Cher ministre,

Permettez-moi de vous féliciter du fond de mon coeur pour avoir réussi à obtenir de la Banque Européenne d’Investissements un prêt total de deux cents millions d’euros au profit de notre pays.

Ces deux cents millions d’euros, notre pays les recevra en deux tranches de cent millions d’euros, chacune. Imaginez, cher ministre, que le versement de la deuxième tranche de cent millions d’euros au profit de notre pays prenne indéfiniment du retard à cause de faux calculs politiciens de la part de bureaucrates bornés ou tout bonnement corrompus.

Ce prêt de deux cents millions d’euros, qui est accordé à notre pays pour qu’il continue sa lutte contre le Coronavirus, ne doit pas nous faire oublier un autre virus qui gangrène la vie quotidienne des citoyens et que nous devons tous combattre.

Ce virus s’appelle La bureaucratie. Une tare dont les citoyens sont quotidiennement victimes. À ce sujet, permette-moi, cher ministre, de vous faire part de ma grande déception, voire ma révolte, quand j’apprends que le contrôleur financier du Théâtre Mohammed V, s’était opposé et continue de s’opposer catégoriquement à la décision du directeur du Théâtre Mohammed V de nous accorder la deuxième tranche de la subvention, accordée par le théâtre Mohammed V à la compagnie du théâtre Nabyl Lahlou, dans le cadre d’une coproduction théâtrale.

Si vous le permettez, cher ministre, voici le scénario : L’après-midi du 5 mars dernier, alors que nous étions en pleines répétitions au Théâtre Mohammed V de notre nouvelle création théâtrale LA FEMME AU COLT 45, le directeur du Théâtre Mohammed V arriva en catastrophe au théâtre pour nous annoncer que les deux premières représentations de LA FEMME AU COLT 45, qui devaient avoir lieu au Théâtre Mohammed V, jeudi et vendredi, 12 et 13 mars 2020, sont annulées par le ministère de l’Intérieur. La pièce de théâtre LA FEMME AU COLT 45 de Marie Redonnet est une coproduction entre la Compagnie du Théâtre Nabyl Lahlou et le Théâtre Mohammed V.

La participation financière du Théâtre Mohammed V à cette coproduction est de deux cent cinquante mille dirhams (TVA comprise). Fin novembre 2019, alors que les répétitions entraient dans leur troisième semaine, une première tranche de cent vingt cinq mille dirhams (une poussière par rapport aux deux cent millions d’euros) fut versée au compte bancaire de la Compagnie du Théâtre Nabyl Lahlou. Quant au versement de la deuxième tranche, le contrat stipule qu’il ne sera effectué qu’après que deux représentations de LA FEMME AU COLT 45 seront données au profit du Théâtre Mohammed V.

Voilà déjà six mois que les deux premières représentations de LA FEMME AU COLT 45 ont été annulées par le ministère de l’Intérieur qui, pour cause de la pandémie du Coronavirus, avait ordonné l’annulation de toutes les activités culturelles, artistiques, théâtrales, cinématographies et sportives, sans que le Théâtre Mohammed V ne se soucie de procéder au versement de la deuxième tranche, pourtant promis par son directeur. En ma qualité de metteur en scène de LA FEMME AU COLT 45, dès l’annonce de l’annulation des deux premières représentations, j’ai demandé à monsieur Mohamed Benhssain, le directeur du Théâtre Mohammed V, quel sort comptait-il réserver au versement de la deuxième tranche de cent vingt cinq mille dirhams, puisque l’annulation des deux représentations ne vient pas de nous.

« J’espère que vous allez nous verser la deuxième tranche pour que les sept grands artistes, qui ont pris part, depuis le mois de novembre 2019 à la réalisation de LA FEMME AU COLT 45, puissent recevoir leurs cachets », avais-je dit à monsieur Mohamed Benhssain qui me répondit que le versement de la deuxième tranche sera fait.Malheureusement, la décision du directeur du Théâtre Mohammed V de procéder au versement de la deuxième tranche, dès le mois d’avril dernier, s’était heurtée au refus de Madame la contrôleuse financière qui refuse toujours d’entériner la décision du directeur de nous verser la deuxième tranche.

Aujourd’hui, ni monsieur le Premier ministre, Saad Eddine El Othmani, qui met rarement les pieds dans un théâtre où dans un cinéma, ni le ministre de l’Intérieur, monsieur Abdelouafi Laftit, qui beaucoup de chats à fouetter par cette sombre période du Covid-19, ni monsieur Othmane Firdaous, le ministre de la Culture auprès de qui j’ai sollicité, sans succès, une entrevue, ne peuvent savoir ni prévoir quand la saison culturelle et théâtrale 20/21, pourrait voir le jour pour que nous puissions jouer LA FEMME AU COLT 45 afin de satisfaire les caprices de Madame la contrôleuse financière.

Le départ de la rentrée théâtrale 20/21 est lié à la mort définitive du Coronavirus et de son enterrement à jamais. En attendant, occupons-nous de combattre jusqu’à la mort cette pieuvre nommée BUREAUCRATIE, dont Madame la contrôleuse financière du théâtre Mohammed V semble en être une bonne disciple.

Soyez donc audacieux et courageux, cher ministre, pour débureaucratiser les mentalités, les comportements et les esprits des fonctionnaires, tous grades confondus, pour mieux les humaniser afin qu’ils se sentent libres et fiers de prendre, quand il le faut, des initiatives personnelles, même si ces initiatives peuvent aller à l’encontre de « règles » et de « lois », encore en vigueur depuis le protectorat.

Rabat 2 septembre 2020

Signé : Nabyl Lahlou

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.