Rêve d’un ministre. Le Maroc ambitionne d’améliorer sa compétitivité et de détrôner l’Inde et la Chine en tant que hub attractif pour les investissements automobiles, a indiqué le ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique Moulay Hafid Elalamy.

En capitalisant sur ses investissements dans une économie décarbonée et dans les énergies renouvelables, le Maroc est sur le point de réduire l’écart de compétitivité avec la Chine et l’Inde, a souligné Elalamy lors d’une rencontre organisée, le weekend dernier par la Chambre Française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM), en présence d’Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc.

Elalamy, dont les propos ont été relayés par le quotidien l’Economiste, a ajouté que la pandémie de coronavirus a poussé de nombreux fabricants à réduire leur dépendance à l’égard de la Chine pour éviter une interruption de l’approvisionnement et réduire leurs coûts.

+ Une compétitivité « nearshore »… en particulier dans le secteur automobile +

Autre atout, le Maroc constitue, selon le ministre, une base de compétitivité « nearshore »… en particulier dans le secteur automobile. « Le Royaume est monté en compétitivité devenant plus compétitif que les pays européens y compris de l’Est et que la Turquie. Il n’y a aujourd’hui que deux pays qui nous battent, la Chine et l’Inde », a-t-il affirmé.

Elalamy a rappelé qu’en plus des deux constructeurs automobiles français, Renault et PSA, le Royaume abrite quelque 250 entreprises qui forment l’écosystème, précisant que « ces équipementiers exportent à partir du Maroc dans 74 pays dont la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Grande Bretagne, les USA, le Mexique, la Corée du Sud pour le compte de Renault, PSA, Volkswagen, Daimler, Ford, GM, Jaguar Land Rover… ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.