Par Ornella Sukkar**

Pour commencer, le concept de féminisme doit être clarifié en tant que courant au sein du mouvement des femmes qui cherche à développer une nouvelle compréhension des femmes et à se débarrasser des interprétations traditionnelles du rôle social de chaque sexe.  Dans la seconde moitié du XXe siècle, le féminisme a conduit à des changements sociaux et culturels dans la pensée occidentale et arabe qui ont affecté les mouvements sociaux, la morale, les coutumes et les traditions sociales.  

Cette renaissance féministe considérait la révolution et la liberté sexuelle comme une révolution rétrograde contre les restrictions de la vertu, ce qui a conduit à l’encouragement de la revendication de la liberté de nationalité et à la codification de la liberté de l’homosexualité et de ses conditions civiles et sociales et à la représentation des femmes comme une marchandise sexuelle de consommation pour améliorer et revitaliser la productivité économique dans les domaines littéraires, cinématographiques, artistiques et publicitaires.

Femme d’après le courant impressionniste

Outrepasser les restrictions et les règles

Lors de la Révolution libanaise du 17 octobre 2019, le terme de révolution féminine a été exagéré, ce qui a affecté négativement la société par la désintégration des familles, l’augmentation des taux de divorce et du pourcentage de naissances illégales.

Outrepasser les restrictions et les règles qui contrôlent le comportement sexuel de manière étonnante et accélérée, en particulier grâce aux espaces virtuels, aux multiples canaux de communication numérique, qui ont contribué à briser le mur du silence, à activer et à revitaliser le rôle des femmes dans la société et à provoquer un changement profond des idées traditionnelles, pour mieux refléter positivement la réalité des femmes en termes de leur autonomisation et d’activation de leur présence dans les espaces publics et leur influence dans tous les domaines.

Il faut dire que l’opinion publique, à travers du partage de la souffrance d’autrui et des histoires de persécution, de marginalisation, de violence, d’abus, de harcèlement, de viol et d’exclusion, a grandement contribué à briser les barrières culturelles rétrogrades et à oblitérer les tabous avilissants, notamment la question de la peur et de la honte dans la mesure où le comportement sexuel n’est plus sous contrôle des traditions millénaires décadentes.

Ce qui nous intéresse ici, c’est aussi l’indication que le premier à utiliser le terme «féminisme» fut Charles Fourier (1772-1837), après cela les adeptes d’Henry Dusan Simon ont adopté l’idée de l’authenticité d’Al-Khanshi et sur la base de la notion d’origine ils croyaient que l’existence humaine faisait partie d’une existence qui porte les caractéristiques de la féminité et de la masculinité, et les féministes socialistes ont rejeté la division du travail sur la base du sexe et ont appelé, avec véhémence, à la division du travail de manière égale entre hommes et femmes par respect aux droits humains.

Philosophie féministe

La philosophie féministe incarnée par Simone de Beauvoir (1986-1908), dans son livre The Second Sex publié en 1949, dans lequel elle analyse la relation entre les femmes et les hommes sur une base existentielle-marxiste, qui met l’accent sur la question de la liberté de choisir. De Beauvoir croit que la personne choisit son sexe par sa propre volonté, car la vie libère l’homme masculin des restrictions de génération des idéaux tout en donnant cette liberté à la femme et donc elle croit que la féminité représente une barrière dans la transformation en un véritable être humain.  Par conséquent, la femme est un être énigmatique dans sa composition qui ne peut être contenu dans une caractérisation spécifique. Ce que de Beauvoir proposait dans ces idées philosophiques pratiques avait un impact important sur les écrits féministes.

“La Mariée“ d’après Chaibia Talal

Le féminisme se distingue également par l’idée de critiquer tous ceux qui croient en l’existence d’une morale pour les hommes et une pour les femmes.  Des critiques ont été formulées envers les psychologues Freud et Carol Gilgan, qui ont conclu que le développement moral de l’individu dans la société est étroitement lié au conditionnement sexuel et à l’ouverture sexuelle, ce que Freud a clairement exprimé dans son livre: Trois théories du sexe.

Cependant, en ce qui concerne les femmes qui ne savent pas, le féminisme a contribué à orienter les droits des femmes vers un lieu qui en a créé une distorsion physique et morale. Personne ne traite de ce dilemme, à savoir que les libertés excédentaires des femmes dans le domaine sexuel sont limitées aux compétences et aux techniques mécaniques chez les femmes d’aujourd’hui dans le sens de l’amour, de passion et de relations existantes.

Au sujet de l’idée d’élever l’intelligence émotionnelle en ce qui concerne la question: les femmes se trouvent-elles protégées en tant qu’entité féminine dans ce dilemme d’égalité entre elles et les hommes?  Je crois qu’une femme a un rôle plus profond que la compétition et la rivalité avec les hommes dans l’existence, parce que sa composition psychologique, biologique et organique est plus élevée et plus importante que celle de l’homme. Goethe a dit à ce sujet : « La féminité éternelle est ce qui fait courir l’homme après elle. »

Alors, où en est la femme aujourd’hui de la maternité et de sa fierté inviolable vis-à-vis de l’homme qui la considère en tant que marchandise accessible et proie facile ? Dieu a créé la femme avec les meilleurs atouts et l’a élevé à sa gloire dans le sublime de la créativité et de la quintessence de la beauté, pourquoi, donc, l’obliger à la décadence et le déni.  Les leçons ne sont pas dans le refus et le rejet, mais dans la valeur philosophique de l’existence et du sens du partage, c’est-à-dire le sens de Nietzsche.

Tableau de femme arabe voilée

Conclusion

En conclusion, nous ne nions pas l’importance du mouvement féministe pour briser les restrictions et le silence et réduire la discrimination et la violence à l’égard des femmes, étant donné que la pierre angulaire de la violence à leur encontre est le pouvoir et les privilèges, et que ceux qui en jouissent peuvent les exploiter en violant les droits des femmes, c’est-à-dire les droits humains. À partir de là, il est nécessaire de reconnaître l’importance et l’influence de la mobilisation dans le monde virtuel à travers des tweets qui ont rencontré une large portée et reconnaissance mondiale. L’activité féministe numérique a propulsé toutes les contributions qui ont conduit à activer et à changer la réalité des femmes dans le monde pour défendre leurs droits, comme une alternative aux médias traditionnels marginalisant qui ont contribué à encadrer le rôle des mouvements sociaux d’une manière qui empêche leur capacité de progresser en les reliant à la théorie de la conspiration et de la polarisation sur la base du genre, tandis que les médias numériques ont conduit à un processus de divulgation des expériences des femmes battues et à contourner le processus d’exclusion sociale.

**Chercheure sur la critique de l’esprit arabo-islamique du point de vue de l’orientalisme et directrice du “21st Century Generations Center“

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.