Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

Le Matin :

• Ben Abdelkader demande le report de l’examen du projet de loi 22.20. Le ministre de la Justice Mohamed Ben Abdelkader a affirmé avoir demandé le report de l’examen du projet de loi 22.20 sur l’utilisation des réseaux sociaux jusqu’à la fin de la période actuelle et la tenue de concertations avec les acteurs concernés. « Au regard des circonstances particulières que traverse notre pays sur fond d’état d’urgence sanitaire, j’ai décidé de demander au Chef du gouvernement et aux membres de la commission ministérielle compétente de repousser les travaux sur le projet de loi 22.20 jusqu’à la fin de la période actuelle et la tenue des concertations nécessaires avec l’ensemble des acteurs concernés », a souligné le ministre. Une telle démarche, a-t-il expliqué, « émane de notre souci de faire en sorte que la version définitive du projet soit en conformité avec les principes constitutionnels pertinents et qu’elle puisse consolider les acquis de notre pays en matière des droits de l’Homme ».

• Covid19 : 54 projets de recherche proposés par l’Université de Fès. Un total de 54 projets de recherche ont été soumis par les laboratoires accrédités de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès, dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus (Covid-19) par la recherche scientifique et l’innovation. Les projets de recherche proposés font suite à l’appel à projets lancé par le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, dans le cadre du programme de soutien à la recherche scientifique multidisciplinaire dans les domaines liés au Covid-19. Les délais de présentation des projets ont été fixés par le ministère au 30 avril 2020.

L’Economiste :

• La garantie CCG pas toujours suffisante! Certains dirigeants de PME ont été surpris de devoir présenter des cautions supplémentaires pour bénéficier des crédits de trésorerie garantis à 95% par la Caisse centrale de garantie (CCG). Il ne s’agit point de frilosité, estiment des banquiers. La caution de l’Etat n’exclut pas une analyse de la solvabilité des emprunteurs. L’engagement de l’entrepreneur est jugé tout aussi important, les banques redoutent en effet que les «crédits-covid» ne soient assimilés à des subventions et n’entraînent une vague d’impayés. Connaissant la lourdeur des procédures de recouvrement, certaines exigent des couvertures supplémentaires. Toutefois, le secteur joue le jeu puisque le taux de rejet des dossiers Damane Oxygène s’établit à 1,4%.

• Quid de la relance du tourisme? Après les secteurs industriels, les députés vont se pencher sur les dégâts causés par la crise actuelle au niveau du tourisme et les perspectives de relance. Une réunion de la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants est programmée aujourd’hui, en présence de Nadia Fettah Alaoui, ministre du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale. Les groupes parlementaires, notamment du PJD, de l’Istiqlal et du MP, ont programmé des questions interpellant la ministre sur les mesures prévues pour limiter les dégâts dans ce secteur et favoriser la reprise après la levée de l’état d’urgence sanitaire.

Aujourd’hui le Maroc :

• Produits pétroliers: Ravitaillement stable, offre abondante. « Dans le cadre du suivi permanent de la situation de l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers, particulièrement avec l’état d’urgence sanitaire décrété par le Maroc en vue d’enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement affirme que l’offre reste stable et suffisante pour couvrir l’ensemble des besoins des ménages et des secteurs productifs durant le mois sacré de Ramadan qui se caractérise par une augmentation de la consommation du Gaz butane », indique un communiqué du ministère. Dès le début de cette crise et dans le cadre d’une approche proactive contre toute éventuelle répercussion du covid-19, le ministère a pris une série de mesures en vue d’éviter des perturbations dans l’approvisionnement du marché national en bouteilles de gaz.

• Test défectueux : Le ministère de la Santé dément. Suite aux informations publiées dans certains journaux et sites électroniques nationaux au sujet de « victimes de fausses analyses » parmi les patients contaminés par le Coronavirus à Casablanca, le ministère de la Santé a souligné, dans un communiqué, que « les techniques utilisées dans notre pays sont les plus fiables, car basées sur la détection de l’ADN du virus et elles sont couramment utilisées par nos laboratoires dans le Royaume pour d’autres maladies ». Dans le cadre de sa politique de communication et en veillant au principe de transparence totale adopté depuis le départ, le ministère indique qu' »il est habituel d’obtenir des résultats différents sur divers échantillons prélevés sur le même patient pendant des jours consécutifs ».

L’Opinion :

• Vers un autre accord de LPL? L’agence de notation internationale, Fitch Rating, vient de dévoiler une note sur l’impact de la pandémie du Coronavirus sur l’économie marocaine. Une pandémie qui causera une récession estimée à 4,5% sur l’année 2020. L’ampleur du choc augmentera les risques à la baisse du profil des crédits souverains, malgré une réponse politique proactive conforme à l’engament des autorités en faveur de politiques économiques prudentes. Pour Fitch Rating, les secteurs de l’automobile, l’aéronautique ou encore le tourisme, paieront un lourd tribut. L’agence de notation note aussi que le Maroc pourrait être amené à conclure avec le FMI un autre accord de ligne de précaution et de liquidité (LPL).

• Covid : L’ASMEX se mobilise! Vu qu’elle ne siège pas au Comité de Veille économique, l’ASMEX a décidé de soutenir l’export à sa manière, notamment en créant un groupe de travail et en mettant en place les dispositifs nécessaires pour assurer le suivi de la situation dans le secteur et s’inscrit en tant que cellule de veille et force de proposition pour le gouvernement afin de prévenir les impacts du Covid-19 et préparer la sortie de crise. Plusieurs mesures ont été mises en avant et des réunions sont sollicitées avec Bank Al Maghrib, le GPBM, les assurances, la Caisse Centrale de Garantie et différents partenaires.

Al Bayane :

• Imtiaz-technologies Covid-19: 34 projets d’investissement retenus. Dans le cadre de l’appel à projets « Imtiaz-Technologies Covid-19 », lancé par l’Agence Maroc PME, le comité de sélection public privé a approuvé 34 projets d’investissement portés par des TPME pour la fabrication de produits et d’équipements utilisés dans la lutte contre cette pandémie. Les activités couvertes par ces projets concernent la fabrication de masques, d’équipement de protection individuelle (combinaisons médicales, blouses de protection…), de dispositifs médicaux, ainsi que de gels hydroalcooliques et de produits désinfectants, indique-t-on dans un communiqué du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie Verte et Numérique. Représentant un montant d’investissement de près de 272 MDH, ces projets retenus permettront de générer 487 emplois à travers 7 régions : Rabat-Salé-Kenitra, Casa-Settat, Marrakech-Safi, Fès-Meknès, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Souss-Massa et l’Oriental, ajoute la même source.

• Benguérir: L’OCP appuie les coopératives locales productives des masques de protection. Le Groupe OCP Site Gantour, appuie et accompagne à travers son programme « Act4Community », les coopératives locales productives des masques de protection au niveau de la province de Rehamna, en vue de freiner la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Ainsi, une équipe du programme « Act4Community » Gantour, en partenariat avec l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir et les autorités locales, a accompagné la coopérative « Créations de Rehamna » pour la production des masques de protection, conformément aux normes de production et de sécurité sanitaire émises par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) et le Comité de veille sanitaire. Cette coopérative a été sélectionnée en se basant sur les normes d’expertise dans le domaine de la couture et de la broderie et l’expérience accumulée en matière de transactions commerciales. Libération :

• La Chambres des représentants approuve trois projets de loi relatifs à l’état d’urgence sanitaire. La Chambre des représentants a approuvé, lors d’une séance publique, trois projets de loi relatifs à l’état d’urgence sanitaire. Selon un communiqué de la Chambre des représentants, il s’agit du le projet de loi N° 23.20 portant approbation du décret-loi N° 2.20.292 édictant des dispositions relatives à l’état d’urgence sanitaire et aux procédures de sa déclaration, du projet de loi N° 26.20 portant approbation du décret-loi N° 2.20.320 relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs et du projet de loi N° 27.20 portant promulgation de dispositions particulières relatives à la gestion des activités des organes de gouvernance des sociétés anonymes et aux modalités de tenue de leurs assemblées générales au cours de la période de l’état d’urgence sanitaire.

• Le palais d’El-Mouradia mobilise ses pions. Mise au banc des accusés pour avoir laissé les populations des camps de Tindouf à l’abandon, dans le contexte de la propagation du Coronavirus, l’Algérie utilise certains de ces pions au Parlement européen pour minimiser l’ampleur de la catastrophe humanitaire et sanitaire dans cette zone de non droit. Tout le monde connaît les camps de Tindouf en temps normal. Mais aujourd’hui avec la propagation du nouveau coronavirus, qui a fait plusieurs victimes, la situation est bien plus grave. Aux inquiétudes européennes, l’Algérie oppose le déni et la manipulation. Pour tenter de colmater la brèche, elle s’accroche à ses bouées de sauvetage trouées au Parlement européen pour minimiser l’ampleur de la propagation du virus dans les camps de Tindouf dont elle a abandonné la gestion aux sbires du polisario. Cette déresponsabilisation de l’Algérie sur cette partie de son territoire aggrave, selon les experts, le risque d’une propagation à une large échelle qui dépasserait le périmètre de la zone en question pour atteindre d’autres régions dans le voisinage immédiat en Afrique, au Maghreb et en Méditerranée.

Al Massae:

• Les recettes publicitaires en baisse. Les répercussions économiques de la pandémie de covid-19 n’ont pas épargné le secteur de l’audiovisuel qui comptait sur le mois de ramadan pour booster ses recettes. Les dernières données font état d’un net recul des recettes publicitaires durant la première semaine du mois sacré qui sont inférieures de 36% par rapport à l’année dernière. Au total, les recettes publicitaires n’ont pas dépassé 166 MDH. Les stations radios ont été les plus impactées par cette baisse, suivis des supports numériques et des chaînes TV. D’après les données d’IMPERIUM DATA PROVIDER, les conditions difficiles que vivent les entreprises a un impact direct sur cette situation.

• Des secteurs vitaux étouffés par le confinement. Le Chef du gouvernement vient d’être alerté sur la situation des milliers de petits commerçants, professionnels et artisans qui ont été obligés de fermer boutique ou réduire le temps de travail conformément aux mesures imposées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. En effet, la Coordination nationale des professionnels au Maroc a adressé une note au chef de l’Exécutif et au Wali de Bank Al Maghrib pour revendiquer des solutions pour cette catégorie de professionnels. La Coordination a, en l’occurrence, proposé un dispositif similaire à celui des crédits dans intérêts mis en oeuvre par le Comité de veille économique en faveur des auto-entrepreneurs, tout en revoyant à la hausse la valeur du prêt avec un taux d’intérêt de 2% pour les crédits ne dépassant pas 50.000 dh.

Akhbar Al Yaoum

• L’OCP de Safi mobilise l’intelligence collective. Des experts de l’OCP Safi ont réussi à faire une révision totale d’une turbine à vapeur (Turbosoufflante) avec changement complet du rotor, jusque-là assuré par une équipe d’experts étrangers acculée à rentrer chez elle à cause du Covid 19. Cette équipe 100% marocaine a pu transformer la crise sanitaire en opportunité, en assurant le fonctionnement normal des installations industrielles les plus lourdes, indique un communiqué du Groupe OCP. L’OCP a, dans ce sens, qualifié de « véritable exploit », cette mobilisation de l’intelligence collective qui a permis à la turbosoufflante de tourner à une cadence de 115% supérieure à la nominale (100%). D’autant plus que la grande révision de ladite turbine se fait une fois tous les dix ans et constitue l’une des machines les plus complexes dans leurs révisions au sein de l’OCP exigeant une très grande précision et des réglages très pointus.

• Le taux de remplissage des barrages atteint 49,7% . Les récentes précipitations ont permis d’améliorer le taux de remplissage des barrages, passant de 46.2% le 18 mars à 49.7 % actuellement, soit une réserve d’eau stockée de 7.75 milliards de m3, selon les données du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau. Au cours de la période allant du 18 mars au 28 avril, le Maroc a enregistré des épisodes pluvieux relativement importants, impactant ainsi favorablement la situation hydrologique sur une bonne partie du territoire national, a souligné le ministère dans un communiqué. Ces précipitations ont généré des apports d’eau importants évalués à environ un milliard et 50 millions m3 au niveau des grands barrages du Royaume. Pour les apports enregistrés au niveau des principaux barrages structurants durant cette même période, le Barrage Mohammed V a vu ses apports atteindre 187 Mm3, relevant son taux de remplissage à 79.3 % (réserve de 189.9 Mm3) et le Barrage Al Wahda 172 Mm3 (taux de remplissage à 62.91%, réserve de 2216 Mm3).

Al Ahdath Al Maghribia:

• Covid-19: 97% des lits de réanimations ne sont pas occupés. Le taux de rémission du Covid-19 a atteint 26.6% de l’ensemble des contaminations, tandis que le taux des décès reste stable à 3.7% contre un taux mondial de 7%. Le spécialiste des maladies infectieuses, Pr Abdelfattah Chakib, a indiqué que la situation pandémique au Maroc est sous contrôle malgré certains rebonds par moments. Le degré de maîtrise de la situation est mesuré principalement par le nombre de lits de réanimation non occupés dans tous les hôpitaux du Royaume, a-t-il expliqué, précisant que seuls 3% des lits de réanimation sont utilisés pour le moment, ce qui représente un taux très faible vu le nombre de cas de contaminations.

• Maroc: Découverte du premier dinosaure aquatique connu au monde. Une équipe internationale de paléontologues a découvert, récemment dans le sud-est du Maroc, les restes du premier dinosaure aquatique connu au monde, le « Spinosaurus aegyptiacus », qui aurait vécu durant la période du Crétacé, il y a quelque 100 millions d’années. Les nouveaux fossiles du Spinosaure marocain, découverts dans le site de Zrigat à une trentaine de kilomètres de la ville d’Erfoud, « fournissent les preuves les plus convaincantes à ce jour à propos d’un dinosaure en mesure de vivre et de chasser dans un environnement aquatique », a expliqué à la presse le professeur Samir Zouhri, du département de géologie à la Faculté des sciences d’Ain Chock à Casablanca. L’équipe de recherche a, par là même, opéré la première découverte de restes crâniens et post-crâniens associés de dinosaure après près de 70 ans de travail paléontologique dans la région, a-t-il fait remarquer. Les chercheurs sont issus de l’Université Hassan II de Casablanca (Maroc), de l’Université de Mercy (USA), de l’Université de Portsmouth (Angleterre) et du Musée des Sciences naturelles de Milan (Italie).

Al Alam

• Les restaurateurs prennent leur mal en patience. Parmi les secteurs les plus touchés par les mesures de l’état d’urgence sanitaire imposant la fermeture de ces établissements depuis le 16 mars. Les 200.000 cafés-restaurants du Royaume revêt une grande importance, eu égard notamment au nombre de postes d’emploi offerts par ce secteur, et qui s’élève à 1.500.000 emplois directs. Ainsi, Noureddine El Harraq, président de l’Association nationale des cafés et restaurants du Maroc, a dévoilé certaines propositions formulées au gouvernement pour alléger les effets de la crise du secteur, parmi lesquelles un report des frais de loyers, une amnistie sur l’impôt annuel pour les deux prochaines années en faveur des propriétaires et une amnistie en faveur des locataires qui concerne toute la durée de la période du confinement.

• Produits alimentaires: 130 infractions constatées durant les cinq premiers jours du Ramadan . Les interventions des commissions mixtes provinciales et locales de contrôle, durant les 5 premiers jours du Ramadan, ont conduit à la constatation de 130 infractions en matière de prix et de qualité des produits alimentaires. Ces interventions ont concerné plus de 8.000 points de production, de stockage et de vente en gros et au détail, indique jeudi le département des Affaires générales et de la gouvernance relevant du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de la commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle des prix et de la qualité.

Assahraa Al Maghribiya :

• Violation de l’état d’urgence sanitaire : 49.274 personnes poursuivies en justice. Un total de 49.274 personnes ont été poursuivies en justice par les différents Parquets auprès des tribunaux du Royaume pour violation de l’état d’urgence sanitaire, dont 2.379 en état de détention et ce, depuis l’entrée en vigueur du décret-loi n° 2.20.292 et jusqu’à vendredi 1er mai à 16h, indique la présidence du Ministère public dans un communiqué. Sur l’ensemble de ces personnes, le taux de poursuites en état d’arrestation ne dépasse pas 4,83%, alors que celui des poursuites en état de liberté est de l’ordre de 95%, indique-t-on de même source, précisant que le recours à la détention provisoire à l’encontre de ces personnes (2.379) était principalement dû au fait que leur violation de l’état d’urgence sanitaire était associée à d’autres délits qu’ils avaient commis, comme l’atteinte aux personnes, vol, trafic de drogue ou violences à l’encontre les fonctionnaires chargés de l’application de la loi.

• Le Maroc se positionne dans la course mondiale aux masques. Les sept millions de masques produits quotidiennement au Maroc permettent au Royaume, en plus de satisfaire la demande interne, de se lancer dans l’exportation et de se positionner dans la course mondiale aux masques, un produit nécessaire en temps de confinement comme en celui de déconfinement, écrit le journal Le Monde. Depuis le mois de mars, le Royaume s’est lancé dans la fabrication de masques grand public 100 % marocains, vendus 0,7 euro l’unité, « une initiative qui a fait la fierté des Marocains et l’admiration de responsables politiques dans le monde », souligne le journal dans sa rubrique Afrique. Sous l’impulsion du ministère de l’industrie et grâce aux subventions du fonds spécial d’urgence abondé par l’Etat et par des donations, dix-neuf usines de textile locales se sont reconverties pour produire des unités à partir de matériau non tissé. « Un exploit qui a permis au Maroc (…), de rendre le port du masque obligatoire depuis le 7 avril », ajoute Le Monde. Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Aggravation du déficit commercial de 3,8% au 1er trimestre 2020. Le déficit commercial s’est accentué de 3,8% à fin mars 2020 pour s’établir à plus de 49,13 milliards de dirhams (MMDH) contre 47,34 MMDH à la même période de l’an dernier, selon l’Office des changes. En effet, les importations et les exportations de marchandises ont enregistré, en glissement annuel, des baisses respectives de 5,1% et de 10,6% à 117,35 MMDH et 68,21 MMDH, indique l’Office des changes qui vient de publier ses indicateurs des échanges extérieurs, précisant que l’évolution de ces indicateurs comporte l’effet de la crise sanitaire liée à la pandémie Covid-19. Le taux de couverture a affiché, pour sa part, une perte de 3,6 points à 58,1%, ajoute la même source.

• Une équipe de l’UCA de Marrakech franchit une nouvelle étape dans les recherches sur la caractérisation des atmosphères des exoplanètes. Une équipe de chercheurs de l’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech vient de franchir une « nouvelle étape importante » dans les recherches relatives à la caractérisation des atmosphères des exoplanètes, notamment une étude sur le potentiel du télescope spatial James Webb (JWST) pour détecter et caractériser les atmosphères des exoplanètes sous-neptuniennes de TOI-270. La recherche menée par cette équipe de l’UCA relevant du Laboratoire de Physique des Hautes Energies et Astrophysique (LPHEA) et de l’Observatoire de l’Oukaïmeden (OUCA), en collaboration avec le « NASA NExSS Virtual Planetary Laboratory » et le « Harvard Smithsonian Center for Astrophysics », vient d’être acceptée pour publication dans la revue « Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (MNRAS) », indique un communiqué de l’UCA.Les résultats de cette recherche ont démontré que « les +SubNeptunes+ sont plus susceptibles d’être des mondes aquatiques que les naines gazeuses. TOI-270c & d pourraient être des cibles privilégiées pour les observations des transits à programmer pour JWST », relève la même source. Bayane Al Yaoum :

• Coronavirus: 5,7 millions de dollars d’aide américaine pour le Maroc. Le gouvernement américain a annoncé avoir accordé une enveloppe de 5,7 millions de dollars au Maroc, dans le cadre du soutien à la lutte contre la pandémie du COVID-19. Cette aide comprend 4 millions de dollars du Fonds de soutien économique (FSE) pour favoriser la reprise socio-économique des populations marginalisées et vulnérables dans les milieux urbain et rural grâce à un programme de transferts monétaires, a indiqué le Département d’Etat dans un communiqué détaillant l’aide sanitaire et humanitaire des Etats-Unis dans différents pays en réponse au coronavirus. Il s’agit également de « 1,7 million de dollars pour l’assistance sanitaire pour aider à préparer les systèmes de laboratoire, activer la détection des cas et la surveillance épidémiologique basée sur les événements, soutenir les experts techniques en matière de réponse et de préparation, renforcer la communication sur les risques, entre autres », précise le communiqué.

• Covid-19: la levée de l’état d’urgence tributaire de l’inflexion de l’indicateur de propagation du virus en deux semaines. La levée de l’état d’urgence sanitaire est tributaire de l’inflexion de l’indicateur « R zéro » de propagation du virus Covid-19 pendant deux semaines, a affirmé le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. Invité de l’émission « Questions du Corona » sur la chaîne 2M, Ait Taleb a mis l’accent sur trois prérequis pour mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur jusqu’au 20 mai. Il s’agit en premier lieu de l’inflexion de l’indicateur « R zéro » qui mesure la reproduction du virus, a-t-il expliqué, précisant qu’il doit être inférieur à 1 sur deux semaines, illustrant ainsi un recul de la moyenne d’individus infectées par une personne contaminée. Les deux autres conditions, a-t-il ajouté, portent sur la diminution du nombre de nouvelles infections ainsi que du taux des cas positifs après la généralisation des tests de diagnostic pour les personnes contacts.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.