuité contre lui, tellement ils sont pleins de rage et de folie à son égard.»

Le président aurait aussi demandé à ses collaborateurs s’il avait le droit de se gracier lui-même en même temps que les membres de sa famille, et si ces grâces pouvaient l’être à titre préventif, et inclure des faits dont les gens pourraient être accusés à l’avenir.

+ Les démocrates veulent lancer une chasse aux sorcières à perpétuité contre Trump, tellement ils sont pleins de rage et de folie à son égard +

Donald Junior avait été mis en cause pendant l’enquête du conseiller spécial Robert Mueller pour ses contacts avec des ressortissants russes qui proposaient des informations compromettantes sur Hillary Clinton pendant la campagne de 2016, mais il n’a jamais été inculpé. Jared Kushner aurait, quant à lui, donné de fausses informations aux autorités fédérales sur ses contacts avec des ressortissants étrangers, lors de l’enquête préliminaire à la délivrance de son accréditation de sécurité à la Maison-Blanche.

Ivanka et Eric Trump ne font pas l’objet de poursuites, mais, selon le New York Times, une enquête ouverte par le procureur de Manhattan sur l’organisation Trump s’intéresse à des déductions fiscales portant sur des millions de dollars de frais de consultation, dont une partie pourrait avoir été versée à Ivanka Trump.

La semaine dernière, Trump avait exercé son privilège présidentiel, la veille de la fête de Thanksgiving, en graciant son ancien conseiller à la sécurité nationale, Mike Flynn. (Source: Le Figaro)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.