Members of Morocco's Interior Ministry Auxiliary Forces walk along a street in the capital Rabat's district of Takadoum on March 27, 2020, as they patrol to instruct people to return to and remain at home as a measure against the COVID-19 coronavirus pandemic. (Photo by FADEL SENNA / AFP) (Photo by FADEL SENNA/AFP via Getty Images)

Une controverse. Les agents d’autorités ont la difficile tâche de faire respecter les mesures de confinement dans de meilleures conditions, non sans problèmes avec les citoyens. Rester confinés chez-soi est devenue une chose acceptée mais nombreux sont ceux qui ne le font pas dans le calme et en respectant la tranquillité de leurs voisins en poussant à fond le volume de leurs appareils émettant la lecture du Coran ou de la musique.

Les agents d’autorités ont souvent été dans l’obligation d’intervenir pour dissuader des citoyens de baisser le son au maximum afin de ne pas déranger les voisins qui compte parfois parmi leurs membres des personnes malades.

Selon le site arabophone Hespress.com, une Caïda (agent d’autorité) dans l’Oriental, près d’Oujda, était ainsi obligée d’intervenir auprès d’un homme âgé pour qu’il baisse le volume de la lecture du Coran sur son appareil, de rester confiné et d’écouter ce qu’il veut sans déranger les autres.

Cette intervention a provoqué une controverse sur les réseaux sociaux. Alors que certains internautes ont considéré que la Caïda ne devait pas intervenir car il s’agissait du Coran, d’autres ont par contre estimé qu’il s’agit de l’application de la loi.

+ Montrer publiquement sa piété ne signifie pas une manifestation de droiture +

Ahmed Assid, universitaire et intellectuel Amazigh, a indiqué à Hespress qu’il y a une lacune chez les Marocains en matière de culture juridique, ajoutant que de nombreux abus sont considérés comme légitimes alors que toutes les questions sont encadrées par la loi, y compris l’appel à la prière au sujet duquel le ministère des affaires islamiques avait publié une note réglementant le niveau du son.

Assid a précisé que l’écoute du Coran ne devrait pas se faire aux dépens des autres. Il a ainsi rappelé qu’une fois à bord du train il a été insulté par un homme parce qu’il avait demandé à ce dernier de baisser le son de la lecture du coran sur son smartphone.

Il a estimé que ces personnes n’ont pas un esprit de civisme et ne connaissent pas leurs droits, soulignant que l’intervention de la Caïda est conforme à la loi avant de souligner que « les Marocains ont besoin d’éducation et d’encadrement » et de critiquer « la la religiosité folklorique basée sur les manifestations extérieures exagérées ».

Pour Assid, « montrer sa piété ne signifie pas une manifestation de droiture. Il est possible que celui qui se vante par sa dévotion soit une personne moralement mauvaise ». « Ces comportements sont principalement dus à une mauvaise éducation, à l’absence de l’idée de coexistence et à l’acceptation de l’autre ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.