Le Docteur marocain, Moncef Slaoui dans l’œil du cyclone? Des démocrates, membres du Sénat et Congrès américains, ont demandé à un cabinet de conseil d’Alexandrie, ville adjacente de Washington DC, des détails sur le contrat inhabituel qui a permis au conseiller scientifique en chef de l’opération Warp Speed (OWP) du président Trump (pour trouver un vaccin contre Covid-19) de maintenir des investissements personnels et d’éviter de divulguer des informations éthiques relatives à ses participations dans des sociétés pharmaceutiques, a rapporté mardi le quotidien « The Washington Post ».

Dans une lettre adressée lundi au cabinet de conseil « Advanced Decision Vectors » (ADV), la sénatrice Elizabeth Warren et deux autres législateurs demandent à ce cabinet d’expliquer son rôle dans la désignation du dirigeant de la société pharmaceutique Moncef Slaoui en tant que conseiller en chef des vaccins contre les coronavirus à l’administration Trump pour 1 dollar.

En désignant Slaoui comme un contractant privé extérieur, l’administration a permis à Slaoui d’éviter la divulgation des investissements importants des sociétés pharmaceutiques qu’il avait accumulés en tant qu’ancien dirigeant de GlaxoSmithKline et en tant que partenaire d’un grand fonds de capital-risque, Medicxi. Les défenseurs des consommateurs, les activistes de la tarification des produits pharmaceutiques et les démocrates du Congrès voit en l’arrangement un moyen de contourner les règles d’éthique pour les responsables gouvernementaux.

« On ne sait pas du tout quel est le rôle d’ADV dans ce contrat, ni en quoi il est dans l’intérêt de l’entreprise de servir d’intermédiaire dans un programme qui semble être conçu uniquement pour permettre à un scientifique de haut niveau impliqué dans OWS d’éviter d’éluder ses graves conflits d’intérêts financiers », ont écrit les sénateurs Warren, Richard Blumenthal (Connecticut) et la représentante Pramila Jayapal (Washington DC).

+ Que dit le contrat sur d’éventuels conflits d’intérêts financiers ? +

Les législateurs demandent des détails sur les termes du contrat de Slaoui avec l’administration, y compris son indemnisation et ses avantages et ce que le contrat dit de ses éventuels conflits d’intérêts financiers. Ils demandent également si ADV a eu pour instruction de retenir Slaoui à la demande d’un représentant du gouvernement.

La société indique sur son site Web qu’elle a été fondée en 2009 et qu’elle a une expérience avec les départements de la défense et des transports. En mai, la société a remporté un contrat avec l’agence nationale de la santé « National Institutes of Health » d’une valeur s’élevant à 1,5 million de dollars pour fournir des services de conseil à l’agence dans ses efforts pour trouver et produire en masse un vaccin contre le coronavirus, selon les données fédérales sur les dépenses, USAspending.gov. Trump a nommé Slaoui pour codiriger l’opération Warp Speed le 15 mai.

Un responsable de l’administration, qui a requis l’anonymat, a indiqué que l’accord avec ADV comprend les services d’autres conseillers pour l’opération Warp Speed, pas seulement de Slaoui. Il comprend également le remboursement des frais de logement, de transport et de divers frais de déplacement pour Slaoui, a-t-il fait savoir. Les frais de logement et d’hôtel de Slaoui ont atteint 17.000 dollars au 22 août, a indiqué le responsable.

« Tous les fonds non utilisés pour rembourser Dr Slaoui pour les frais de logement ou d’hôtel seront retournés au gouvernement américain », a précisé le responsable.

ADV n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Au moment de sa nomination, l’administration a annoncé que Slaoui avait quitté le conseil d’administration de Moderna le 14 mai et procédait à la vente de la totalité de ses actions dans l’entreprise. Moderna a reçu des centaines de millions de subventions gouvernementales pour développer et fabriquer des vaccins et a un contrat pour fournir 100 millions de doses au gouvernement.

+ Slaoui : « Je suis maintenant convaincu que la presse n’a qu’un seul objectif, qui est de façonner les opinions et de déformer l’information…”+

Slaoui a déclaré qu’il avait l’intention de conserver ses actions dans GSK. GSK a depuis été sélectionné, en partenariat avec Sanofi, pour fournir 100 millions de doses de vaccin expérimental contre le nouveau coronavirus au gouvernement américain.

« Si les actions GSK ont plus de valeur que l’indice pharmaceutique moyen, le Dr Slaoui s’est engagé à faire don de la différence à l’agence National Institutes of Health (HHS) pour la poursuite de la recherche », a souligné le responsable de l’administration.

Moderna et le partenariat GSK-Sanofi font partie d’une demi-douzaine de projets de l’industrie privée qui ont été identifiés par le gouvernement pour produire un vaccin.

Dans un podcast du ministère de la Santé et des Services sociaux réalisé avec Michael Caputo, secrétaire adjoint du HHS pour les affaires publiques, et publié le 31 juillet, Slaoui a exprimé son mécontentement face aux questions entourant ses finances personnelles en s’attaquant en particulier aux médias.

« D’abord j’ai été étonné puis extrêmement déçu par le fait qu’ayant pris une décision qui n’a rien à voir avec ma motivation ou mon opinion politiques, car je pense que c’est sans importance devant la taille du problème, j’ai pris la décision d’aider à résoudre un problème, quel que soit le président, quelle que soit la couleur de l’administration. Et je suis étonné que je sois attaqué à titre personnel », a déclaré Slaoui dans le podcast.

« Je pensais que, vous savez, la presse informe, mais je suis maintenant convaincu que la presse n’a qu’un seul objectif, qui est de façonner les opinions et de déformer l’information de manière à lui permettre de façonner l’opinion. Et je trouve cela contraire à l’éthique, extrêmement décevant », a ajouté Slaoui.

Répondant à une plainte des groupes de défense « Public Citizen et Lower Drug Prize Now », le bureau de l’inspecteur général du département de la santé a déclaré en juillet que Slaoui ne serait pas à son poste plus de 130 jours, ce qui ne le qualifie pas pour être « un employé spécial du gouvernement », une désignation qui l’aurait obligé à divulguer ses informations financières et à respecter les règles sur les conflits d’intérêts.

Dans une lettre datée du 30 juillet et adressée à Warren et aux autres parlementaires, le département de la santé a indiqué que Slaoui n’avait pas de pouvoirs de décision d’un fonctionnaire du gouvernement. Slaoui est le co-chef de l’opération Warp Speed avec le général de l’armée Gustave F. Perna, un général quatre étoiles qui en est le chef des opérations.

Slaoui est un « scientifique d’élite » avec une connaissance importante du développement de vaccins et sert en sa capacité de conseiller en aidant le gouvernement à trouver les vaccins les plus prometteurs, a souligné le département de la santé.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.