Nouvelle crise entre les médecins généralistes admis à l’examen d’entrée dans la fonction publique et le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb: les nouvelles recrues refusent de signer leurs prises de service sans savoir les centres de leurs affectations définitives.

En ce sens, la coordination des médecins généralistes admis au titre de l’année 2020 a adressé une lettre à Ait taleb pour annoncer les centres de leurs affectations.

Dans cette lettre, selon le site arabophone Hespress.com, ces médecins se disent « prêts à servir l’intérêt général » dans le contexte actuel de crise sanitaire mais qu’ils ont le droit de connaître le lieu de leurs affectations définitives afin que « chacun d’eux, en fonction de sa situation personnelle et sociale, puisse décider du sort de sa carrière professionnelle ».

Une source de la coordination a indiqué qu’habituellement, les années précédentes, le ministère de la Santé communiquait les centres d’affectation définitifs en fonction des besoins et que ces affectations se faisaient selon les critères de mérite et des résultats de l’examen, mais que cette année le ministère a imposé des affectations temporaires de 4 à 6 mois avant une affectation définitive.

+ Le ministère de la Santé évite de révéler les centres d’affectation définitifs… +

Selon la coordination, le ministère de la Santé a demandé aux nouvelles recrues de signer un procès-verbal de prise de service avant le 4 juin de manière temporaire dans leurs régions au moment où la coordination refuse cette procédure.

« Les nouveaux médecins ne refusent pas de travailler dans des zones reculées, mais demandent à connaître les centres de leurs affectations définitives afin que les choses soient claires pour eux dès le début pour accepter ou rejeter le poste de travail, de plus cette méthode prive également les meilleurs de la liberté de choisir », a précisé une source de la coordination.

De son côté, le ministère de la Santé refuse de révéler les centres d’affectation définitifs de peur que les médecins ne signent pas les PV de prise de fonction, à un moment où le système de santé marocain a besoin de renforcer ses ressources humaines à la lumière de la crise de Covid-19.

Un responsable des ressources humaines au ministère de la santé a menacé d’annoncer la vacance des postes et de nouveaux concours, sachant que la loi les oblige à rejoindre le travail avant le 30 juin, date d’expiration des postes budgétaires en question.

Le ministère de la Santé avait annoncé récemment les résultats des concours de recrutement de médecins et de cadres paramédicaux. Cependant, le nombre de candidats pour les postes de médecins et d’infirmiers ne couvrait pas les postes vacants annoncés par le ministère.

Seulement 158 candidats ont été inscrits au concours de recrutement de médecins (échelle 11) pour les 299 postes annoncés comme vacants par le ministère.

Au concours de recrutement des infirmiers (échelle 10), seulement 321 personnes ont admises pour passer l’entretien oral, alors que le nombre de postes annoncés s’élève à 357, ajoute le site.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.