Selon le FSB (ex-KGB), « obman » serait le mot adéquat en russe pour définir « la tromperie », notamment celle d’Alger et plus particulièrement de ses militaires de passage à l’Academie de Mitchourinski Prospect, à Moscou.

Et pour cause, au mois de mai dernier, l’Algérie s’est plainte du projet de construction près de sa frontière occidentale, plus précisément dans la zone de Jerada, d’une caserne des Forces armées royales (FAR) estimant qu’il s’agit d’une « base militaire ».

Les FAR avaient immédiatement démenti la propagande d’Alger en affirmant qu’il s’agit de la construction d’une « petite caserne » à vocation d’hébergement de troupes ni plus ni moins, et que d’autres casernes, implantées depuis longtemps, occupent une situation similaire par rapport à la frontière avec le voisin de l’Est.

Comme à son accoutumé, les médias algériens s’étaient aussitôt mêlés de cette histoire kafkaïenne en reprochant au Royaume de « multiplier ses bases » le long de la frontière maroco-algérienne pour soi-disant « espionner » entre autres l’Algérie.

Au fait les complaintes algériennes cachent mal la construction sans interruption par l’armée algérienne, de bases militaires situées à une distance maximale de 60 km de la frontière avec le Royaume, et ce, comme le montrent des images satellitaires obtenues par le forum « FAR-Maroc », selon le site arabophone Hespress.com.

Ces images montrent de nombreuses bases militaires algériennes construites le long de la bande frontalière, dont trois casernes d’infanterie avec des systèmes de défense aérienne S-300 à seulement 8 km de la zone frontalière.

Elles montrent aussi une autre caserne militaire de logistiques militaires à 10 km de la frontière, et une autre qui n’est qu’à 6 km de la frontière.

+ Les images satellites montrent aussi des bases militaires d’artillerie et des casernes militaires +

D’autres bases militaires longent aussi les frontières dont une de défense anti-aérienne et une caserne militaire à 35 km en plus de deux autres à 40 km de la frontière.

Selon le forum FAR-Maroc, l’armée algérienne dispose aussi d’autres bases militaires, dont une est dédiée à l’écoute avec des radars à 40 km de la frontière, et une autre avec des casernes militaires à 35 km de la frontière en plus d’une base de l’artillerie à 30 km de la frontière, ajoute Hespress.

En plus d’une base militaire à 35 km des frontières avec le Maroc, l’armée algérienne dispose d’une base de blindés à 23 km, une autre d’infanterie à 26 km et d’une autre encore de blindée à 35 km de la frontière en plus d’une piste d’atterrissage militaire à 50 km de la frontière.

Les images satellites montrent aussi des bases militaires d’artillerie et des casernes militaires à 30 km et 50 km, une base de blindés à 40 km de la frontière, une autre base à 45 km de la frontière en plus d’une autre à 35 km de la frontière.

Elles montrent également des véhicules et des avions militaires près de la frontière avec le Maroc, en plus de radars installés à 40 km de la frontière.

Quant à la ville de Tindouf, au sud-ouest algérien, elle est devenue une énorme base militaire avec de nombreux installations militaires, des radars, des avions, des chars et de l’artillerie à seulement 30 km de la frontière avec le Maroc.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.