Une cour d’appel soudanaise a confirmé, mercredi, la condamnation de l’ancien président Omar El-Béchir à deux ans de détention dans un centre correctionnel, pour corruption, a annoncé l’un de ses avocats.

« La cour d’appel a confirmé la condamnation, mais nous déposerons un recours devant la Cour suprême car nous sommes entièrement convaincus que le dossier est vide », a annoncé l’avocat Hashem Al-Jaali.

L’ex président soudanais a été déclaré coupable de « possession de devises étrangères » et de « corruption » après sa condamnation le 14 décembre par un « tribunal spécial », quelques mois après sa destitution par l’armée, en avril, suite à une contestation populaire inédite.

En décembre, le juge Al-Sadeq Abdelrahmane avait expliqué que l’ex-président serait placé dans un centre correctionnel pour personnes âgées car, selon la loi, toute personne ayant plus de 70 ans ne peut être placée en prison.

El-Béchir est également sous le coup de deux mandats d’arrêt, émis en 2009 et 2010 par la Cour pénale internationale (CPI), pour « crimes de guerre », « crimes contre l’humanité » et « génocide » au Darfour, où 300.000 personnes ont été tuées et des millions d’autres déplacées, en raison d’un conflit qui a éclaté en 2003.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.