Pragmatisme ou opportunisme intellectuel? L’écrivaine française d’origine marocaine a surpris nombreux téléspectateurs par sa récente sortie médiatique en France sur le sujet controversé du voile et des femmes voilées.

Avec de nombreuses années passée en France – – après son départ de Casablanca – -, Leila Slimani connaît bien son nouvel environnement et du coup n’a pas hésité à dénoncer ceux qui osent montrer du doigt les voilées de l’Islam.

« Il y a une grande différence entre être contre le voile et s’attaquer à une femme voilée », s’indigne l’écrivaine franco-marocaine, lors d’un débat télévisé lors de l’émission C Politique sur la chaîne France 5.

Pour rappel, C Politique est un magazine de décryptage constitué de reportages sur la semaine politique. Karim Rissouli est entouré de chroniqueurs qui interviennent sur des thématiques spécifiques et reçoit chaque semaine deux invités politiques.

Venue le 20 septembre faire la promotion de son dernier roman, « Le pays des autres », sur le plateau de « C Politique », la romancière féministe a profité de l’occasion pour fustiger la réaction des élus LR et LREM.

Pour rappel, le 17 septembre, plusieurs députés LR et LREM ont quitté l’Hémicycle en signe de protestation face au foulard porté par Maryam Pougetoux, vice-présidente de l’Union nationale des étudiants de France (Unef). Elle a été accusée de prosélytisme et d’“atteinte à la laïcité”, selon Le Monde.

+ L’éloge de la nuance… +

Lors de ce débat, Leila Slimani regrette ce qu’elle considère une « culture du clash » où chacun devient l’« otage de la polémique » ; reflet d’après elle d’une « société qui donne très peu de place à la nuance et à la complexité ».

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, on vit dans une société qui laisse peu de place à la nuance. Dans une société qui survalorise la radicalité. Or je trouve ça facile d’être radical. Il est beaucoup plus facile de s’indigner que de penser. »

Selon des commentaires dans la presse française, l’écrivaine a bien fait « l’éloge de la nuance » sur la question controversée du port du voile en France.

Une chose est sure, Leila Slimani a apparemment une position ferme : « Je n’ai pas à juger la femme qui porte une minijupe ni celle qui est voilée, on ne va pas à se comporter comme l’Iran et juger les femmes sur la façon dont elles sont habillées. Chacun fait comme il veut dans le respect de la loi », affirme-t-elle.

Sur Twitter, la députée LREM de Paris Anne-Christine Lang qui avait quitté la commission, a réagi aux propos de l’écrivaine en justifiant son attitude comme étant un refus de la « provocation » de la part de l’Unef.

Mais qu’est-ce que le « voile » sans les femmes qui le portent? Le voile n’existe pas pour et par lui-même. C’est un signe qui se révèle avec le corps (racisé, musulman) qui le porte. Un voile non-islamique ne soulèverait pas les mêmes passions, a réagi une dame sur Twitter.

Le débat reste ouvert…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.