Scandale. Le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, a saisi son homologue Abdelkader Amara, qui est en charge des licences pour l’exploitation des carrières de sable maritime, au sujet de l’autorisation accordée à Drapor, une entreprise spécialisée dans le dragage, pour exploiter une carrière sur la côte de Larache.

Dans sa lettre, Akhannouch exprime son « refus catégorique » à l’exploitation des carrières de sable, soulignant avoir reçu plusieurs pétitions de professionnels de la pêche dans lesquelles ces derniers expliquent les répercussions négatives du dragage de sable sur l’activité de pêche en raison de son effet sur l’écosystème marin et les déséquilibres importants qui en résultent sur la santé et l’abondance des stocks de poissons.

Akhannouch rappelle aussi que selon une étude de l’Institut national de recherche en pêche maritime l’activité de dragage du sable est préjudiciable à la richesse halieutique des côtes de la province de Larache et a des effets dévastateurs sur tous les organismes vivants dans cette zone considérée comme étant sensible pour plusieurs espèces marines et comme un lieu d’incubation de nombreux types de poissons comme les anchois, le merlan et la crevette rose.

+ Amara et Rabbah dans l’œil du cyclone +

La pêche maritime est une des activités des plus importantes de la région, rappelle Akhannouch soulignant que l’exploitation du sable marin a un impact direct sur la productivité de ces espèces à long terme, ainsi que sur les coraux.

Selon le quotidien Casablancais « Al Akhbar », le ministre Amara avait rejeté une demande de renouvellement d’une licence d’exploitation d’une carrière de sable, en vertu de la loi révisée à ce sujet en 2018, mais le ministère Rabbah a contourné ce texte en inscrivant la licence dans le cadre des études d’impact sur l’environnement de cette activité sur les sites marins s’étendant de Tanger à Rabat.

Le journal souligne que les organisations de la société civile et des professionnels de la pêche à Larache et Kénitra ont exprimé, dès qu’ils ont appris le renouvellement de cette licence, ils y ont exprimé leur opposition, mais Rabbah a profité de la période de confinement sanitaire pour convoquer des réunions du comité national chargé de décider des études d’impact environnemental qui est sous sa tutelle en tant que ministre de l’environnement pour accorder ladite licence malgré l’opposition des autres départements dont l’Institut national de la pêche maritime relevant du département d’Akhannouch.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.