Fidèle au style romantique qui donne une singularité à ses chansons toujours riches en sensations, Elissa a réussi à conquérir, mardi soir sur la Scène Nahda à Rabat, le cœur du public grâce à sa voix éraillée et son timbre d’une rare douceur et de passion débordante.

La star libanaise a jeté le public de Mawazine, dans une espèce d’euphorie collective. Le concert s’est déroulé dans une richesse de sonorités, mêlant les airs mélancoliques de la musique arabe, rehaussés par des rythmes divers puisés dans la musique moderne.

La diva était manifestement émue de retrouver ses admirateurs, particulièrement son public féminin qui constituait le gros lot de l’assistance. Elle s’adressait à chaque fois au public pour lui exprimer sa joie d’être présente à Mawazine.

La chanteuse, qui a réalisé de grands succès grâce au renouvellement des rythmes et des modes musicaux, n’a pas hésité à interpréter des tubes légendaires, tels “Hélwa ya baladi” de la regrettée diva égyptienne Dalida, ou “Awel Marra Téheb ya Qalbi” de la légende Abdel-Halim Hafez.

Une soirée  qu’on peut résumer en deux mots: nostalgie et émotion. Naviguant entre nouveauté et tradition, Elissa prouve au grand public qu’elle est cette artiste qui aborde des styles hors des sentiers battus, et des mélopées distinguées grâce à sa voix éthérée et attendrissante.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.