Patience et vigilance car la route est longue, semble-t-il. Le secrétaire général du Parti justice et développement Saad Eddine El Othmani a estimé que les citoyens doivent être prêts à coexister, au cours des prochains mois, avec la pandémie du nouveau coronavirus « qui ne disparaîtra pas d’un seul coup ».

« Nous serons amenés à coexister avec le coronavirus pendant un an ou un an et demi, c’est ce que disent les experts, en ce sens que des mesures de précaution seront maintenues comme l’utilisation de dispositifs de protection, la distanciation sociale et le port des masques », a affirmé El Othmani, dont les propos ont été relayés par plusieurs médias, y compris le site arabophone Hespress.com, lors d’une conférence virtuelle organisée jeudi par la jeunesse du PJD.

Et d’ajouter: « Nous devons coexister avec lui (le virus) qui fera à l’avenir partie de notre vie quotidienne, car nous ne savons pas quand il disparaitra ».

El Othmani qui est aussi le chef de l’exécutif a rappelé que des foyers sont apparus jeudi dans des régions « où nous ne nous y attendions pas », comme Dakhla.

« Nous sommes dans une bataille. Nous en avons gagné une et évité 6000 contaminations et 200 décès par jour, mais nous devons passer d’une victoire à une autre victoire » », dit-il.

+ La priorité sera accordée aux secteurs sociaux, principalement à la santé, à l’éducation et à l’emploi +

Par ailleurs, il a indiqué que le Maroc a commencé à exporter des masques vers plusieurs pays développés, soulignant que les efforts déployés pour sortir de la crise sanitaire avec un minimum de pertes ont contribué à la relance de certains secteurs économiques, selon Hespress.

El Othmani a ainsi relevé que des coopératives se sont impliquées dans la fabrication des masquest, indiquant que cette industrie a donné un coup de pouce au secteur du textile.

El Othmani a affirmé que le Maroc est parvenu à satisfaire ses besoins en produits nécessaires à la prévention sanitaire, tels que le désinfectant hydroalcoolique qu’il importait auparavant, précisant: « Nous avons atteint plus que l’autosuffisance dans tous ces produits que d’autres pays ont du mal à avoir, et nous avons avancé même dans la fabrication de respirateurs conçus par des ingénieurs marocains ».

Concernant sa perception de la période post-Coronavirus, il a fait savoir que la priorité sera accordée aux secteurs sociaux, principalement à la santé, à l’éducation et à l’emploi, en plus de la promotion de la recherche scientifique et de la transition numérique.

Le secrétaire général du PJD a relevé que l’effort social déployé par l’État pour soutenir les catégories touchées par la pandémie a été « sans précédent », soulignant que le nombre de bénéficiaires de l’aide a atteint 4 millions de personnes au cours de la première phase alors que le nombre de bénéficiaires de la seconde phase, qui est toujours en cours, a dépassé les 2 millions.

Abordant le volet politique, El Othmani a soutenu que la prochaine étape exige un nouveau souffle démocratique, « car il ne peut y avoir de développement et de progrès sans démocratie, et il ne peut y avoir de démocratie sans partis politiques actifs, indépendants dans leurs décisions, avec des positions claires et capables d’interagir et de communiquer le plus largement possible avec les citoyens », ajoute la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.