Le centenaire du maître-céramiste, feu Boujemaâ Lamali a été célébré, mardi, en grande pompe au Musée National de la Céramique à Safi, et ce par l’inauguration d’une exposition singulière en l’honneur de cet artiste qui a marqué le répertoire de la céramique de la ville de l’Océan par le travail de la poterie.

Initiée par la Fondation Nationale des Musées (FNM) sous le signe « Centenaire du maître-céramiste Boujemâa Lamali à Safi (1919- 2019) et de la première école céramique du Maroc », cette exposition devra se poursuivre jusqu’au 11 janvier à Safi.

L’inauguration de cette exposition, qui s’est faite dans le respect scrupuleux des mesures préventives visant à endiguer la propagation de la pandémie de la Covid-19, a été rehaussée par la présence notamment du président de la FNM, M. Mehdi Qotbi, du gouverneur de la province, M. Lahoucine Chaynane, de représentants de services extérieurs, des élus locaux, des autorités locales, ainsi que d’autres personnalités de différents horizons.

Après une tournée dans l’espace réservé à cette exposition où des explications ont été présentées à l’assistance, M. Qotbi et la délégation l’accompagnant ont été conviés à visionner un film-documentaire mettant en avant la richesse de la céramique de Safi, son histoire, ses techniques et couleurs, agrémenté par une série de témoignages livrés par des maitres céramistes de la ville de l’Océan.

+ Un savoir-faire ancestral +

Cette exposition se veut une véritable immersion au coeur d’un savoir-faire ancestral et de toute beauté combien authentique, riche et diversifié.

Autrement dit, « L’exposition retrace, en plusieurs étapes, les décennies de créations qui ont forgé l’identité de la céramique de Safi- Motifs floraux authentiques « Tbouâ » et géométriques « Ettarbiâ », décoration « Khidouss » inspirée de la tapisserie Zayan, apparition du « figuratif » sur des oeuvres destinées à la décoration des murs…. ».

Cette exposition offre donc aux mordus de la céramique marocaine parmi les nationaux, les habitants de Safi, les étrangers, les potiers, les céramistes et les chercheurs en patrimoine, l’opportunité de célébrer les 100 ans de l’installation du maitre-céramiste Boujemaâ Lamali à Safi (Depuis 1919), ainsi que de la création de la première école de céramique au Maroc et en Afrique (depuis 1920).

Selon la FNM, il s’agit à travers cette exposition de rendre hommage à ce grand maître de la céramique qui a fait de Safi la capitale de la céramique au Maroc en revivifiant et modernisant cet artisanat, ainsi que d’attirer l’attention sur le rôle qu’a joué la cité de l’Océan et ses céramistes dans le développement du secteur de l’artisanat marocain en matière de poterie et céramique.

A travers cette exposition, le grand public peut découvrir une collection inédite d’objets, dont une grande partie est confectionnée par ce grand maître, outre des objets appartenant à des collectionneurs privés.

Approché par la MAP à cette occasion, M. Qotbi a dit toute sa joie et sa fierté d’être présent parmi les grands maitres céramistes qui continuent à perpétuer la beauté, la tradition et la modernité de la céramique.

« Je suis heureux parce que cette exposition rend hommage à un maître-céramiste exceptionnel, Boujemaâ Lamali », s’est-il réjoui, mettant en avant l’important travail accompli par la Fondation Nationale des Musées depuis sa création en vue de promouvoir et préserver l’art et la culture du Royaume.

« A l’occasion de la célébration du sixième anniversaire d’inauguration par le Souverain du Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain (MMVI), nous avons décidé d’assurer la gratuité de l’accès à l’ensemble des musées relevant de la FNM pendant 8 jours, afin de célébrer l’art, notre culture et la beauté », a-t-il dit.

+ Un riche répertoire de ses œuvres contenant 450 objets +

M. Qotbi a, en outre, émis le voeu de « pouvoir rendre hommage aux maitres céramistes, une fois le musée originel de la céramique de Meknès restauré, en attribuant à chaque salle de cette structure muséale le nom d’un artisan céramiste ».

M. Said Chamssi, conservateur du Musée national de la Céramique, a mis l’accent, quant à lui, sur la particularité de la célébration par la FNM du centenaire du maitre-céramiste Boujemaâ Lamali, ce qui témoigne, selon lui, de sa conviction de l’importance des musées dans la promotion et la diffusion de la culture des métiers et sa vulgarisation auprès des jeunes générations.

Moulay Ahmed Serghini, l’un des grands maîtres céramistes à Safi, a mis en avant la particularité de la cité de l’Océan en tant que ville des Musées, ce qui témoigne, à la fois, de la richesse et de la diversité de la civilisation marocaine en général, et celle Safiote en particulier.

Dans la foulée, il a tenu à préciser que Safi a cette vocation d’être la capitale de la céramique par excellence, avec une histoire séculaire qui pourrait remonter à l’époque des Phéniciens, notant que la notoriété et la particularité de la céramique de Safi, de par ses couleurs, sa qualité, ses formats, et ses motifs et dessins, dépassent les seules frontières nationales

A noter que le travail de Lamali a influencé la plupart des céramistes de Safi (Al-Sousi, Serghini Al-Taher, Abdelqader Leghrissi, Mohamed Rbati Sentil…), a permis à la ville de Safi d’acquérir le statut de capitale de la céramique marocaine après Fès, et de représenter le Maroc lors de nombreuses expositions internationales.

Natif d’Alger et lauréat des Beaux- Arts de la capitale algérienne et de la Manufacture Nationale de Sèvres, Lamali choisit le Maroc et la ville de Safi pour s’y installer définitivement après des expériences enrichies auprès de céramistes français aux Musées du Louvre et Du Clyny.

Il débute sa carrière marocaine, en 1919, par l’encadrement des potiers de Safi sur la Colline des Potiers. Un an plus tard, il y fonde une école des métiers de céramique, première du genre au Maroc et en Afrique, avec le Service des Arts Indigènes.

En plus de son métier de formateur, il décore les pièces de poteries façonnées par les potiers Ismaïl Sayssi, Taybi Khullala, Larbi Khadjar et bien d’autres.

Décédé en 1971, il avait légué un riche répertoire de ses œuvres contenant 450 objets, dont la plupart ont été récupérés et conservés par le Musée National de la Céramique de Safi. (MAP)

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.