Polémique. Le bureau de la Chambre des représentants a approuvé mercredi la demande de la commission de l’intérieur de consulter le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) sur le projet de loi 04.20 relatif à la carte d’identité nationale électronique (CNIE), suite à la controverse soulevée au sujet de l’absence du projet de la langue amazighe et de la protection de la vie privée des citoyens.

Lors de sa présentation devant la commission de l’intérieur, le projet avait suscité beaucoup de controverse, en ce sens que des parlementaires ont estimé que la question de l’identité n’est pas technique et revêt une caractère identitaire national dont les composantes définies par la constitution sont les deux langues arabe et amazighe d’autant que l’article 21 de la loi organique sur l’officialisation de l’Amazighe stipule que la carte d’identité nationale doit être comporter, en plus de l’Arabe, la langue Amazighe, a rapporté le site alyaoum24.

Autre la question de la langue amazighe, les députés ont soulevé le problème de la protection des données personnelles et de la vie privée que pose ledit projet en confiant la gestion de ces données à des organismes publics et privés.

Les parlementaires estiment que la protection de la vie privée est un des droits reconnus par la constitution, estimant que ce projet de loi nécessite des consultations avec des acteurs de de la société civile, des experts en technologies de l’information et des juristes en plus du CNDH et de la Commission nationale de contrôle et de la protection des données personnelles.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.