Préhistoire : l’Homo Habilis

Par Dr Mohamed Chtatou

Selon vous, quelle est la leçon à tirer du Coronavirus ? Je me demande ces jours-ci si nous sommes arrivés à la fin du premier chapitre de l’histoire de l’humanité. Ce n’est pas seulement la pandémie – le changement climatique, l’effondrement écologique, l’extinction massive, la dépression économique, la paralysie politique, le chaos social et la montée de l’extrémisme. 

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous sommes confrontés à des menaces à un niveau existentiel. La civilisation telle que nous la connaissons ne peut pas continuer sur le chemin auquel nous nous sommes habitués. Et nous avons vu au cours des derniers mois à quelle vitesse le monde tel que nous le connaissons peut s’arrêter net. Si l’avenir n’est pas radicalement différent du passé, notre civilisation va continuer à s’effondrer.

L’une des choses que nous n’avons pas encore bien comprises est la transformation spectaculaire que le 21e siècle va connaître. Pour nous. Et je ne parle pas seulement des coronavirus, mais dans un cadre encore plus large.

Fin d’un chapitre de l’histoire de l’humanité

Le XXIe siècle va marquer la fin d’un chapitre de l’histoire de l’humanité – et peut-être le début d’un autre. Ce sera la fin du premier chapitre de l’histoire de l’humanité – c’est la naissance et l’adolescence, qui est à la fois joyeuse et douloureuse – et, si nous sommes sages, sa transition vers une espèce mature. Laissez-moi vous expliquer ce que j’entends par là.

Le XXIe siècle sera la première fois – jamais – que l’espèce humaine cessera de croître, de s’étendre et de se développer. Pour la première fois de l’histoire, la population humaine devrait atteindre son maximum vers 2050, pour la première fois depuis cent mille ans. Permettez-moi de mettre tout cela en perspective, si votre réponse est « et alors ? – Je pense que c’est l’un des événements les plus importants de tous les temps, et je ne dis pas cela pour le plaisir de l’hyperbole. Il est si puissant et significatif que nous n’avons même pas commencé à y penser. Je pense qu’il explique tout, de la vague de fascisme d’aujourd’hui au changement climatique, en passant par le besoin urgent et désespéré de demain de meilleurs paradigmes pour tout, de l’économie à la politique en passant par la société.

Que signifie vraiment, disons, la fin du premier chapitre de l’histoire de l’humanité ? Elle nous dit que tout va changer, et que cela va changer radicalement, mes amis.

Il y a environ 70 000 ans, un petit nombre d’humains – quelques clans, une tribu, peut-être juste une famille – ont quitté l’Afrique. Ils se sont répandus à travers l’Asie, et plus haut en Europe. Ils ont traversé la Sibérie et atteint les Amériques, ils ont descendu la côte, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent enfin à la pointe de la Patagonie. Cela nous amène à environ 15 000 ans.

Après cela, les êtres humains se sont développés en « civilisations« , et ces civilisations ont commencé à se battre pour la terre, le pouvoir, l’argent et l’or, les esclaves et les serviteurs – pour les ressources, essentiellement. La « civilisation » gagnante a été l’Occident, en fin de compte. L’Occident a « exploré » le « monde », et « découvert » le « nouveau monde » – c’est ce que l’on raconte (c’est faux, comme vous pouvez le voir.) Puis il a procédé à sa colonisation, c’est-à-dire à son asservissement, à son contrôle et à sa domination – tout cela au nom du contrôle de ses ressources, qu’il s’agisse du tabac vierge, du coton indien ou du sucre et du rhum jamaïcain. Et cela nous amène à présent.

Jusqu’à présent – en ce moment même de l’histoire – l’espèce humaine a été caractérisée par un seul acte. L’acte ci-dessus. L’acte d’expansion – pour plus de ressources, puisque le nombre ne cessait de croître, de croître, de croître. Avec l’expansion, sont venus la guerre, l’esclavage, la tyrannie, la haine. Avec l’expansion est venue la violence sous toutes ses formes. Comme le dit étrangement l’histoire biblique : dans l’exil du jardin naît le péché. Que nous le prenions au sérieux ou non, l’histoire de la race humaine jusqu’à présent est celle d’une espèce triomphante, en expansion constante, grâce à la générosité facile, à la plénitude qui l’a précédée. Si mon objectif est de m’étendre, c’est-à-dire de contrôler davantage de ressources, afin que mon peuple puisse se développer, pourquoi ne vous considérerais-je pas aussi comme une « ressource » ?

Ainsi, la race humaine en est venue à être dominée par une certaine attitude, un certain état d’esprit, une certaine manière. La mentalité de prédateur-exploiteur. L’idée, qui a ensuite été formalisée dans les théories « raciales » des suprématistes occidentaux, était la suivante : les êtres humains sont les prédateurs de pointe, assis au sommet des chaînes alimentaires et des ressources naturelles du globe. En tant que prédateurs de pointe, ils avaient tout simplement le droit de piller, de piller et de piller – d’exploiter. Sans y réfléchir à deux fois – sans même y réfléchir une seule fois.

La mentalité de prédateur-exploiteur, si nous sommes honnêtes, est présente depuis des millénaires maintenant. Rome l’a léguée – et l’a pratiquée. L’ère occidentale des empires a été essentiellement une grande compétition pour elle – pour dominer les vagues et le monde, ce qui signifiait avoir le plus de colonies à exploiter, le plus de gens et de terres à exploiter. L’Amérique en est venue à en donner l’exemple – en s’emparant des terres, en exploitant les indigènes, en réduisant les Africains en esclavage, avec avidité, avec faim, et maintenant, en l’illustrant par l’Idiot américain. Les nazis, admiratifs de l’Amérique, l’ont portée à des extrêmes grotesques et horribles.

Surpopulation

Mais aujourd’hui, cette époque touche enfin à sa fin. Une fin amère, difficile et inévitable. La race humaine est à la fin de ce chapitre de son histoire. Le cycle de l’expansion et de l’exploitation prédatrices est arrivé à son terme. Il ne reste plus rien à coloniser, ni à exploiter. C’est pourquoi la population humaine va atteindre, pour la toute première fois depuis cent mille ans, son maximum en quelques décennies seulement.

Voyez-vous maintenant à quel point les temps que nous vivons sont importants ? Permettez-moi d’essayer d’expliquer maintenant pourquoi ils sont si turbulents. Si vous comprenez maintenant que le premier chapitre de l’histoire de l’humanité a porté sur l’expansion, la violence, sur les ressources dont une espèce en expansion a besoin pour se développer – alors il devrait être facile de comprendre pourquoi cette époque est si difficile et si troublée.

Cette époque est le point culminant du premier chapitre de l’histoire de l’humanité. Nous imaginons souvent la croissance comme une courbe en forme de « S », une courbe sigmoïde. Mais ce n’est pas vrai pour les êtres humains. La croissance est plutôt une courbe exponentielle, une courbe qui s’élève à l’infini, jusqu’à ce qu’elle soit parallèle au sol. Imaginez maintenant que deux de ces courbes se rencontrent – formant non pas un arc, mais la forme d’un minaret. C’est maintenant. Que dit cette courbe ? Elle indique que de plus en plus de personnes se disputent des ressources en diminution – plus que jamais auparavant, et de très, très loin. Il y a mille ans, c’était peut-être sept millions de personnes qui se disputaient les ressources abondantes des sept continents. Aujourd’hui, ce sont sept milliards de personnes qui se disputent les enveloppes brûlées de ces mêmes continents. Voyez-vous le problème maintenant ?

Parce que ce siècle est le point culminant du chapitre expansionniste de l’histoire de l’humanité, il est en train d’exploser en fascisme. Dans la violence. Dans la stagnation, dans la pauvreté au milieu de l’abondance, dans la rage et le désespoir. C’est une conséquence naturelle du paradigme central – la mentalité de prédateur-exploiteur. Cet état d’esprit allait toujours atteindre ses limites – et lorsqu’il y serait parvenu, la seule chose dont les êtres humains auraient pu s’emparer serait eux-mêmes – leurs propres sociétés, démocraties, villes, villages, rivières, lacs, enfants, vies.

Voilà, mes amis, où nous en sommes aujourd’hui. À la fin du premier chapitre de l’histoire de l’humanité. Et nous sommes déconcertés, déconcertés, paralysés – ou en proie à la rage et à la peur – car si notre paradigme a atteint ses limites, nous ne connaissons pas d’autre moyen. Parce que si nous sommes arrivés à la fin du premier chapitre, nous ne savons pas comment écrire le second. Nous ne savons même pas comment prendre le stylo. Tournez la page. J’aurais peur, je serais anxieux et en colère aussi.

L’humanité a atteint ses limites

Lorsqu’une espèce cesse de s’étendre, on peut dire qu’elle a atteint la maturité. Elle a atteint ses limites. C’est ce que le XXIe siècle est pour l’humanité. C’est le moment où la maturité est à notre portée. La question est de savoir si nous sommes capables de comprendre cela. Si ce n’est pas le cas, nous continuons à essayer d’utiliser une mentalité de prédateur-exploiteur, dans un monde, un temps, un lieu, une étape de notre propre évolution, alors que nous devrions la transcender. Le résultat ? Notre propre disparition. Pas absolue, comme à la fin de la race humaine – mais un retour à l’âge des ténèbres, où des tribus fracturées se font la guerre, et où, lentement, lentement, la population, la civilisation et la modernité se décomposent, s’atrophient et pourrissent. C’est une sorte de mort, aussi, n’est-ce pas ? C’est la mort d’une espèce qui n’a jamais mûri. Qui est restée au stade larvaire, pour ainsi dire.

Maintenant, laissez-moi aborder l’idée – « mais nous irons sur Mars ! » Bien sûr, nous irons. Nous devrions. Ce sera un jour noble et merveilleux lorsque nous, les petites choses, briserons enfin nos liens terrestres. Mais nous ne pouvons pas aller sur Mars et utiliser la mentalité de prédateur-exploiteur. Ce serait futile. À quoi cela servirait-il ? Il n’y a pas de fruits à cueillir. Nous pouvons exploiter les ressources d’autres endroits, comme des planètes entières, pour faire des milliardaires, certes – mais ce n’est pas un progrès. Ce n’est même pas la stase. C’est de la régression. Ce n’est donc pas écrire le prochain chapitre de l’histoire de l’humanité – à moins que lorsque nous allons sur Mars, nous le fassions dans de nouvelles formes d’économie politique et de société qui sont radicalement plus justes, positives, justes et bénéfiques pour tous – il s’agit juste de lire le premier chapitre, à l’envers.

Pollution

Nous avons deux choix à ce stade de l’histoire de l’humanité, mes amis. Nous comprenons enfin notre propre histoire, pour la première fois, afin de pouvoir en écrire le prochain chapitre. Pour que nous puissions prendre le stylo. Tourner la page. Et nous commençons à évoluer – à mûrir. Une espèce mature n’effondre pas ses propres sociétés et ne brûle pas sa propre maison. Une espèce mature ne mange pas ses propres petits, ni ne les sacrifie à des dieux imaginaires, que ce soit ceux de l’Olympe ou ceux des « marchés ». Une espèce mature est une chose sage, courageuse et douce, avec dignité, justice, vérité et plénitude pour tous.

Si nous faisons ce choix, nous commençons à écrire le prochain chapitre de l’histoire humaine. Nous passons de la larve d’une espèce exploitée par les prédateurs au papillon d’une espèce bénéfique. Une espèce qui est plutôt le gardien et le protecteur de toutes les choses nobles, bonnes et belles – que ce soit la démocratie, la dignité, la vérité, la justice ou la vie elle-même.

Ou bien nous lisons le premier chapitre de l’histoire humaine, à l’envers. Nous répétons l’histoire d’une espèce d’exploitation et de prédation, à l’inverse. Nous commençons par le fascisme et le génocide, et nous finissons par vivre dans des grottes, chasser à la lance et chanter des prières effrayantes à la lueur du feu à des dieux vengeurs. Je dirais que jusqu’à présent, nous sommes sur cette voie, n’est-ce pas ?

Conclusion : Tourner la page maintenant

Il va nous falloir un certain temps pour comprendre le message de ce siècle – sa puissance, sa force, sa signification. Que nous devons tourner la page maintenant. De la manière la plus spectaculaire et la plus fondamentale qui soit. Nous devons littéralement tracer un nouveau chemin pour notre espèce – un chemin qui n’a jamais été parcouru auparavant, car nous n’avons jamais eu à tracer les frontières de la maturité.

Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Ce qui précède a été assez difficile à lire, à assimiler, à appréhender, je parie. Je dirais qu’il est temps de commencer, n’est-ce pas ? Parce que les enjeux ne pourraient pas être plus élevés.


Homo Sapiens

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed CHTATOU sur Twitter : @Ayurinu

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.