Clôture. La tenue de la 3è Edition du Forum Maroc-Etats Insulaires du Pacifique dans la ville de Laayoune “constitue un événement diplomatique important”, a déclaré, vendredi, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, M. Nasser Bourita, dans une allocution prononcée en clôture de ce conclave.

“La ville de Laayoune, à l’entrée du Sahara marocain s’est érigée, pour l’occasion, en un point de rencontre symbolique entre les océans Pacifique et Atlantique. Et qui mieux que la capitale de la région de Laayoune-Sakia El Hamra pour accueillir une rencontre Sud-Sud, dans un pays dont le Souverain s’était engagé solennellement à oeuvrer pour +faire entendre la voix et les préoccupations du continent africain et celles des petits pays insulaires en voie de développement, qui sont les plus vulnérables aux changements climatiques+” (Discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant la 70è Session de l’Assemblée Générale de l’ONU, 2015).

Cette rencontre, s’est réjoui le Ministre, offre l’opportunité d’exprimer, encore une fois, “la grande estime que le Royaume porte à l’égard des Etats insulaires du Pacifique et la gratitude pour leur présence de haut niveau et de leur participation distinguée à ce Forum”.
“Quand le Maroc a procédé il y a huit ans à la création de ce Forum, nous avions face à nous deux défis majeurs: le premier lié à la grande distance qui nous sépare et le second au contenu à donner à ce cadre institutionnel extraordinaire”, a rappelé M. Bourita, qui a indiqué qu’au fil des rencontres qui s’en sont suivies, “il nous est apparu que la solidarité ne dépend pas de la géographie et que la coopération ne s’arrête pas à ses frontières”.

C’est bien là, a-t-il souligné, “les fondements de la Vision Eclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, pour la coopération Sud-Sud”. Le Souverain avait en effet souligné, dans le discours prononcé devant le 31è Sommet de l’Union Africaine, en janvier 2017, que “Ma vision de la coopération Sud–Sud est claire et constante: Mon pays partage ce qu’il a, sans ostentation”, a rappelé M. Nasser Bourita.

+ Une volonté de mettre en place une coopération Sud-Sud +

En dépit de la distance, ce qui rapproche le Royaume du Maroc et les Etas insulaires du Pacifique est “bien plus que ce qui les sépare, d’où cette volonté de mettre en place une coopération Sud-Sud édifiée sur le réalisme, l’efficience, la continuité et l’ambition”, a expliqué le Ministre, en tenant bien à préciser que cette “coopération Sud-Sud n’est en aucun cas pour le Maroc un simple slogan et encore moins un titre accrocheur”.

“Nous sommes donc convaincus que la meilleure voie pour rapprocher les distances passe par une coopération effective et une mobilisation continue. Une voie que le Maroc, les pays du sud et les Etats Insulaires du Pacifique empreinteront la main dans la main, sur la base du partage des expériences, de l’intérêt mutuel et d’une coopération gagnant-gagnant”, a insisté le Ministre.

Les défis auxquels sont confrontés les Etats insulaires du Pacifique amis sont des défis mondiaux, qui ne sont exclusifs à cette partie du monde, “mais nous concernent nous aussi”, a fait observer M. Bourita, ajoutant, à ce propos, que la coopération est à même de soutenir et de consolider les efforts nationaux pour le développement, en enrichissant le dialogue sur les meilleures pratiques et les expériences accumulées par les autres pays”.

L’importance de ce 3è Forum, a noté le Ministre, ne réside pas uniquement dans le lieu qui l’a abrité, mais aussi dans la pertinence de ses travaux qui ont été ventilés en quatre axes majeurs, à savoir les changements climatiques, la santé, la sécurité alimentaire, l’enseignement et l’éducation professionnelle.

A la lumière des travaux de ce conclave, des rencontres bilatérales et des discussions constructives tenues par M. Nasser Bourita et les représentants des pays participants, en marge de ce Forum, il a été procédé à la mise en place de feuilles de route, propres à chaque pays, déterminant les objectifs, les domaines de coopération, les moyens financiers engagés pour l’exécution des projets couverts par lesdites feuilles de route et ce, sur la base d’une analyse exhaustive des possibilités de coopération, des échanges d’expertise, et selon les besoins de chaque pays partenaire.

C’est dans ce cadre, a poursuivi le Ministre, qu’il été procédé à l’identification de nombre de mécanismes pratiques, dont l’envoi de délégations d’experts marocains, dans le but d’assurer le suivi de la mise en oeuvre et de l’évaluation des programmes relatifs aux politiques sectorielles des Etats Insulaires du Pacifique, la mise en place de programmes de formation sur la base des besoins, l’accompagnement de ces Etats à renforcer leurs capacités institutionnelles, la contribution effective à l’amélioration de la productivité agricole et des ressources halieutiques et la coordination diplomatique pour assurer la défense des questions liées au changement climatique et l’immigration, à travers des initiatives et propositions communes au sein des plateformes multilatérales.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.