Par Naïm Kamal – Quid.ma


Lundi 2 Mars. Subitement le chef du gouvernement est pris, aux alentours de 10 h du matin, d’une irrésistible envie de communiquer. Depuis le 8 décembre, presque trois mois jour pour jour, le coronavirus rebaptisé par l’OMS Covid-19, un bon titre pour un film, se balade en Chine et dans le monde sans que vraiment on ait eu envie de dire aux Marocains des choses précises sur la préparation du Maroc à faire face.

Non pas qu’il faille alarmer les citoyens, mais juste leur faire savoir qu’on est là.

Je ne vais pas abonder dans les théories conspirationnistes ni emboiter le pas à Nabila Mounib, incurable gauchiste, en accusant l’impérialisme mondial, mais si l’on fait les comptes, le bilan jusque-là n’est pas si catastrophique, sauf pour les victimes bien sûr : Selon l’organisation mondiale de santé, la grippe saisonnière, dite ordinaire, est responsable, selon les saisons, de 290 000 à 650 000 décès par an dans le monde. En France, pour la saison 2018-2019, elle a fait 8 100 morts. Récemment le directeur de l’OMS pour l’Europe, Hans Kulge, est monté au créneau, le 26 février exactement, pour rappeler que cette grippe ordinaire qui revient toutes les saisons, contre laquelle on dispose de vaccins et qu’on conseille aux personnes âgées ou présentant des pathologies chroniques ainsi qu’aux enfants de moins de 5 ans de se vacciner, fait chaque année plus de 60 mille morts rien qu’en Europe. Depuis le début de l’hiver au 19 février, elle a fait en France 44 morts tandis qu’aux Etats Unis d’Amérique, des chiffres datant du 20 février, publiés par l’agence américaine de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC), la saison actuelle de la grippe [saisonnière], qui est loin d’être terminée, est particulièrement virulente cette année. Elle a déjà envoyé plus de 250.000 Américains à l’hôpital, avec une proportion plus élevée que d’habitude d’enfants et de jeunes adultes. Et elle a tué au moins 14.000 personnes. »

Le Covid-19, qui est certes en phase d’expansion, a touché jusque-là 80 mille personnes sur une population mondiale de presque 8 milliards d’habitants, et vient de dépasser, à peine a-t-on envie de dire, les 3 mille décès. Bien sûr la dangerosité du Covis-19 vient d’un fait qui relève de l’ignorance, on ne le connait pas très bien et on ne sait pas comment il risque d’évoluer, et, surtout de son taux de létalité (le nombre de morts qu’il cause) par rapport à la grippe saisonnière qui devrait plus élevé mais qui reste à vérifier.

Mais revenons à notre chef du gouvernement. Lundi à 17 h, Saâdeddine El Othmani, avec ses cotés l’honorable professeur ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, les traits marqués par la gravité du moment, se pointe devant la presse qu’il encense dans un effort surhumain de séduction. Tout le monde se dit que ça y est, le Covid -19 vient de débarquer, mais le chef du gouvernement se veut rassurant ; Jusqu’à maintenant il n’y a pas de cas confirmé. Mais (parce qu’il y a un mais), il ajoute, en substance : même si cela advenait, il ne faut pas avoir peur, il ne faut pas céder à la panique, il faut continuer sa vie comme si de rien n’était jusqu’à nouvel ordre des autorités. Le Maroc est fin prêt. Il a déjà eu à gérer avec succès d’autres crises épidémiologiques. Passe en revue l’Ebola, l’aviaire, le SRAS, l’H1N1 etc, il a oublié le choléra il y a longtemps. Avec l’aide de dieu même s’il prend au Coronavirus l’envie de nous rendre visite nous sommes prêts à le recevoir avec les honneurs dus à son rang. Suivent les mesures hygiéniques pour se prémunir autant que faire se peut du Covid-19 !

En l’entendant parler, parler, parler, on subodore quelque chose, qu’on met bien volontiers sur le compte de notre paranoïa, c’est plus rassurant, on voit le ministre de la santé sortir répondre au téléphone et revenir, on voit le directeur du département de l’épidémiologie venir lui chuchoter dans l’oreille et on continue à y croire et à ne pas y croire. Jusqu’à deux heures plus tard quand tombe le communiqué annonçant le premier cas détecté. Là on est sûr que la chef du gouvernement, pendant sa conférence de presse, était au courant, au moins, d’un cas fort suspect. Et on se dit que décidément, même face au coronavirus on nous prend pour des con-à-Vénus.

PS : comme d’habitude avec le chef du gouvernement, le Quid n’a pas été convié à ce « diner de cons ». Nous avons pu suivre la conférence grâce à sa retransmission pas nos confrères de Médias24.Merci Nasreddine.

Source : Quid.ma

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.