Au Maroc, ils sont très en colère, les députés du PJD, semble-t-il. Et pour cause, le groupe du Parti justice et développement (PJD) à la Chambre des représentants n’a pas mâché ses mots face à ce qu’il appelé le « dépassement des institutions représentatives » du secteur de la presse, suite à l’annonce par le ministre de la Culture, Othman El Ferdaous d’accorder « un soutien exceptionnel » de 215 millions dirhams à la nouvelle Association nationale des médias et des éditeurs (ANME) en cette période difficile de pandémie.

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement et leader du PJD, Saad Eddine El Othmani, le groupe parlementaire a exprimé son « étonnement » quant à la manière dont ce soutien financier substantiel a été annoncé.

Selon ce groupe d’islamistes très actif au sein de l’hémicycle, le ministère de tutelle, et celui des Finances auraient même « violé l’article 36 de la Constitution », dans une allusion au « trafic d’influence et de privilèges… »

+ Une tempête dans une tasse de thé +

Et ce n’est pas fini, le groupe reproche aussi au ministère de la culture d’avoir contourné toutes les institutions et les organes nationaux et professionnels du secteur, en particulier le Conseil national de la presse (CNP), qui comprend des représentants des journalistes et des éditeurs élus, ainsi que la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) en tant que partenaire principal pour le secteur de la communication et signataire du Contrat Programme de soutien à la presse, et le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) en tant que syndicat le plus représentatif et qui est signataire de la convention collective cadre des journalistes professionnels.

En filigrane, un rapprochement entre le SNPM, le CNP, la FMEJ et le PJD semble prendre forme contre l’aide

Le groupe, qui a loué les efforts consentis par le gouvernement au profit des différents secteurs pour faire face aux répercussions de la pandémie de Covid-19, a appelé le chef de l’exécutif à intervenir d’urgence auprès du ministère concerné pour revoir cette situation, maintenir les institutions de l’État à la même distance vis-à-vis de tous les acteurs du secteur.

Le groupe du PJD a par ailleurs saisi, le ministre de la culture, de la jeunesse et des sports, appelant à la transparence et à la clarté dans l’octroi du soutien exceptionnel à la presse.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.