« Business is business, camarade après », rappelle ce proverbe anglais du XVIII ère siècle. Et pour cause, le président américain Donald Trump tente de mettre la main sur un vaccin contre le Covid-19 développé par la société allemande CureVac dans le but de le distribuer uniquement aux États-Unis, a révélé, dimanche. le quotidien allemand « Die Welt ».

Selon la même source, Trump chercherait soit à attirer les scientifiques en Amérique à coup de “propositions financières élevées”, soit à s’assurer l’exclusivité de la production du potentiel vaccin.

De son côté, le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer a confirmé la véracité des informations publiées par Die Welt, affirmant lors d’une conférence de presse: « je peux juste dire que j’ai entendu aujourd’hui à plusieurs reprises de la part de membres du gouvernement que c’est exact ».

Et d’annoncer que cette question serait abordé lundi par le « comité de crise » du gouvernement allemand chargé de piloter la lutte contre l’épidémie de coronavirus, qui a touché à ce jour en Allemagne près de 5.000 personnes et fait 12 morts.

+ Le labo affirme être « à quelques mois » de pouvoir présenter un projet pour validation clinique +

De son côté l’agence France Presse a rapporté que le laboratoire allemand CureVac, situé à Tübingen dans le sud-ouest du pays, est un de ceux dans le monde qui travaillent sur un vaccin contre le Covid-19, en bénéficiant de subventions du gouvernement allemand.

Le laboratoire, qui affirme être « à quelques mois » de pouvoir présenter un projet pour validation clinique, a indiqué dans un communiqué que le PDG de la société allemande a été personnellement invité par le président américain le 3 mars à la Maison Blanche pour discuter d' »un développement rapide d’un vaccin contre le coronavirus » avant d’annoncer une semaine plus tard le départ surprise de ce PDG, sans donner de raison.

Pour sa part, le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, s’est félicité de la « décision formidable » de CureVac de refuser les avances américaines.

Berlin estime qu’il est « très important de pouvoir produire des vaccins en Allemagne et en Europe », et a prévenu qu’il pouvait mettre son veto à des projets d’investissement dans des entreprises nationales jugées stratégiques.

« Le gouvernement a la possibilité d’examiner de près des acquisitions d’entreprises allemandes par des Etats étrangers, surtout s’il en va des intérêts de sécurité de l’Allemagne et de l’Europe », a averti le ministère de l’Economie.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.