Une affaire qui fait couler beaucoup d’encre. La Cour d’Appel Casablanca a poursuivi l’examen de l’affaire de falsification de documents officiels pour l’acquisition de la nationalité marocaine au profit d’Israéliens en auditionnant deux des mis en cause dans ce dossier.

Selon le site d’info alyaoum24.com , la cour a achevé l’audition d’Ihsan. J., propriétaire d’une agence de voyage, qui a nié toute implication dans cette affaire, expliquant qu’elle rendait des services juridiques à ses amis israéliens avec lesquels elle entretenait une relation d’amitié vue la nature de son travail et sa relation avec le chef du réseau, Mimoun B. « .

Ihsan, qui avait précédemment déclaré devant la cour qu’elle était très liée à Mimoun B. au point d’envisager de se marier avec ce dernier, a rejeté toutes les charges retenues contre elle notamment celles de « corruption dans le but de commettre un crime, de participation à la falsification de documents et de registres officiels, et de faux et usage de faux ».

De son côté, Amina B., propriétaire d’une boutique de cosmétiques, a également rejeté les accusations portées contre elle notamment celle de falsification de documents administratifs, accusant les éléments de la Brigade nationale de la police judiciaire d’avoir mélangé toutes les pièces saisies. Elle a expliqué que les documents qui ont été présentés ne la concernent pas exceptés ceux qui étaient en sa possession.

Elle a réitéré qu’elle opérait légalement en réunissant les documents et en les remettant à une avocate du barreau de Casablanca, dont elle a cité le nom mais qui s’est avérée être, après les recherches, une personne fantôme.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.