Témoignage. La chaîne publique turque d’information en continue « TRT World » a consacré sur son site web un article à l’histoire et au rayonnement de l’Université Al Qarawiyyin de Fès.

Voici par ailleurs la traduction de l’anglais cet article-témoignage:

Ce n’est ni Oxford ni Bologne, mais c’est Al Qarawiyyin qui est la plus ancienne université au monde. Elle est encore aujourd’hui en activité dans la ville marocaine de Fès, elle était un lieu débordant de savoir et de multiculturalisme dès le 9ème siècle.

Il y a plus de mille ans, alors que l’Europe était plongée dans le Moyen Âge, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord brillaient de la lumière du savoir. Sous le califat abbasside (750-1258), toute la région représentait un phare d’espoir, rayonnant de cosmopolitisme, avec ses cités méditerranéennes, jusqu’aux côtes du Maroc d’aujourd’hui qui est fier d’être le lieu de différentes cultures et traditions.

À cette époque, surnommée l’âge d’or de l’islam, une jeune femme musulmane, Fatima Al Fahri, a fondé l’Université d’Al Qarawiyyin à Fès, au Maroc, en l’an 859. Selon les Nations Unies, le livre Guinness des records, Manchester University Press et d’autres sources crédibles, Al Qarawiyyin est la plus ancienne université du monde encore en activité aujourd’hui.

Des institutions prestigieuses comme les universités d’Oxford, de Cambridge, de Bologne et de Columbia ont été bâties deux à huit siècles plus tard.

Comme les universités modernes d’aujourd’hui, Al Qarawiyyin a périodiquement accueilli des débats, des colloques et hébergé plusieurs bibliothèques dans ses locaux principaux et ses annexes extérieures.

En effet, sa bibliothèque historique est toujours ouverte au public et expose le diplôme original de Fatima sur un tableau en bois. Elle compte également plus de 4.000 manuscrits sur de nombreux sujets. Le texte du 14ème siècle, Al Muqaddimah, écrit par le célèbre génie universel et historien musulman, Ibn Khaldoun, y est également disponible.

À la fin du 20e siècle, l’université avait commencé à connaître un déclin et jusqu’à ces dernières années, personne n’a entrepris la tâche de la sauver. Il y a quelques années, le gouvernement marocain a finalement saisi l’occasion et a embauché une architecte torontoise, Aziza Chaouni, pour lui donner un coup de jeune indispensable.

Malheureusement, les décennies d’abandon accumulées se sont révélées assez destructrices pour certains manuscrits rares. Certains ont été écrits par les plus grands penseurs du Moyen Âge, comme Ibn Khaldoun, l’historien considéré comme un précurseur de la sociologie d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qui rend l’université si importante aujourd’hui?

Abdelfattah Bougchouf, le conservateur de la bibliothèque d’Al Qarawiyin, a déclaré à Al Jazeera en 2016 que des gens venaient le voir du monde entier simplement pour prendre connaissance de la collection des manuscrits anciens.

L’université a eu une influence considérable sur la pensée universelle et l’avenir de l’humanité.

L’université a été fondée sur le concept de l’enseignement supérieur tel que nous le connaissons aujourd’hui. L’idée d’Al Fihri était de créer un espace où de brillants esprits philosophiques et scientifiques pourraient se rassembler pour un apprentissage avancé et diffuser leurs connaissances à travers le monde au Moyen Âge. C’est exactement ce que s’est passé. L’université a tracé une voie et a transmis une structure d’apprentissage qui a été imitée par l’Europe lors de la fondation de ses plus anciennes institutions au cours des siècles successifs, y compris l’Université de Bologne (fondée en 1088) et l’Université d’Oxford (fondée vers 1096).

Construction étape par étape

Al Fihri est née en Tunisie en l’an 800. Elle était l’héritière d’une dynastie de financiers qui croyait en la science, au pouvoir de la logique et du raisonnement. Lorsqu’elle a hérité d’une grande fortune après la mort de son père, elle a déménagé à Fès, une ville cosmopolite animée à l’époque. À son arrivée, elle a investi une grande partie de sa fortune dans la fondation d’une mosquée et d’un établissement d’enseignement.

Elle inspire toujours les gens au Maroc. Selon Abdul Majid al Mardi, l’imam de la mosquée de l’université, qui est l’une des plus anciennes structures du complexe, Al Fihri était une visionnaire. « Elle a laissé un grand héritage. Ce bâtiment est un phare de la science. Cette université a eu un impact énorme sur différentes cultures et civilisations. C’était une source d’innovation », a-t-il expliqué à Al Jazeera en 2016.

Al Fihri a commencé la construction de l’université en l’an 859 après avoir acheté un terrain à la tribu El-Hawara. La première pierre a été posée pendant le mois sacré du Ramadan et elle l’a nommée d’après son lieu de naissance « Qayrawan » en Tunisie.

En plus d’avoir donné naissance à d’immenses savants et intellectuels musulmans tels que Ibn Roshd, des personnes d’autres confessions y ont également obtenu leur diplôme. Certains croient que le philosophe juif Maïmonide était l’un de ses anciens étudiants étrangers, ainsi que Gerbert d’Aurillac, mieux connu sous le nom de pape Sylvestre II. Plusieurs historiens disent qu’il a été le premier à introduire les chiffres arabes dans le reste de l’Europe.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.