La police judiciaire de Dakhla a interpellé, mardi sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), six individus d’origine subsaharienne pour leur implication présumée dans une affaire d’enlèvement, de séquestration avec torture et d’organisation de l’immigration clandestine.

Les services de la sûreté nationale avaient réagi avec sérieux et célérité à une vidéo relayée sur des applications de messagerie instantanée montrant un Subsaharien ligoté des mains et des pieds et qui subissait une cautérisation et une agression volontaire avec une matière plastique en feu, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les enquêtes et investigations techniques et de terrain menées à ce sujet ont permis d’identifier la victime ainsi qu’un autre individu ayant également été enlevé par les mis en cause, ajoute la même source.

+ Règlement de comptes entre deux réseaux criminels suite à l’échec, le 5 août dernier, d’une opération d’immigration +

Quatre individus, âgé entre 20 et 46 ans, soupçonnés d’avoir perpétrés ces actes criminels ont par la suite été interpellés, précise la même source.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les quatre mis en cause ont enlevé et séquestré les deux victimes dans le cadre d’un règlement de comptes entre deux réseaux criminels suite à l’échec, le 5 août dernier, d’une opération d’immigration clandestine vers les îles Canaries, où les deux victimes avaient joué le rôle d’intermédiaires pour attirer les candidats à l’immigration.

Les six suspects, dont les deux victimes, ont été placées en garde à vue à la disposition de l’enquête préliminaire menée sous la supervision du parquet compétent en vue d’élucider les circonstances de cette affaire et de déterminer les ramifications et liens présumés de ce réseau criminel, conclut la DGSN.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.