Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

Le Matin:

• Covid-19: 27 nouveaux cas confirmés au Maroc, 170 au total. Vingt-sept nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc dans les dernières 24 heures, portant à 170 le nombre total de cas de contamination, a annoncé mardi le directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi. Le nombre de décès dus au virus s’élève à cinq et celui des cas guéris à six, a-t-il précisé dans une déclaration retransmise par la MAP sur sa chaine M24 et RIM RADIO, précisant que jusqu’à présent, 685 cas potentiels d’infection au Covid-19 ont été exclus suite à des tests négatifs au laboratoire.

• Covid-19/Fonds spécial: Les dons des personnes physiques et morales sont déductibles du résultat fiscal. Les contributions sous forme de dons en argent des personnes physiques ou morales au fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19) sont traitées comme des dons revêtant le caractère de charges comptables déductibles du résultat fiscal, annonce la Direction générale des impôts (DGI). « En exécution des Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, un fonds a été créé, intitulé Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19), par décret n° 2.20.269 publié au Bulletin officiel le mardi 22 Rajab 1441 (17 mars 2020). Les personnes physiques ou morales contribuent à ce fonds sous forme de dons en argent pour soutenir cet effort national de solidarité. Les contributions précitées sont traitées comme des dons revêtant le caractère de charges comptables déductibles du résultat fiscal », indique la DGI dans un communiqué.

Aujourd’hui le Maroc

• Cash: les retraits explosent. En août dernier, la banque centrale avait signalé une explosion des retraits en raison des vacances et de l’Aid El Kébir. Cette fois, des informations sur le terrain alertent sur des retraits « massifs » en raison du mouvement de panique provoqué par l’arrivée de la pandémie du coronavirus au Maroc et les décisions de confinement obligatoire qui s’en est suivi. Il est encore tôt de dresser le bilan chiffré des retraits effectués durant les derniers jours qui ont précédé le confinement, des sources s’attendent à un nouveau pic durant les prochains jours à l’occasion du versement des salaires ainsi que des indemnités de la CNSS pour les salariés en chômage technique. Mais ce n’est pas la première crainte des responsables, le début de versement des aides directes pour les familles ayant des membres s’activant dans le milieu informel pourrait ajouter une tension supplémentaire concernant les liquidités sur le marché.

• Le marché financier s’adapte au Covid-19. La place financière revoit ses modes de travail en ce temps de coronavirus. L’activation des plans de continuité d’activité des différents intervenants du marché, suite à la situation sanitaire exceptionnelle, a poussé la Bourse de Casablanca à réaménager ses horaires de cotations. Ainsi, le marché opère , à partir de ce mardi, selon les horaires de cotation appliqués durant le mois sacré de Ramadan, à savoir de 10h00 à 13h30. Les nouveaux horaires de travail sont fixés pour leur part de 9h à 15h. « Cette mesure permet de préserver la santé et la sécurité des partenaires et des collaborateurs, de se conformer aux directives nationales et internationales ainsi que de maintenir l’activité du marché dans le but de répondre aux attentes des investisseurs et des émetteurs », souligne la Bourse de Casablanca.

L’Economiste : • Automobile: Les importateurs-distributeurs s’adaptent difficilement. La pandémie du covid-19 a poussé les constructeurs automobiles ainsi que leurs écosystèmes à suspendre leurs activités de production en Europe et au Maroc. C’est notamment le cas de Renault et PSA qui ont temporairement fermé leurs sites de fabrication dans le pays. Sur le plan commercial, le moins que l’on puisse dire est que les ventes sont devenues quasiment inexistantes depuis les derniers jours. Et pour cause, toutes les concessions automobiles sont fermées. Plus de 80% des membres de l’Aivam ont fermé leurs showrooms, faute de demande. Ainsi, le personnel dans les concessions aurait été mis en congé en attendant des jours meilleurs.

• La crise économique et sociale est là! Dans une étude intitulée: “Pacte économique et solidaire” l’ONG Tizi Paris, un réseau non partisan de jeunes leaders, chercheurs et universitaires dont la mission est de stimuler l’émergence d’une meilleure gouvernance au Maroc, précise que la crise actuelle nécessite trois réponses distinctes. Une triptyque qui repose sur les volets organisationnel, sanitaire et économique. Pour la composante organisation, elle focalise le ralentissement de la propagation du virus, notamment par le confinement et la restriction généralisée des déplacements sur la voie publique. Le volet sanitaire se base sur la préparation et la gestion du système de santé. Quant à la composante économique, elle se décline à travers la mise en place d’un plan de sauvegarde. Il va sans dire, la crise actuelle aura des conséquences multiples sur plusieurs secteurs d’activité.

Al Bayane

• Approvisionnement: quid de la spéculation ? La Commission interministérielle qui pilote le suivi de l’approvisionnement et les contrôle des prix annonce une stabilité des prix de certains produits qui ont affiché une flambée de leurs prix de vente. Néanmoins, le libre jeu du marché est souvent faussé par le jeu de l’intermédiation et de la spéculation qui grève sérieusement le panier de la ménagère. Cette commission, chapeautée par l’Argentier du Royaume et par le département des Affaires générales et de la Gouvernance, qui s’est réunie lundi a fait le constat d’un approvisionnement normal des marchés de tous les produits de base et à grandes consommation. Elle a même confirmé le retour à la normale au niveau des prix de certains produits qui ont connu une forte hausse de leurs tarifs ces dernières semaines et bien avant le confinement sanitaire.

• CGEM/MSEC: mobilisation des start-up face à la pandémie du Covid-19. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), à travers sa Commission « Startups et Transformation digitale », en partenariat avec l’Association Moroccan Start-up Ecosystem Catalysts (MSEC), mobilise l’ensemble des startups marocaines pour accompagner l’élan de solidarité nationale face à la pandémie du COVID-19. Dans le cadre de cette initiative citoyenne baptisée “SolidariTECH”, une dizaine de startups à fort impact opérant notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la sensibilisation ou encore du financement, a mis en place des solutions innovantes et agiles à des problématiques liées au contexte actuel, au profit des citoyens, des entreprises et de l’État, souligne un communiqué de la Confédération. Ces startups seront présentées via une série de capsules qui sera diffusée sur les réseaux sociaux et dans des médias digitaux, explique la même source.

L’Opinion : • Fès: Arrestations pour incitation à attroupement. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Fès ont procédé, tôt lundi, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, à l’arrestation de cinq individus soupçonnés de désobéissance, d’incitation à l’attroupement et d’exposition de la vie de citoyens au danger, à travers la violation de l’état d’urgence sanitaire déclaré pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les mis en cause, âgés entre 26 et 49 ans, ont été interpellés suite aux recherches et investigations intenses menées après leur incitation des citoyens, samedi dernier, à l’attroupement sur la voie publique au niveau de l’ancienne Médina et des quartiers Ain Kadous et Bensouda à Fès, et pour avoir délibérément désobéi et refusé de respecter les mesures préventives prises dans de le cadre de l’état d’urgence sanitaire, dans des conditions à même de porter atteinte à la sécurité et à la sûreté des citoyens.

• Laâyoune: Relogement des SDF. Une vaste opération de relogement des personnes sans domicile fixe (SDF) dans des centres d’accueil et institutions de protection sociale a été lancée dimanche soir à Laâyoune. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de précaution prises par les autorités locales en vue de limiter la propagation du coronavirus (Covid-19). Ainsi, des dizaines de SDF ont été évacués vers un centre d’hébergement du quartier 84 à l’est de Laâyoune, où ils ont pu bénéficier de denrées alimentaires, de vêtements et d’articles d’hygiène, en plus des examens médicaux nécessaires. Selon les autorités locales, il s’agit de préserver la dignité des personnes sans-abri et de veiller à leur protection en tant que catégorie sociale vulnérable, sous la supervision d’équipes spécialisées dans le domaine de la réinsertion sociale et de la qualification éducative.

Rissalat Al Oumma:

• Don de sang: une situation alarmante. Sur sa page Facebook, le directeur de Centre national de transfusion sanguine, Mohamed Benajiba, a tiré la sonnette d’alarme quant à la forte baisse du nombre des donneurs dans les centres régionaux. Benajiba a également exprimé ses inquiétudes face à la baisse accélérée du stock de sang, depuis l’apparition du coronavirus, faisant savoir que les campagnes de don de sang se dérouleront dans tous les postes de police. « En plus de leur effort dans la protection et la préservation de la sûreté des citoyens, les éléments de la police se sont mobilisés depuis ce mercredi dans des campagnes de don de sang au niveau des postes de police à travers tout le Royaume », a-t-il écrit.

• La chloroquine autorisée uniquement aux hôpitaux et aux cliniques. La « chloroquine » ne sera autorisée que pour les hôpitaux et les cliniques. Mohamed Lahbabi, président de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc, a indiqué que le protocole adopté par le ministère de la Santé concernant la « chloroquine » et « l’hydroxychloroquine » ne sera utilisé que dans les hôpitaux et les cliniques, et n’est mis à la vente dans les pharmacies marocaines. Les pharmaciens marocains sont conscients de la gravité de l’épidémie, et c’est pourquoi un ordre leur a été donné pour que ce médicament ne soit délivré à personne, a-t-il ajouté, faisant savoir que tous les stocks de ce médicament ont été retournés à l’État dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Arrêt temporaire de travail : la CNSS détermine les modalités pour bénéficier de l’aide. Une convention de partenariat a été signée entre l’Etat, la CNSS et la CGEM pour l’accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits par la pandémie du coronavirus. Ainsi, la CNSS a été chargée de jouer intermédiaire entre l’Etat et les salariés et de superviser les différentes mesures entreprises pour atténuer l’impact de cette crise sanitaire. Le choix de la CNSS est dicté par sa base de données regroupant l’ensemble des informations sur les entreprises affiliées à la Caisse ainsi qu’une base de données relative aux salariés. Dans un communiqué, la CNSS a défini les modalités de mises en œuvre de l’aide qu’accordera l’État aux salariés et aux entreprises et ce jusqu’à la fin de cette pandémie.

• Violation de l’état d’urgence sanitaire: 113 personnes arrêtées à Salé. Les services de la sûreté provinciale de Salé ont arrêté 113 personnes majeures et neuf mineurs pour avoir refusé de se conformer aux mesures de l’état d’urgence sanitaire préconisées par les autorités publiques pour la prévention et la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les mis en cause, interpellés sur la voie publique, ne disposaient pas d’autorisations de sortie exceptionnelles, alors que plusieurs parmi eux ont été appréhendés à des heures tardives sans aucune justification légale, et ce malgré les campagnes d’orientation et de conseil entreprises par les autorités publiques pour consolider les mesures de prévention et de protection contre la propagation de l’épidémie.

Al Massae :

• Etat d’urgence sanitaire : Abdennabaoui appelle à la fermeté face aux contrevenants. Le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui a appelé les procureurs généraux et les procureurs du Roi, à l’application stricte et ferme du décret de loi relatif à l’état d’urgence sanitaire, en ce qui concerne les dispositions relevant de leurs prérogatives, notamment ouvrir des enquêtes et engager des procès publics concernant les violations aux mesures prises par les autorités publiques dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Abdennabaoui n’a pas manqué d’attirer l’attention des procureurs sur l’importance de soutenir ces mesures préventives et proactives prises par les autorités publiques pour protéger les citoyens et préserver leur santé, notant que le recours aux mesures de contention stipulées dans ledit décret est nécessaire pour dissuader les contrevenants qui mettent en danger la vie et la sécurité des citoyens. • Report de paiement des mensualités: les institutions de microfinance exclues. Alors que plusieurs établissements bancaires ont décidé de reporter le paiement des mensualités des crédits contractés pour leurs clients pour une période de 3 mois renouvelable pour la même durée, les catégories sociales vulnérables impactées par les répercussions de la pandémie du coronavirus et l’incapacité d’honorer leurs engagements se trouvent toujours dans l’impasse. Selon des sources du journal, les institutions de microfinance n’ont pour le moment pris aucune décision pour repousser le paiement des mensualités des micro-crédits contractés par les bénéficiaires. Par ailleurs, plusieurs sources ont exhorté les parties concernées à prendre en considération cette conjoncture difficile et permettre aux bénéficiaires de microcrédits de reporter le paiement des mensualités.

Al Alam : • Bank Al-Maghrib table sur un taux de croissance stable. L’économie nationale se trouve dans une situation délicate à cause des répercussions de la pandémie du Coronavirus, dont les effets négatifs se font ressentir dans plusieurs secteurs. Face à cette conjoncture, il est difficile d’évaluer pour le moment l’ampleur des dégâts matériels sur l’économie nationale surtout après l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. Ainsi, la croissance économique devrait stagner à 2,3% en 2020 selon les estimations de la Banque centrale, expliquant cet état de fait s’explique par l’effet conjugué des conditions climatiques défavorables et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19, la détérioration que connait le secteur du tourisme, la baisse des IDE, la régression des transferts des MRE vers le Royaume et la chute des échanges commerciaux entre le Maroc et plusieurs pays.

• Marchés nationaux: Stabilité des prix des produits les plus consommés dans le Royaume. La Commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et du contrôle des prix et de la qualité a relevé une stabilité des prix pour la plupart des produits les plus consommés au niveau de toutes les régions du Royaume, et ce sur la base des données présentées par les services compétents relevant de tous les départements ministériels concernés par l’approvisionnement, les prix et le contrôle. La Commission s’est arrêtée également, lors d’une réunion tenue sous la présidence du ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration (Département des Affaires générales et de la Gouvernance) pour faire le point sur la situation de l’approvisionnement et des prix des produits de base sur les marchés nationaux, sur la baisse relative des prix de certains produits ayant connu des hausses au cours de la semaine dernière, indique un communiqué de cette instance. La Commission a rappelé, en ce qui concerne l’approvisionnement du marché, qu’en raison des mesures intensives préconisées par tous les secteurs concernés en partenariat avec les professionnels, la situation de l’offre est normale et les marchés sont approvisionnés régulièrement en tous les produits de base et en quantités abondantes qui dépassent la demande dans la plupart des cas.

Akhbar Al Yaoum :• Covid-19 : Plus de 250 bénéficiaires des mesures relatives aux pensionnaires des Centres de protection de l’enfance. Les procédures de changement des mesures relatives aux pensionnaires des Centres de protection de l’enfance ont concerné jusqu’à samedi quelque 251 bénéficiaires, dont des mineurs en différend juridique ou en situation difficile, qui ont été confiés à leurs familles ou ont bénéficié d’autorisations exceptionnelles, a affirmé le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. Ces procédures, indique le ministère dans un communiqué, s’inscrivent dans le cadre des mesures préventives urgentes prises pour affronter la situation exceptionnelle à laquelle fait face le Maroc, et vu les responsabilités du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports quant à la protection des pensionnaires des Centres de protection de l’enfance du danger de la propagation du nouveau coronavirus. Elles interviennent également conformément à la demande formulée par le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement, et présentée au président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et au président du ministère public, pour examiner les possibilités juridiques de changer les procédures prises à l’encontre de ces mineurs, de manière à préserver l’intérêt général et la santé publique, ainsi que pour protéger les cadres administratifs et éducatifs, selon la même source.• Le HCP adapte son activité statistique à la conjoncture sanitaire nationale. Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a annoncé les différentes mesures prises en vue de continuer à assurer ses activités statistiques selon les normes internationales et dans le respect des consignes édictées par les pouvoirs publics pour lutter contre la pandémie Covid-19. Dans une note d’information adressée aux opérateurs et utilisateurs du Système Statistique National, le HCP indique d’emblée que le mode d’entretien direct (face-à-face) avec les ménages et les entreprises, en usage dans ses enquêtes, est remplacé, selon la nature de l’opération statistique, par le mode de collecte en ligne, par téléphone et, dans certains cas spécifiques, par voie postale. A cet égard, le HCP note que les comptes de la nation, notamment les comptes trimestriels, les comptes définitifs de l’année 2017, les comptes semi-définitifs de 2018 et les comptes provisoires de 2019, seront publiés selon les formes et l’agenda prévus par la Norme Spéciale de Diffusion des Données (NSDD), ajoutant que la comptabilité nationale continuera à recourir à la voie postale pour la collecte auprès des entreprises de leurs états financiers.Les indices statistiques, en l’occurrence l’indice mensuel des prix à la consommation, l’indice mensuel des prix à la production et l’indice trimestriel de production industrielle continueront à être publiés conformément à l’agenda prévue par la NSDD, fait savoir la même source.

Al Ittihad AL Ichtiraki: • Tiznit: c’est parti pour le reboisement de l’arganier. Une opération de reboisement de près de 100 ha d’arganier a été lancée récemment au niveau de la commune d’Arbaa Rasmouka (province de Tiznit). Selon un responsable local du HCEFLCD, cette opération de plantation est une tâche routinière qui fait partie du programme de reboisement entrepris chaque année par le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification. Concernant la province de Tiznit, cette opération, qui sera mise en place au niveau de «Tachwarit», vise à protéger le barrage de Youssef Ben Tachfine, à lutter contre l’érosion des sols et à reboiser les arganiers.

Bayane Al Yaoum :

• Un service participatif pour une meilleure communication enseignant-élève. Le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a lancé un service participatif, intégré à la plateforme Massar, permettant aux enseignants de communiquer directement avec leurs élèves et d’organiser des cours à distance via des classes virtuelles. Dans un communiqué, le ministère a indiqué avoir lancé sur le système Taalim.ma un service participatif intégré au système Massar qui offre des fonctionnalités importantes favorisant la communication directe des enseignants avec leurs élèves, l’organisation des cours à distance via des classes virtuelles, l’implication de ceux-ci dans l’opération d’apprentissage par le biais d’exposés, des textes numérisés ou encore les techniques audio-vidéo.

• Le Port de Casablanca assure la continuité de ses activités. Le port de Casablanca a mis en place, en ce moment de crise sanitaire dû au COVID-19, tout un dispositif permettant d’assurer la continuité de ses activités en termes d’accueil des navires et de réception des marchandises, indique l’Agence nationale des ports (ANP). Les mesures arrêtées sur la base des consignes sanitaires et en parfaite concertation avec les différents intervenants portuaires ont démontré leur pertinence, précise l’ANP dans un communiqué, faisant savoir que « le niveau d’activité du port affiche un niveau normal de transit des marchandises ». « Grâce à l’engagement de l’ensemble des partenaires de l’Agence Nationale des ports qui concourent à l’accueil des navires et au transit des marchandises, le fonctionnement du port de Casablanca n’a pas été impacté par les retombés du Covid-19 notamment les produits de première nécessité (céréales, sucre, aliments de Bétail, huile alimentaire …) », souligne le communiqué.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.