Une histoire de « viol » et de « chantage » qui fait jaser les internautes depuis plusieurs jours. D’ailleurs, le parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI), qui a accusé trois personnes de « chantage » , n’a pas assisté à l’audience de dimanche, au cours de laquelle les mis en cause ont été déférés devant le parquet au tribunal de première instance de Fès.

Selon le site arabophone alyaoum24.com, le parlementaire et un des dirigeants locaux du RNI, accuse les 3 mis en cause de l’avoir fait chanter avec des enregistrements sextapes en exploitant une jeune fille membre de la jeunesse du RNI à Fès, qui se présente dans lesdits enregistrements échangés sur les réseaux sociaux comme étant sa maîtresse en l’accusant de viol et d’abus sexuels.

L’absence de l’accusateur a surpris plus d’un, selon la même source qui a précisé que ce dernier s’est envolé à destination de la France, alors que les enquêteurs lui avaient demandé de rester à la disposition de l’enquête ce qui a empêché de le confronter à la jeune fille « CH. B. » qui a été auditionnée par la substitut du procureur du roi.

+ Selon le parlementaire : il s’agit d’une affaire de chantage et d’une sextape fabriquée pour le faire chanter et nuire à sa réputation +

A l’issue de l’audition des mis en cause, qui ont comparu en état d’arrestation, la substitut du procureur du roi a ordonné de présenter la jeune fille de nouveau aux enquêteurs de la police judiciaire pour un approfondissement de l’enquête, concernant l’affaire de chantage et ses déclarations relatives à sa relation avec le parlementaire dans lesquelles elle accuse de l’avoir déflorée avec violence et d’avoir abusé d’elle sexuellement en lui promettant le mariage.

Selon la même source, la jeune fille a été renvoyée devant la police judiciaire pour approfondissement de l’enquête, après qu’elle s’est retractée dans une nouvelle vidéo publiée dimanche matin, dans laquelle elle annonce que le parlementaire était innocent des faits qui lui sont reprochés, dont les agressions sexuelles.

Pour sa part, le parlementaire et responsable local du RNI à Fès nie avoir toute relation avec la jeune fille, membre de la jeunesse de son parti, rejetant toutes les accusations contenues à son encontre, soutenant qu’il s’agit d’une affaire de chantage et d’une sextape fabriquée pour le faire chanter et nuire à sa réputation d’homme politique.

Le procès des trois suspects a débuté lundi après leur arrestation, vendredi dernier, à la suite d’une embuscade que leur a tenue la police.

Le parquet a décidé de poursuivre pour chantage le mis en cause principal, qui est le secrétaire de la section locale du syndicat proche du RNI, et pour participation les deux autres prévenus.

A noter que le leader du PAM, Abdellatif Ouahbi a sauté sur l’occasion pour adresser un courrier au Ministre de l’Intérieur lui demandant des éclaircissements sur la véracité de la dite vidéo et des accusations de la jeune fille relatives au viol avec violence.

Une histoire qui fait tâche d’huile au moment où le parlementaire en question se trouve en France après avoir filé à l’anglaise, dit-on.

Affaire à suivre…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.