Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a souligné qu’il n’a aucun différend personnel avec le milliardaire Aziz Akhannouch, qui dirige le parti de la colombe, mais qu’il s’agit d’un « différend politique normal qui ne dépasse pas les limites de la décence …. ».

Dans une interview exclusive à notre site Article19.ma, M. Ouahbi a abordé plusieurs questions d’actualité, telles que le débat houleux sur «l’échec» du gouvernement El Othmani dans la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus et ses effets et l’appel de certains à un «gouvernement de technocrates» pour sortir de la crise sociale et économique que vit le Maroc. Pour lui, «ce sont les ratés et les anti-démocratie qui lèvent ce slogan ».

Voici par ailleurs la transcription de cette interview :

La pandémie de Covid-19:

« Il n’est pas possible de la qualifier parce que c’est naturelle. La nature se défend elle-même et tente de régler ses problèmes. C’est donc naturel que cette année rencontre corona qui pourrait être rencontré une autre année.

Quant à savoir comment nous allons coexister avec (corona). C’est de manière naturelle. Premièrement, nous avons mis en œuvre ce qu’on appelle le confinement sanitaire, nous avons respecté les conditions imposées par le confinement sanitaire et aussi nous avons respecté les instructions des autorités publiques relatives au confinement sanitaire. »

Effets de la pandémie:

« Le poids du Coronavirus va peser sur la pression économique. Il introduira de nombreux changements sur le concept « travail », sur sa nature et sur sa forme, le travail sur le lieu du travail ou chez-soi. Il introduira de grands changements au niveau économique et des priorités. La santé deviendra l’une des grandes priorités ainsi que l’industrie de la santé qui sera parmi les priorités de l’action gouvernementale. »

L’appel à un gouvernement de technocrates:

« C’est un débat absurde. C’est absurde de parler de technocrates dans un régime démocratique. Nous ne pouvons pas imaginer un gouvernement de technocrates. Je pense que ce sont les ratés et les anti-démocratie qui lèvent ce slogan. »

Report des élections:

« En ce moment, je n’y pense pas. Nous avons encore le temps. Nous pouvons régler les problèmes qui existent, revoir les lois et aller aux élections. Je ne pense pas que nous avons perdu du temps ou que nous n’aurons pas le temps pour la tenue des élections. Nous tiendrons les élections en leur temps et nous poursuivrons notre voie vers la démocratie. »

Le PAM pendant le confinement:

« Nous avons travaillé à distance. Le Bureau politique a tenu ses réunions à distance, nous dialoguons à distance et nous poursuivons nos contacts à distances. C’est fatiguant mais les circonstances l’imposent. Nous avons reporté de nombreuses activités et réunions que nous avions programmées et nous avons essayé de les remplacer par des communications à distance à chaque fois que c’était possible. »

Divergences internes:

« C’est normal. C’est un débat interne du parti. Il y a un débat entre les membres du parti. Chacun a son opinion. C’est très naturel qu’un parti démocratique, qu’un grand parti national connaisse ce débat et ces divergences. »

Les relations avec la majorité sont:

« Très normales. Elle sont devenues bonnes. Il y a un dialogue et un débat. Nous avons abandonné la langue de la diffamation et de l’insulte et nous nous sommes mis à discuter des grandes questions. Nous jouons notre rôle comme opposition, eux c’est la majorité et nous respectons la décence et l’éthique et la reconnaissance est mutuelle. »

Les relations avec le RNI:

« Avec le Rassemblement national des indépendants (RNI) nous avons un petit différend, certains de ses dirigeants créent des problèmes parmi nous mais les relations entre nous en tant que dirigeants s’améliorent et se développent chaque jour dans un certain respect mutuel et la non-ingérence de chacune des parties dans les affaires de l’autre partie. »

Les relations avec Akhannouch:

« Très normales. Je n’ai aucun différend avec Akhannouch en tant que personne mais en tant que choix politique et positions politiques. Je pense que nous ne dépasserons pas les limites de la décence et du respect mutuel. »

Sur le décès d’Abderrahmane El Youssoufi:

« C’est une perte. Il restera comme l’une des grandes figures de ce pays. Il a beaucoup donné au Maroc avec modestie et fierté. C’est un homme qui a vécu respecté et est mort respecté. »

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.