Cela se passe au pays du jasmin, la Tunisie. L’Observatoire Maghrébin des Libertés*** a pris connaissance de faits de maltraitance et d’intimidations exercées sur une famille chrétienne par des proches en raison de sa conversion de l’islam au christianisme, selon un communiqué rendu public, ce lundi.

Selon ce communiqué dont article19.ma a reçu une copie, Asmaa membre de la famille âgée de 20 ans, les faits remontent à l’année 2018 après que la famille a annoncé qu’elle s’était convertie au christianisme, le comportement de sa grand-mère maternelle, sa tante et ses cousins, qui vivaient à l’étage supérieur de la même maison, a changé, allant jusqu’à leur refuser l’accès à la salle de bain et à la cuisine communes.

“Deux mois plus tard, mon cousin nous a agressés, ma mère et mon frère, a pris d’assaut notre domicile et en cassant les meubles et en proliférant des menaces de mort à notre encontre”, précise le communiqué.

Asmaa s’est alors dirigée à la police pour déposer une plainte contre son cousin, “mais au lieu d’enregistrer la plainte, ajoute Asmaa, la police a commencé à m’interroger sur les raisons de ma conversion au christianisme et comment j’ai pu me procurer les livres sur la religion chrétienne. Les autorités m’ont également demandé de leur communiquer les numéros de téléphones de Tunisiens qui se sont convertis au christianisme … tout cela sans établir le procès verbal de la plainte pour agression, les autorités se sont contentées d’émettre une ordonnance restrictive que notre agresseur et moi-même avons signée”.

D’après la même source, “l’agression s’est répétée le vendredi 8 mai 2020 de la part de mon cousin habitant en face de chez nous, devant témoins” et ce après qu’elle se soit rendue une nouvelle fois chez les autorités afin de déposer plainte pour injures répétées et que les autorités ont refusé d’enregistrer.

Après l’agression, Asmaa s’est de nouveau rendue au poste de police pour déposer sa plainte.

Mais encore une fois, les autorités se sont abstenues en me promettant de convoquer l’agresseur au département de police de la province de Ben Arous, Asmaa déclare à l’Observatoire : “je me suis rendue au poste de police plusieurs fois et à chaque fois on m’a dit une chose différente, on m’a annoncé que le procès verbal n’est pas encore parvenu au commissariat, ou qu’ils allaient convoquer l’agresseur et me contacter, mais aucune mesure n’a été prise jusqu’à maintenant.

Selon le témoignage d’Asmaa, sa petite famille est exposée aux mauvais traitements infligés par les membres des autres membres sa famille et de ses voisins qui les attaquent en les insultant et en les calomniant. Même son petit frère âgé de 12 ans est soumis à la violence des enfants du quartier. Mon cousin ordonne aux enfants de violenter mon frère et leur dit: « battez ce chrétien qui a renié sa religion. »

*** L’Observatoire a réalisé cet entretien avec Asmaa le samedi 16 mai 2020 à 17h51).

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.