Par Dr Mohamed CHTATOU

Les gouvernements africains face à la pandémie 

De nombreux pays africains étaient mal préparés pour faire face à l’épidémie d’Ebola qui a éclaté en 2014, et COVID-19 présente un danger bien plus grave car il peut se propager de manière exponentielle, y compris par l’intermédiaire de porteurs asymptomatiques, alors que les gouvernements africains restent limités par la faiblesse des systèmes de santé, les ressources limitées et les contraintes économiques et spatiales qui pèsent sur les mesures de distanciation sociale.

Depuis que l’Égypte a signalé le premier cas confirmé de COVID-19 en Afrique le 14 février, le 3 mai, le continent africain compte 1 689 décès confirmés et 13 383 guérisons pour 40 746 cas enregistrés, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. Le nombre de décès sur le continent qui implique un taux de mortalité bien supérieur à la moyenne mondiale. Ce taux de mortalité élevé, associé au faible nombre de cas confirmés, pourrait refléter le très faible taux de dépistage de COVID-19 en Afrique.

De nombreux gouvernements africains ont fait savoir qu’ils étaient prêts à réagir à la pandémie. Mais il sera difficile de concevoir des mesures qui reflètent la réalité et de s’assurer qu’elles sont efficaces. En Afrique du Sud, par exemple, les groupes sociaux les plus vulnérables luttent pour nourrir leur famille, ne peuvent pas se laver les mains régulièrement car ils n’ont pas accès à l’eau potable et ne peuvent pas s’isoler s’ils vivent dans des bidonvilles surpeuplés.

D’autres pays africains, dont les systèmes de protection sociale sont beaucoup moins développés que ceux de l’Afrique du Sud, sont confrontés à des défis encore plus importants. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le continent ne compte que 1,06 infirmière et sage-femme pour 1 000 habitants. Et les preuves actuelles suggèrent que la croyance selon laquelle le climat tropical de l’Afrique contribuera à supprimer le coronavirus est un mythe.

Dans les semaines et les mois à venir, des millions d’Africains pourraient être infectés par le COVID-19. Des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont récemment estimé que, même dans le scénario le plus optimiste, le virus tuerait 300 000 personnes en Afrique subsaharienne – sans parler des coûts économiques immenses qu’il entraînerait, en raison de la perte de recettes d’exportation, de la rupture des chaînes d’approvisionnement et de l’effondrement de la demande.

Les gouvernements africains doivent donc faire de COVID-19 leur priorité absolue, et concevoir et mettre en œuvre de toute urgence des politiques ambitieuses et bien informées pour le combattre. Après tout, le soutien international – bien que très nécessaire – ne saurait remplacer une action nationale résolue.

Pour commencer, les dirigeants africains doivent tirer des enseignements des pays qui ont déjà connu la pandémie, à l’instar de l’Afrique du Sud qui tire des leçons de la Corée du Sud. En outre, il est vital que les gouvernements collaborent efficacement, partagent leurs expériences de lutte contre le virus, mobilisent des experts – tant locaux que de la diaspora – et renforcent leur coordination avec l’OMS.

En Afrique, chaque gouvernement devrait coordonner l’action des acteurs privés et publics et de la société civile, mais sans recourir à la force. Et si les gouvernements devraient mettre en place des structures organisationnelles semblables à celles du temps de guerre et chercher à maximiser la coordination entre les organismes nationaux et locaux, ils ne devraient pas utiliser la crise comme excuse pour restreindre ou supprimer définitivement les libertés individuelles. Au contraire, les dirigeants politiques devraient encourager le public à les tenir responsables de leur gestion de la crise de la santé publique, et accepter les contrôles et les équilibres du pouvoir gouvernemental.

La gestion de la crise économique à venir sera également cruciale. Cela signifie qu’il faut réduire les dommages causés aux secteurs les plus dynamiques le plus possible et le plus tôt possible, car des activités plus productives ont des retombées plus importantes et sont cruciales pour la reprise et l’emploi à grande échelle. La plus grande erreur serait de mettre toutes les activités économiques sur un pied d’égalité et d’essayer de rendre tout le monde heureux.

Les décideurs politiques devraient plutôt se concentrer sur les industries d’exportation, qui sont vitales pour assurer la liquidité des devises, alléger les contraintes de la balance des paiements et créer des emplois. Il est également essentiel d’encourager les exportations de services et les activités de services à haute valeur ajoutée, ainsi que de garantir un approvisionnement alimentaire abordable.

Coronavirus en Afrique

Les dirigeants africains actuels et passés, les personnalités internationales de premier plan comme l’ancien premier ministre britannique Gordon Brown, et des organisations telles que le Fonds monétaire international -FMI- ont appelé à une plus grande coopération internationale pour soutenir l’Afrique. Mais si l’on en croit la réunion virtuelle du G20 en mars, la résolution de ces gouvernements pour de tels efforts semble limité.

Néanmoins, l’action internationale est essentielle et doit être guidée par plusieurs principes essentiels :

  • Premièrement, tout soutien doit se concentrer sur des mesures sanitaires d’urgence pour aider les pays africains à contrôler la pandémie ;
  • Deuxièmement, la coopération internationale doit inclure une aide au développement pour aider les pays à gérer la crise économique et les besoins humanitaires. Elle doit également comprendre un soutien aux liquidités en devises afin de limiter l’insolvabilité et de protéger les activités économiques essentielles. Et un ensemble de mesures de relance économique, comprenant une nouvelle émission importante de droits de tirage spéciaux du FMI et des conditions favorables pour les pays en développement, est essentiel à une reprise plus rapide ; et
  • Troisièmement, l’allégement de la dette est indispensable. Leurs exportations étant durement touchées, les pays africains ne pourront pas se permettre de payer les 50 milliards de dollars de dettes qui arrivent à échéance cette année. Les actionnaires du FMI et de la Banque mondiale devraient donc prendre l’initiative de renoncer au service de la dette pour les années à venir, et pas seulement pour 2020.

L’allègement de la dette et les nouveaux financements devraient être plus généreux pour les pays africains (généralement non riches en ressources et moins stratégiques sur le plan politique) qui sont le moins en mesure d’emprunter sur les marchés commerciaux et de dépenser pour construire des systèmes de santé. Et bien que la responsabilité soit importante, il serait tout à fait inapproprié de conditionner cette aide à des réformes spécifiques du marché.

Par-dessus tout, la réponse à la situation critique de l’Afrique dans le cadre de COVID-19 doit être rapide et à grande échelle. Dans un monde où le leadership mondial progressiste est rare et où la gouvernance mondiale fondée sur des règles est menacée, c’est l’occasion pour les décideurs africains et internationaux de prendre des mesures décisives.

L’Afrique est réellement défavorisée pour faire face à la pandémie 

Selon l’OMS, le manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base, ainsi qu’une mauvaise hygiène sont à l’origine de près de 90 % des décès dus à la diarrhée, principalement chez les enfants. Si 87 % de la population mondiale a désormais accès à des sources d’eau améliorées, 39 % n’ont toujours pas accès à des installations sanitaires améliorées. En outre, dans les pays en développement, 1,1 milliard de personnes défèquent encore en plein air et le lavage des mains au savon n’est pratiqué, en moyenne, qu’après 17 % d’utilisation des toilettes (2,3).

La diarrhée résulte le plus souvent de l’ingestion d’agents pathogènes provenant de fèces qui n’ont pas été éliminées correctement, ou du manque d’hygiène. Une personne est classée comme ayant la diarrhée lorsqu’elle a plus de trois selles liquides par jour. Au cours d’une diarrhée aiguë, l’absorption des macronutriments a tendance à être élevée, mais lorsque la diarrhée se prolonge pendant 14 jours ou plus, la malabsorption peut devenir grave. Des épisodes répétés de diarrhée entraînent une grande perte de nutriments et de liquides, ce qui provoque une faiblesse générale et une déshydratation. Un déséquilibre électrolytique supplémentaire peut augmenter le risque de mortalité, tandis qu’en termes de morbidité, il y a de plus en plus de preuves d’un fardeau à long terme, comme une croissance et une fonction cognitive altérées.

La prévention primaire de la diarrhée par des interventions dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène repose sur la réduction de la transmission fécale-orale des agents pathogènes et comprend la fourniture d’un meilleur approvisionnement en eau, la planification de la sécurité de l’eau, le traitement et le stockage sûr de l’eau à domicile, l’amélioration des installations sanitaires et l’éducation à l’hygiène. L’amélioration de l’approvisionnement en eau fait référence à des technologies telles que les branchements d’eau domestique, les robinets publics, les bornes fontaines, ou les puits creusés et protégés, les sources ou la collecte des eaux de pluie.

Les installations sanitaires améliorées peuvent comprendre des toilettes à chasse d’eau/à écoulement dans un système confiné, des latrines améliorées (par exemple ventilées, avec dalle) ou des toilettes à compostage. La planification de la sécurité de l’eau prend en compte la gestion de l’eau de la source au robinet. Le traitement de l’eau peut être effectué à la source ou à domicile, et le stockage de l’eau en toute sécurité se fait dans des conteneurs, ce qui empêche la re-contamination de l’eau dans le ménage. L’éducation à l’hygiène peut porter sur un certain nombre de pratiques, notamment le lavage des mains après l’utilisation des toilettes et avant la préparation des aliments.

Malgré une arrivée tardive, le virus COVID-19 s’est rapidement répandu en Afrique subsaharienne ces derniers temps semaines. Au 7 avril, 5 425 cas de COVID-19 ont été confirmés dans 45 des 48 pays d’Afrique subsaharienne. L’insuffisance des capacités de dépistage dans de nombreux pays de la région suggère que ces chiffres sous-estiment très probablement le nombre réel d’infections.

Dépistage du COVID-19

Compte tenu des contraintes budgétaires, la priorité devrait être accordée au renforcement des capacités humaines et techniques de la santé publique pour répondre à la crise COVID-19. Les ressources devraient être consacrées à la protection des travailleurs de la santé, en les équipant de tous les équipements de protection nécessaires pour éviter l’épuisement du stock déjà limité de personnel médical. Des efforts doivent être déployés pour étendre les tests et, dans la mesure du possible, pour mettre en place des tests de surveillance, y compris dans les zones rurales.

Au niveau organisationnel, la mise en place d’un centre de commandement national dirigé par des scientifiques très respectés et la coordination au sein du gouvernement (au plus haut niveau, celui de la santé, de l’économie et des finances) et avec les organisations du secteur privé seront essentielles pour réussir.

Il s’agit là d’importantes leçons tirées de l’expérience de la gestion de la crise Ebola. L’engagement massif de la communauté, qui a permis d’assurer un flux d’informations crédible à la population, a été crucial. Au-delà des villes, la résolution des problèmes au niveau des villages, notamment l’organisation de l’approvisionnement en eau et en savon pour le lavage des mains, la pratique de la distanciation sociale, sera la clé du succès. La résolution des problèmes au niveau communautaire joue un rôle important au Liberia au plus fort de la crise d’Ebola. Cela est essentiellement vrai dans les pays où le gouvernement central manque ou a perdu sa crédibilité auprès de la population.

La mise en œuvre de programmes de protection sociale pour soutenir les travailleurs, en particulier ceux du secteur informel. Les transferts d’argent liquide sont l’instrument le plus utilisé dans la majorité des pays en développement, dont certains pays d’Afrique subsaharienne. Parmi les mesures mises en œuvre, citons les paiements en ligne, les transferts en nature (distribution de nourriture), les aides sociales aux personnes handicapées et aux personnes âgées, les subventions salariales visant à prévenir les licenciements massifs et l’exonération des frais pour les services de base (tels que les tarifs d’électricité et les transactions d’argent mobile).

Réduire au minimum les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire intra-africaines essentielles et maintenir la logistique ouverte pour éviter une crise alimentaire imminente dans la région. L’action des gouvernements pour réduire les

Il est essentiel de lever les barrières commerciales intérieures et de veiller à ce que les travailleurs du système alimentaire puissent aller travailler sans problème. Le financement de l’agriculture et de l’agroalimentaire doit être protégé. Les technologies numériques peuvent aider à anticiper les problèmes et à pallier les pénuries temporaires, ainsi qu’à renforcer la résistance des systèmes alimentaires.

Les systèmes d’alerte précoce en cas de pénurie alimentaire et les systèmes d’approvisionnement alimentaire d’urgence associés devront être adaptés pour attirer davantage l’attention sur les zones rurales et urbaines.

La coordination régionale peut améliorer la réponse politique. À l’heure où les pays choisissent des solutions nationales, des politiques autarciques, ou ont des efforts non coordonnés entre les États, l’Afrique a besoin d’intensifier ses efforts en matière d’intégration économique et d’approfondissement de la coopération régionale.

D’autres facteurs importants et inquiétants sont la présence de personnes vivant dans des conditions défavorables dans les grandes villes, ainsi que les communautés déplacées et réfugiées dans les pays africains, en particulier en Afrique subsaharienne, qui ont été forcées de migrer vers d’autres pays et de vivre dans des environnements non stériles dans les camps.

Alors que des pays riches comme les États-Unis et l’Italie sont confrontés à des épidémies massives du coronavirus, les experts internationaux de la santé et les travailleurs humanitaires sont de plus en plus inquiets de voir le virus ravager les personnes les plus vulnérables du monde : les dizaines de millions de personnes contraintes de quitter leur foyer en raison de conflits violents.

Les camps de réfugiés en Afrique, sont remplis de personnes traumatisées et sous-alimentées qui n’ont qu’un accès limité aux soins de santé et aux installations sanitaires de base, des lieux de reproduction parfaits pour la contagion. Les familles élargies s’entassent dans des abris bâchés avec des sols en terre battue. La nourriture, l’eau et le savon font souvent défaut. Les maladies, de la toux piquante aux maladies mortelles, ne sont pas traitées, ce qui facilite leur propagation.

Jusqu’à présent, les décès dus aux coronavirus en Afrique ont été beaucoup moins nombreux qu’en Europe et aux États-Unis

L’Afrique pourrait devenir le prochain épicentre de l’épidémie de coronavirus, a averti l’Organisation mondiale de la santé. Les responsables de l’ONU affirment également qu’il est probable que la pandémie tuera au moins 300 000 personnes en Afrique et plongera près de 30 millions d’entre elles dans la pauvreté.

La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) – qui a averti que 300 000 personnes pourraient mourir – a demandé un filet de sécurité de 100 milliards de dollars pour le continent, y compris l’arrêt des paiements de la dette extérieure. Selon l’OMS, le virus semble se propager à partir des capitales africaines. Elle a également souligné que le continent manque de ventilateurs pour faire face à une pandémie.

Plus d’un tiers de la population africaine n’a pas accès à un approvisionnement en eau adéquat et près de 60 % des citadins vivent dans des bidonvilles surpeuplés – des conditions où le virus pourrait se développer.

Il y a près de 40 746 cas confirmés en Afrique et au moins 1 689 décès et 13 383 guérisons confirmés, au 3 mai, sur l’ensemble du continent, qui compte une population d’environ 1,3 milliard d’habitants, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine.

L’Afrique du Nord est la région la plus touchée. L’Algérie, l’Égypte et le Maroc ont tous connu des centaines de décès. L’Algérie est le pays qui a connu le plus grand nombre de décès, avec 459.

Ailleurs, l’Afrique du Sud est le pays le plus touché par le virus sur le continent africain. Il compte au 3 mai, 6336 cas de Covid-19 dont 123 décès. Le pays a amorcé ce 1er mai un prudent déconfinement, tandis que la nation la plus peuplée du continent, le Nigeria, enregistre 2388 cas confirmés de coronavirus dont 85 morts, le 3 mai, sur une population de quelque 200 millions d’habitants.

Le Dr Matshidiso Moeti, directeur de l’OMS pour l’Afrique, a déclaré à Tulip Mazumdar, correspondant de la BBC pour la santé mondiale, que les voyages internationaux jouaient un rôle : « Si vous regardez la proportion de personnes qui voyagent, l’Afrique compte moins de personnes qui voyagent à l’étranger« , a-t-elle déclaré. Mais maintenant que le virus est en Afrique, elle dit que son organisation agit en partant du principe qu’il se répandra aussi rapidement qu’ailleurs. L’OMS a vu le virus se propager des grandes villes vers « l’arrière-pays » en Afrique du Sud, au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Cameroun et au Ghana, a déclaré le Dr Moeti.

Nature des effets géostratégiques du virus sur L’Afrique 

Même si le nombre de cas en Afrique est faible à l’heure actuelle, il constitue une menace sérieuse pour le continent. La pandémie s’est également étendue à l’Afrique, comme le confirment les résultats positifs des tests de dépistage du virus, notamment chez les fonctionnaires, les bureaucrates, les gens d’affaires, les artistes et les sportifs, c’est-à-dire ceux qui sont en contact avec le monde extérieur.

Le premier cas de Covid-19 en Afrique est apparu en février 2020 en Égypte. 53 pays africains sur 54 sont désormais touchés par le coronavirus, les Comores ayant annoncé leur premier cas. Quels sont les pays du continent qui recensent des cas, et combien en comptabilisent-ils ?

Ensuite, l’épidémie a rapidement commencé à se propager au Kenya et dans d’autres pays, notamment en Égypte, en Afrique du Sud et au Maroc, respectivement. Le 3 mai, le continent africain compte 1 689 décès confirmés et 13 383 guérisons pour 40 746 cas enregistrés, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine.

Sur les 54 pays africains, 33 font partie des pays les moins développés. En outre, un rapport de 2016 du groupe de réflexion RAND Corporation sur les pays les plus vulnérables aux épidémies d’infection dans le monde indique que 22 pays sur 25 se trouvent sur ce continent.

Malnutrition en Afrique

Par conséquent, presque tous les pays d’Afrique sont défavorisés dans de nombreux domaines, des besoins d’hygiène de base aux infrastructures sanitaires. D’autres facteurs importants et alarmants sont la présence de personnes vivant dans des conditions défavorables dans les grandes villes, ainsi que des communautés de personnes déplacées dans les pays d’Afrique subsaharienne, forcées de migrer vers d’autres pays et vivant dans des environnements non stériles dans des camps. Si le virus se propage dans ces régions où ces personnes dans les camps luttent pour leur vie, ce que les pays d’accueil et la communauté internationale peuvent faire peut nécessiter de sérieuses restrictions et des mesures drastiques.

Malgré toutes ces préoccupations, l’Afrique présente certains avantages par rapport à l’épidémie qui a ravagé des pays d’Asie, d’Europe et des Amériques. Le premier est l’expérience récente du continent avec des virus tels que le virus Ebola, le sida, la malaria et la fièvre de Lassa. Cette expérience apporte un soutien important en matière d’infrastructures pour faire face aux épidémies, mais l’insuffisance des infrastructures sanitaires et les problèmes d’accès à l’eau potable dans une grande partie du continent sont des questions qui suscitent des inquiétudes. D’autre part, le fait que COVID-19 se soit répandu dans les pays africains plus tard que dans d’autres régions du monde peut également être considéré comme un avantage dans la lutte contre la pandémie.

La vitesse de propagation et le niveau d’impact de l’épidémie ont été reconnus très tôt, et des mesures telles que la suspension des vols internationaux, des travaux de désinfection étendus, la suspension des écoles, des pratiques de couvre-feu limitées et la mise en quarantaine ont été mises en œuvre relativement tôt. Mais la communauté internationale doit agir de toute urgence pour surmonter les problèmes chroniques qui entraveront la lutte contre la pandémie dans les pays africains. La lutte doit passer d’un niveau micro à un niveau macro, c’est-à-dire qu’elle doit être mondiale.

L’impact le plus négatif de l’épidémie – qui a déjà commencé à avoir des conséquences dévastatrices sur l’économie et la politique internationales – sur les pays africains dans ces domaines résultera du fait que les prix du pétrole sont tombés à leur plus bas niveau au cours des deux dernières décennies. Certains pays exportateurs de pétrole, tels que l’Algérie, la Libye, le Nigeria, l’Angola, le Congo, le Gabon et la Guinée équatoriale, dont les revenus dépendent du pétrole, ressentiront profondément cette crise à court terme. Le désaccord entre la Russie et l’Arabie Saoudite sur les réductions de production, et l’augmentation massive de la production de Riyad ont entraîné de graves chutes des prix du pétrole. A cela s’est ajouté le déclin rapide de la demande de pétrole en Chine, où la pandémie est apparue, privant les pays africains exportateurs de pétrole associés à ce pays, de leur principale source de revenus.

Le fait que les prix du pétrole restent à ces niveaux n’est pas viable, compte tenu des producteurs qui dépendent des exportations de pétrole et des producteurs de gaz naturel aux États-Unis dont les coûts ont atteint des niveaux insoutenables. Mais il est clair que même si les effets de l’épidémie sont réduits, l’augmentation de la demande ne fera pas trop augmenter les prix du pétrole. On peut donc prévoir que les pays africains, dont la part du pétrole dans le total des exportations dépasse 80 % en moyenne, seront confrontés à une période économique difficile et incertaine.

Les dommages que l’épidémie mondiale causera à l’économie africaine à moyen terme pourraient être bien plus graves que son impact sur la santé. Dans la situation actuelle, les tendances négatives des marchés boursiers, les prix des matières premières, la valeur des monnaies nationales et des taux d’intérêt, ainsi que le blocage ou la réduction de la circulation internationale sont les principaux facteurs déclenchant une crise économique mondiale. Les gouvernements occidentaux tenteront de surmonter cette crise par des programmes d’aide à grande échelle pour les secteurs touchés par l’épidémie, mais il n’est pas possible pour les pays africains qui ne disposent pas des mêmes ressources de mettre en place de tels trains de mesures. Néanmoins, certains pays africains, en particulier ceux où le secteur agricole est florissant, sont susceptibles de surmonter la crise avec relativement moins de dommages.

Un autre développement négatif que l’épidémie entraînera est la possibilité de « tester » les « États en déliquescence » dans les spirales de conflit. En effet, comme le montrent les exemples de la Libye et du Mali, le nombre de pays ouverts aux interventions pourrait augmenter. Un plus grand nombre de pays pourraient tomber sous l’emprise de la pauvreté et de la famine, leurs frontières et leurs identités pourraient être soumises à une différenciation plus sévère, avec une absence de solidarité sociale et des faiblesses dans l’autorité gouvernementale. Parce qu’ils possèdent de riches ressources en hydrocarbures et en minéraux, les pouvoirs régionaux/mondiaux pourraient vouloir intervenir dans ces pays.

En conclusion, la propagation de la pandémie finira par s’arrêter, et le système international trouvera un équilibre, mais la plupart des dommages seront permanents, en particulier pour les pays africains. La crise actuelle, qui frappe lourdement les économies à l’échelle locale, régionale et mondiale, offrira également des opportunités dans sa phase finale, mais pour les exploiter, il faut avoir accès aux capitaux. Si l’on considère que les capitaux ne peuvent être fournis que par l’externalisation dans la plupart des pays africains, la situation ne semble pas du tout agréable. Les initiatives prises par le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et d’autres institutions internationales pour le continent sont donc essentielles dans ce processus.

Relations extérieures de l’Afrique en temps de pandémie

Le partenariat avec l’Afrique a été clairement mis en évidence par les institutions de l’UE comme l’une des principales priorités pour les années à venir, mais la pandémie COVID-19 pourrait menacer une coopération plus étroite. Tel était le thème d’un webinaire organisé le 29 avril 2020 par le Comité économique et social européen (CESE), où les participants ont convenu que la consolidation des chaînes d’approvisionnement et un accord visant à alléger le fardeau de la dette extérieure des pays africains étaient des questions essentielles.

Avant l’épidémie de COVID-19, l’Afrique devait avoir le taux de croissance le plus élevé du monde et les institutions européennes avaient exprimé leur intention d’entamer une nouvelle relation avec les pays africains en tant que partenaires stratégiques. La pandémie a modifié le paysage : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la COVID-19 pourrait causer entre 300 000 et 3,3 millions de décès en Afrique et les effets économiques pourraient être catastrophiques, avec une forte baisse des exportations et une augmentation du chômage et de la pauvreté qui pourrait entraîner la famine, la guerre et la violence.

Terrorisme en Afrique

Malgré tous ces indicateurs négatifs, Luca Jahier, président du CESE, a souligné le fait qu’en mars, la Commission européenne a publié sa nouvelle stratégie pour l’Afrique, qui vise à transformer la région UE-Afrique en un nouveau centre de développement mondial. “Nous sommes à présent dans une ère différente, mais aujourd’hui, plus que jamais, nous devrions nous concentrer sur l’Afrique en tant que priorité essentielle ; ce que nous faisons maintenant aura un impact à l’avenir“, a déclaré M. Jahier.

Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations unies et secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), a convenu qu’il était nécessaire de renforcer les liens entre les économies africaine et européenne, l’UE étant le principal investisseur et partenaire commercial de l’Afrique. Mme Songwe a également souligné la nécessité de travailler sur deux questions clés : la consolidation des chaînes d’approvisionnement et la dette extérieure. Les pays africains ont besoin de liquidités, mais aussi de temps pour trouver comment assurer le service de leur dette, a-t-elle déclaré, en évoquant la nécessité d’un accord avec les pays africains pour annuler ou reporter le paiement de leur dette extérieure.

L’ambassadeur Ranieri Sabatucci, chef de la délégation de l’UE et représentant spécial de l’Union européenne auprès de l’Union africaine, a insisté sur le besoin de transparence sur cette question : Il ne s’agit pas seulement de reporter le service de la dette, nous devons examiner à nouveau le paiement de la dette dans son ensemble et cela doit se faire de manière transparente, car de nombreux acteurs préféreraient y aller bilatéralement. La question de la dette extérieure a également été mentionnée par Luca Jahier, qui a rappelé que 40% de la dette extérieure africaine est entre les mains de la Chine et a avancé l’idée de convertir la dette extérieure en investissements.

L’autre grand défi mentionné par tous les participants était la consolidation des chaînes d’approvisionnement. Comme l’a dit l’ambassadeur Sabatucci, il est difficile de prévoir l’évolution de la crise sanitaire en Afrique, mais ce n’est pas le cas pour la crise économique : il y aura un problème alimentaire en raison de la perturbation des chaînes d’approvisionnement. Stefano Manservisi, ancien directeur général de la Coopération internationale et du développement à la Commission européenne, est d’accord : l’Europe doit restructurer les chaînes d’approvisionnement, mais ce serait une erreur de le faire uniquement en interne ; nous devons en discuter avec les partenaires africains.

Comme l’a souligné Vera Songwe, la solution à la crise alimentaire potentielle en Afrique va au-delà des chaînes d’approvisionnement : Les pays africains doivent travailler sur la manière de stocker leurs produits et d’améliorer le transport, et la technologie est essentielle pour cela.

Dilyana Slavova, présidente de la section spécialisée « Relations extérieures » du CESE, a souligné le rôle important que la société civile peut jouer pour résoudre ce problème : Les organisations de la société civile ont une contribution cruciale à apporter pour assurer l’interconnectivité entre les pays d’Afrique et atteindre le public cible ; elles ont montré leur potentiel en luttant non seulement contre l’épidémie de COVID-19, mais aussi contre la faim.

Mme Slavova a admis que les relations UE-Afrique sont sous tension, mais elle a également exprimé sa ferme conviction que, du fait de la crise, le partenariat se renforcera. Ce point de vue a été partagé par Stefano Manservisi, qui a insisté sur la nécessité de mettre fin à la vieille approche paternaliste envers l’Afrique : Nous ne devons pas cesser de transmettre nos valeurs, mais nous devons comprendre et respecter les autres manières de faire les choses ; nous pouvons faire beaucoup, mais nous devons aussi écouter.

Conflits, terrorisme et violences en temps de pandémie 

Malgré des taux d’infection faibles au début, l’Afrique a vu, depuis quelques semaines, une augmentation du nombre de personnes infectées par le COVID-19. Certains experts prédisent que le pic de la pandémie est encore à venir.

Les pays africains ont été avertis du risque s’ils n’abordent pas le problème de front. Face à cette pandémie, les défis à relever sur le continent sont connus : un mauvais assainissement ; des infrastructures de santé faibles ou inexistantes, non seulement pour prévenir la propagation du virus mais aussi pour le traiter ; le manque de ressources pour prévenir la propagation du virus (par exemple, l’accès à l’eau potable) ; et des difficultés à mettre en œuvre efficacement des mesures de restriction des déplacements (telles que des confinements partiels ou totaux).

COVID-19 complique non seulement les problèmes de paix et de sécurité existants dans de nombreux pays, mais constitue également un problème de sécurité supplémentaire pour ceux qui sont déjà confrontés à des crises. Au 13 avril 2020, l’Afrique de l’Ouest avait enregistré le deuxième plus grand nombre de personnes ayant été testées positives pour COVID-19 en Afrique, après l’Afrique du Nord.

Chômage en Afrique

En Afrique de l’Ouest, la Guinée et le Mali ont organisé des élections malgré la situation politique et sécuritaire dans les deux pays, aggravée par la menace imminente de COVID-19. Dans le premier cas, les appels à l’annulation des élections législatives contestées et d’un référendum problématique visant à modifier la constitution n’ont pas été entendus par le gouvernement d’Alpha Condé. Les élections ont eu lieu le 22 mars. Condé (82 ans) a dû faire face à une forte opposition à son projet de supprimer la clause constitutionnelle qui l’empêche de se présenter pour un troisième mandat.

Au Mali, les élections législatives ont eu lieu le 29 mars, malgré le fait que de nombreuses régions du pays restent très instables. Trois jours seulement avant les élections, l’un des principaux leaders de l’opposition, Soumaïla Cissé, a disparu avec son équipe alors qu’il faisait campagne dans la région centrale du Mali. Ils sont toujours portés disparus et auraient été kidnappés par des groupes armés.

Dans les deux pays, le nombre de personnes testées positives au COVID-19 a depuis augmenté. Pour empêcher la propagation du virus, le Mali a imposé un couvre-feu quatre jours avant les élections législatives tandis que la Guinée a déclaré l’état d’urgence quatre jours après les élections et le référendum controversés, qui ont été entachés par la violence. Bien que la Guinée et le Mali ne soient pas les seuls pays au monde à avoir organisé des élections dans l’ombre du virus, des considérations politiques ou électorales ont pris le pas sur les inquiétudes concernant la propagation du COVID-19.

Ces élections pourraient être confrontées à un sérieux défi en termes de légitimité des représentants élus lors de scrutins dont la participation serait faible. Des questions se poseront également sur la manière dont les élections ont pu contribuer à la propagation du virus, compte tenu de l’incapacité apparente des gouvernements à faire en sorte que la population adhère aux mesures de prévention, notamment en respectant la distance sociale et en fournissant de l’eau et/ou des désinfectants pour les mains dans les bureaux de vote.

En attendant, le Burundi doit organiser des élections présidentielles le 20 mai. Le président Pierre Nkurunziza, qui s’est présenté de manière controversée pour un troisième mandat en 2015 et qui s’est depuis accroché au pouvoir en réprimant la dissidence, sera probablement remplacé par le candidat du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimiye. Rien n’indique que les élections seront reportées.

Malgré les appels des Nations unies (ONU) à des cessez-le-feu dans le monde entier pour stopper la propagation de COVID-19, les combats n’ont pas cessé dans de nombreuses régions du continent africain, pas plus que les attaques terroristes. Le 23 mars, Boko Haram aurait tué environ 92 soldats tchadiens et blessé 47 personnes dans le village de Boma, dans la province des lacs du Tchad, près de la frontière avec le Nigeria et le Niger. Le même jour, l’armée nigériane aurait également subi un coup dur, avec 70 soldats tués.

En représailles, le Tchad a lancé une offensive militaire massive – l’opération colère de Boma – qui, selon le gouvernement, a délogé Boko Haram de la région du lac Tchad. L’armée tchadienne a obtenu des gouvernements du Niger et du Nigeria l’autorisation de suivre Boko Haram sur leur territoire national. De l’avis général, il semble qu’il s’agisse d’une véritable offensive militaire pour tenter d’anéantir Boko Haram.

Le Burkina Faso, le troisième pays d’Afrique de l’Ouest pour le nombre de cas COVID-19 (au 15 avril 2020), n’a pas non plus eu de répit face aux terroristes. Il reste la cible d’attaques terroristes et a tenté de réprimer les menaces tout au long du mois de mars. Parmi les derniers événements signalés, 19 personnes ont été tuées dans un attentat perpétré les 28 et 29 mars.

Le Niger n’a pas été épargné non plus. Le pays a subi et contré plusieurs attentats terroristes au cours du mois de mars.

Les endroits où les conflits se poursuivent sont probablement ceux où le virus pourrait frapper le plus durement, étant donné le chaos, les mauvaises conditions sanitaires et l’absence de systèmes de santé. La République centrafricaine (RCA) est, de ce point de vue, probablement la moins à même de contrebalancer la propagation éventuelle de la pandémie sur son territoire, y compris dans sa capitale Bangui et ses environs. En outre, alors que COVID-19 faisait son chemin sur le sol centrafricain, les combats entre groupes armés rivaux continuaient à faire rage dans le pays.

Un autre pays exposé, le Cameroun, compte le plus grand nombre de cas de COVID-19 (au 15 avril) en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Pourtant, le conflit dans ses régions du nord-ouest et du sud-ouest n’a connu aucun répit. Alors que les forces de défense du Sud-Cameroun ont accepté un premier cessez-le-feu de 14 jours, le conseil d’administration de l’Ambazonia, qui dirige les forces de défense de l’Ambazonia, a refusé de suspendre les combats.

De même, la République démocratique du Congo (RDC) est en proie à l’instabilité et au conflit, en particulier sur son flanc oriental, où elle lutte également depuis deux ans contre l’épidémie d’Ebola. Bien que l’arrivée de COVID-19 dans le pays coïncide avec la fin imminente de la crise Ebola, une épidémie de rougeole en cours a causé plus de 6 000 décès l’année dernière, selon l’Organisation mondiale de la santé. D’autre part, la RDC pourrait tirer parti de son expérience en matière de lutte contre les virus, d’autant plus qu’elle a nommé le chef de l’équipe de réponse à Ebola, le professeur Jean-Jacques Muyembe, pour diriger la lutte contre COVID-19.

Plus inquiétant encore pour la région de l’Afrique centrale au sens large, les pays producteurs de pétrole, qui se remettaient lentement d’un effondrement causé par une chute des prix du pétrole brut en 2014, seront à nouveau touchés par la récente chute spectaculaire des prix du pétrole. Il sera donc beaucoup plus difficile non seulement de faire face à la pandémie dans les prochaines semaines, mais aussi d’absorber les retombées économiques de la COVID-19.

COVID-19 constitue donc un défi sécuritaire supplémentaire pour de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Faire face à cette pandémie tout en continuant à lutter contre le terrorisme et en endiguant d’autres conflits est une tâche herculéenne.

Stress hydrique en Afrique

Le continent est maintenant mobilisé pour trouver une stratégie commune de lutte contre la pandémie et venir au secours des États africains les plus vulnérables, y compris ceux qui sont confrontés à des crises au Sahel. En fin de compte, dans cette lutte, l’Afrique ne peut pas se permettre d’attendre que le salut vienne de l’étranger. En outre, la réponse collective du continent ne sera efficace que si les gouvernements et les autres parties prenantes nationales s’engagent à s’attaquer aux problèmes chez eux.

Comment affronter tous ces défis majeurs à la fois ?

L’impact complet du coronavirus sur l’Afrique ne s’est pas encore fait sentir. Néanmoins, il est clair que les États africains devront prendre des décisions difficiles sur la manière de faire face à la pandémie et à ses conséquences politiques et sécuritaires.

L’Afrique dispose de certains outils importants qu’elle peut déployer pour faire face à cette combinaison unique de défis en matière de santé publique et de sécurité. Certaines parties de l’Afrique peuvent tirer des enseignements de la gestion d’autres maladies, comme l’épidémie d’Ebola. En outre, avec une population dont l’âge moyen est de 19,7 ans, la démographie peut jouer en faveur du continent. Néanmoins, la capacité du continent à surmonter la crise ne doit pas être considérée comme acquise. En outre, la pandémie ne doit pas être utilisée comme une occasion pour les dirigeants africains de s’accrocher à plus de pouvoir en exploitant les catastrophes nationales à des fins politiques.

Partout dans le monde, les efforts pour soutenir les États africains se sont multipliés, mais avec peu de coordination générale. Le G20 s’est engagé à créer un fonds de relance mondial de 5 000 milliards de dollars ; le président français a fait pression pour une suspension de la dette mais n’a réussi qu’à obtenir un gel du paiement de la dette ; la Banque africaine de développement (BAD) a créé un fonds de 10 milliards de dollars ; la Banque mondiale a fait un don de 8 milliards de dollars à l’Éthiopie et le FMI a approuvé un paiement de 147 millions de dollars au Gabon. Le Nigeria, deuxième économie d’Afrique, va recevoir 3,4 milliards de dollars du FMI, 2,5 milliards de la Banque mondiale et 1 milliard de la Banque africaine de développement pour combattre l’impact du coronavirus. Parallèlement, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et la Fondation Jack Ma ont coordonné la mobilisation et la distribution d’une troisième série de matériel sanitaire d’urgence aux 54 États africains.

Malgré ces efforts, la coordination mondiale fait défaut. À ce jour, le Conseil de sécurité des Nations unies ne parvient pas à se mettre d’accord sur des mesures de coopération pour lutter contre la pandémie conformément à l’article 39 de la Charte des Nations unies. Les organisations africaines ont également été lentes à se coordonner. Le président de l’Union africaine (UA), le président Cyril Ramaphosa, a organisé des entretiens collectifs avec l’Éthiopie, le Rwanda, le Sénégal, l’Égypte, le Zimbabwe, la RDC et le Kenya, ainsi qu’avec le directeur général de l’UA, le directeur général de l’OMS et les centres de contrôle et de prévention des maladies de l’UA afin de coordonner et d’atténuer l’impact économique du coronavirus. Il n’existe cependant pas de stratégie ou d’approche multidimensionnelle sur le continent pour lutter contre la pandémie. Et il n’y a guère de réflexion sur les conséquences involontaires de la lutte contre la pandémie, telles que l’impact négatif sur la gouvernance et la sécurité, ainsi que sur les secteurs sociaux et sanitaires.

Au cours de la prochaine décennie, on estime que l’Afrique aura besoin d’une croissance économique annuelle de 8 % pour répondre à ses besoins de développement. La pandémie va considérablement freiner la croissance économique et, pour cette raison, on estime qu’un plan de relance d’urgence de 100 à 150 milliards de dollars est nécessaire pour le continent. Mais ce montant pourrait atteindre 200 milliards de dollars.

Les petites et moyennes entreprises (PME) d’Afrique sont particulièrement vulnérables au choc économique de la pandémie, et jusqu’à 90 % du secteur privé du continent est constitué de PME. Ces PME sont souvent dirigées par des femmes et emploient un nombre important de travailleurs occasionnels et de petits commerçants. La quasi-disparition du secteur du tourisme pendant la crise sanitaire est un autre coup dur : le tourisme en Afrique de l’Est représente environ 8,8 % du PIB, et dans des pays tels que l’Éthiopie, le Kenya et la Tanzanie, le tourisme emploie des millions de personnes, ce qui a amené le East African Business Council à avertir qu’au moins 5,4 milliards de dollars de recettes seront perdus en 2020.

La pandémie survient à un moment où de nombreux pays africains sont déjà confrontés à des chocs économiques. Les pays d’Afrique de l’Est sont confrontés à une invasion de criquets qui menace leur sécurité alimentaire, tandis que certaines parties de l’Afrique de l’Ouest connaissent des sécheresses. Pendant ce temps, les pays exportateurs de pétrole sont fortement touchés par l’effondrement mondial des prix du pétrole.

Peu après que le premier cas de Covid-19 ait été signalé, l’Union africaine a convoqué une réunion des ministres de la santé le 22 février pour élaborer une stratégie à l’échelle du continent et mettre en place un groupe de travail. Connu sous le nom d’Africa Coronavirus Task Force (AFCOR), il est composé de six équipes techniques travaillant en étroite collaboration avec les États membres, l’OMS et le CDC Afrique (Center for Disease Control). L’institution technique de l’UA, qui a été créée pour soutenir les initiatives de santé publique, est en première ligne dans cette course contre la montre.  Début février, seuls le Sénégal et l’Afrique du Sud étaient capables de procéder au dépistage du virus. Le CDC africain a aidé les 55 États membres à renforcer leurs capacités au niveau national, en dispensant des formations sur des priorités essentielles telles que la surveillance des maladies au point d’entrée, la surveillance basée sur les événements (ESB) dans les établissements de santé communautaires et les diagnostics de laboratoire.

Pauvreté en Afrique

Aujourd’hui, grâce au partenariat entre les CDC et l’OMS, 43 pays sont en mesure de procéder à un dépistage, preuve qu’une stratégie coordonnée porte ses fruits. Le CDC Afrique a ciblé trois pays à haut risque pour la propagation du virus : le Nigeria, le Cameroun et le Kenya. L’institution a jusqu’à présent estimé que 850 000 dollars sont nécessaires pour renforcer la capacité de réaction au Covid-19 dans ces pays. Bien que modeste, cette somme permettra non seulement de former et d’améliorer les capacités de diagnostic des laboratoires, mais aussi d’aider les pays cibles à acquérir à la fois des outils statistiques et des techniques efficaces de surveillance de la maladie.

Bien que l’Afrique ne dispose pas des ressources des pays développés, eux-mêmes dépassés par l’ampleur de la crise, son salut réside dans sa capacité à prévenir et à isoler les foyers de contamination. Les pays africains doivent impérativement donc travailler ensemble pour trouver des solutions en mobilisant leurs ressources internes.

Toutes les institutions financières panafricaines sont appelées à soutenir cet effort de guerre. La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a déjà débloqué 120 milliards de francs CFA sous forme de prêts de 15 milliards de francs CFA) à chacun de ses huit États membres. La banque s’est engagée à geler une partie de la dette de ces pays, estimée à 76,6 milliards de francs CFA. La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) a réservé 100 millions de dollars pour soutenir les pays d’Afrique subsaharienne dans leurs efforts pour prévenir et contenir la propagation de la pandémie. La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a annoncé la création d’un mécanisme d’atténuation de l’impact commercial de la pandémie, doté de 3 milliards de dollars, pour aider les banques centrales des pays africains à faire face aux conséquences économiques, y compris les défaillances commerciales, de la pandémie de Covid-19. Ce fonds servira également à soutenir et à stabiliser les ressources en devises des banques centrales des pays membres, leur permettant de soutenir les importations essentielles dans des conditions d’urgence.

Conclusion : pour une solidarité agissante

Tout au long de cette crise sanitaire, l’Afrique doit continuer à garder à l’esprit son objectif de l’Agenda 2063 : faire taire les armes. Et parce que, parfois, rechercher la paix signifie préparer la guerre, une réunion conjointe UA-CEDEAO-G5 Sahel sur le déploiement de 3 000 soldats africains au Sahel s’est tenue le 16 mars à Niamey, au Niger. L’UA va déployer 3 000 soldats supplémentaires pour renforcer les actions des pays du G5 Sahel. Une fois de plus, l’armée tchadienne a été seule à faire face aux attaques meurtrières et presque simultanées de Boko Haram contre ses positions à Boma dans le lac Tchad et d’un convoi de l’armée nigérienne à Konduga dans l’État de Borno.

Espérons que l’appel urgent lancé à l’Afrique et à la communauté internationale par le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, en faveur d’une solidarité opérationnelle dans la lutte contre le terrorisme sera entendu.

Cette pandémie mondiale doit servir à rappeler à l’Afrique l’essence même de ses institutions et la raison d’être de l’AUDA-NEPAD : la mise en commun de ses forces pour surmonter l’adversité, pour sa survie. Le citoyen africain a un sens de la solidarité familiale et communautaire établi de longue date. En prenant soin et en soutenant ses parents, ses familles, ses voisins, ses alliés, il fera comme ses ancêtres, protéger l’humanité. En ces temps troublés, l’Afrique doit donc donner l’exemple et continuer à garder cette solidarité, son héritage le plus noble, vivant en ses enfants. Amen.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu