L’Instance nationale de coordination des associations féminines a annoncé qu’elle a rencontré récemment des représentants du ministère du Travail pour discuter de la question des ouvrières saisonnières dans les champs de fraises en Espagne.

L’Instance comprend la Fédération des droits des femmes, Union de l’action féminine et Association Jossour.

Lors de cette réunion, selon l’instance, la représentante de ce département, qui a indiqué qu’en 2019 le nombre de ces travailleuses s’est élevé à 14572, est revenue sur le processus de sélection des 16000 ouvrières pour la saison 2020 ainsi que sur les conditions de leur travail.

L’instance s’est félicitée d’une « certaine amélioration de l’opération, que ce soit du côté marocain ou espagnol, en adoptant le courrier électronique pour la réception des demandes afin d’éviter les intermédiaires » et aussi en ce qui concerne le logement des ouvrières et le contrôle périodique qui sera assuré par l’inspection du travail espagnole, soulignant, cependant, la persistance de difficultés liées à la nature difficile du travail dans les champs.

+ La nécessité d’améliorer les conditions de travail des ouvrières agricoles +

Selon le site arabophone Hespress, lors de cette réunion, une vidéo destinée à la sensibilisation des ouvrières a également été projetée, a ajouté l’instance, appelant notamment à la nécessité d’associer les acteurs de la société civile à la sensibilisation et au suivi de ces ouvrières et à la mise en place d’un numéro vert à la disposition de ces dernières en cas d’agression et leur exonération du paiement des frais de visa pour l’Espagne.

L’Instance a également souligné la nécessité de renforcer la transparence du processus de sélection des ouvrières au Maroc et leur protection des intermédiaires et d’assurer leur suivi après leur retour au pays afin qu’elle puisse créer des projets générateurs de revenus tout au long de l’année.

Elle a, en outre, mis l’accent sur la nécessité d’améliorer les conditions de travail des ouvrières agricoles dans plusieurs régions au Maroc, et de mettre fin aux accidents meurtriers dont elles sont souvent victimes à cause de l’absence de moyens de transport convenables, appelant le ministère du travail et celui du transport à remédier à ce problème.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.