Pragmatisme. M. Addou, le PDG de Royal Air Maroc (RAM) n’a pas tenu sa promesse d’il y a quelques semaines sur « la sauvegarde » des emplois. Et pour cause, lors de la réunion du comité d’entreprise en début de semaine à Casablanca, il a été décidé de licencier 750 cadres dont 150 pilotes, selon des sources concordantes.

Une source officielle proche du dossier a expliqué à Article19.ma que le plan de restructuration de la RAM a été « approuvé par les autorités gouvernementales et comporte des clause relatives à la rationalisation de la gestion de l’entreprise ».

La dite-rationalisation comporte un volet relatif aux ressources humaines avec une réduction de 30% de l’effectif sur un total estimé à près de 3.000 personnes et de 30% de la flotte en activité, soit une vingtaine d’avions dont de gros porteurs, précise la même source.

La RAM va bénéficier d’un crédit bancaire garanti par l’État à hauteur de 2,5 milliards de dirhams afin de relancer son activité et faire face à une compétition de plus en plus agressive sur la période 2020 – 2023, souligne la même source.

La Direction de la RAM est consciente des enjeux internationaux dans le domaine aéronautique en ces temps difficiles de la pandémie du coronavirus (Covid-19), a commenté un parlementaire du PAM qui suit de très près le dossier de la RAM.

« La RAM n’a pas 36 choix, soit elle s’adapte au nouvel environnement international soit elle risque de disparaître », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter que les pouvoirs publics « ne manqueront pas de soutenir financièrement la RAM comme ils l’ont fait par le passé ».

A des temps exceptionnels, « des décisions exceptionnellement douloureuses », conclua-t-il, dans une allusion à la crise économique internationale due à la pandémie et qui a paralysé l’aviation civile pendant plus de trois mois.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.