Impair. Des victimes des faux projets de la société « Bab Darna » ont exprimé leur « colère » et « mécontentement », suite aux déclarations inattendues du Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, concernant cette grande affaire d’escroquerie dont ont fait l’objet plus de 840 personnes auxquelles Mohamed El Ouardi, patron de ladite société immobilière, et ses complices ont soutiré plus de 50 milliards de centimes.

Les victimes considèrent les dernières déclarations d’El Othmani au sujet de cette affaire comme étant « irresponsables », « provocantes », « une fuite en avant » et comme un moyen de décliner toute responsabilité du gouvernement, selon le site arabophone Hespress.com.

Mourad Elajouti, membre de la défense des victimes, a estimé qu’en déclarant que l’exécutif n’a rien à voir avec cette affaire d’escroquerie Saad Eddine El Othmani « tente de couvrir le soleil avec un tamis car la responsabilité des services extérieurs du gouvernement ne peut être niée de quelque manière que ce soit », précise la même source.

Elajouti a ajouté que le chef du gouvernement a également déclaré que « le dossier n’a rien à voir avec une autorité publique ou un responsable et est devant la justice… ». « C’est une contre vérité. tous les projets immobiliers subissent un contrôle des services gouvernementaux qui sont chargés de veiller au respect de la loi, et c’est ce que El Othmani essaie de couvrir ».

+ Le scandale « Bab Darna » montre cependant l’existence d’un problème de contrôle du marché immobilier +

Il a également estimé que « le retard pris par le gouvernement dans la publications des décrets relatifs au Fonds de garantie du notaire a contribué à l’aggravation des dommages causés aux victimes de cette affaire, ce qui établit clairement sa responsabilité ».

Le gouvernement avait permis aux promoteurs immobiliers d’obtenir des acomptes auprès des acquéreurs afin de faciliter la réalisation des projets en leur permettant de bénéficier des liquidités financières nécessaires, sans payer d’intérêts, cependant, l’expérience a révélé des lacunes dans cette pratique.

Malgré l’arsenal juridique régissant les transactions immobilières au Maroc, le scandale immobilier de « Bab Darna » montre cependant l’existence d’un problème de contrôle du marché immobilier.

Plus de 800 personnes ont été escroquées par la société « Bab Darna » qui proposait des logements de hauts standing à des prix défiant toute concurrence.

Parmi les victimes figurent des hauts cadres fonctionnaires, de sociétés privées ainsi que des investisseurs et dirigeants de petites entreprises en plus de Marocains résidents à l’étranger.

Article19.ma

2 Commentaires

  1. bonsoir
    Merci le 19. ma, le titre de votre sujet , il est joliment formulé, juste, et vrai . comment le gouvernement de Pays est passive ç ce point ? et qui se dit un pays très SÛR, et ce dans tout. et voilà le contraire qui prouve que ce Gouvernement est nul passif il a manqué à ses devoirs suivants
    1) l’Inspection du travail ils n’ont rien vérifié?
    2) les Chambres de commerces ils n’ont rien vu?
    3) les services des associations immobilières ils n’ont rien vu?
    4) les services communales ils n’ont rien vu?
    5) les renseignements généraux ils n’ont rien entendu
    6) les renseignements intérieurs ils n’ont rien entendu ni rien vu?

  2. Le scandale immobilier de bab darna n’est qu’une petite partie située en aval d’un immense disfonctionnement de l’immobiler au Maroc , en amont il y a le fameux scandale des plans d’aménagements urbains qui sont une vraie catastrophe au profit de lobies et de barons régionnaux.
    Je pense particulièrement au plan d’aménagement urbain de Had Soualem (région de Casablanca-Settat) du temps de Zine El Aabidine Houass (actuellement sous les verrous) et plus particulièrement de la zone de Aïn Saîarrni dans la nouvelle ville satellite de Lakhyayta (El Omrane) où des terrains entourés à 360° par des habitations récentes ont été classés « zone agricole  » ou « réserve stratégique » ou autre appellation farfelue les rendant sans grande valeur pour écoeurer les propriétaires de ces terrains qui vendrons à bas prix leur biens et faire plaisir à certains barons du coin ,lesquels s’empresseront de décrocher des dérogations pour des R+4 ou R+6 vu qu’ils ont les bras très longs et qu’ils l’ont prouvé à maintes reprises.
    Ce scandale de Had Soualem et plus exactement Aïn saïarni ,du fait de ces privilèges exorbitants accordés à certains, plonge encore plus le Maroc vers une féodalité qui ne dit pas son nom.
    Comment voulez-vous que nos jeunes ne fuient pas leur pays devant ces scandales qui leur enlèvent tout espoir de vie meilleure et font qu’ils soient exclus des circuits normaux d’épanouissement.
    Pathétique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.