Depuis plus d’une semaine que les réseaux sociaux critiquent sévèrement cette vidéo qui ressemble à un « hoax ». Une fois encore, la diffusion d’une vidéo sur YouTube montrant un homme portant des habits et parlant avec un accent d’un pays du golfe avec une jeune femme marocaine dans la ville de Tanger, a suscité le mécontentement de nombreux internautes qui ont appelé les autorités compétentes à mettre fin aux pratiques consistant à filmer les gens à leur insue et à poster leurs vidéos sur le web.

Selon le site arabophone Hespress.com, les acteurs des associations de droits humains, particulièrement féministes, ont exprimé, au cours des deux derniers jours, leur mécontentement quant à la façon avec laquelle l’auteur de la vidéo a traité la femme marocaine en exploitant l’image stéréotypée sur les Marocaines qui « préféreraient » les hommes originaire du Golfe.

La vidéo montre une jeune femme marocaine, qui refuse de parler à un autre jeune homme qui s’est adressé à elle en dialecte local, avant de revenir dans une voiture de luxe et portant des habits des pays du Golf et de lui promettre de se marier avec et de lui acheter une voiture, une offre que la jeune femme a accepté.

Toutefois, de nombreux internautes ont exprimé des doutes sur la véracité de la vidéo, appelant à engager des poursuites à l’encontre de la personne qui a posté ces images sur YouTube.

+ Le code pénal, il prévoit un emprisonnement d’un an à 3 ans et une amende de 2.000 à 20.000 dirhams … +

Mohamed El Hainy, avocat à Tétouan, a indiqué à Hespress que la vidéo comprend des insultes et des diffamations en plus du fait de la diffusion d’images et de propos d’une personne sans son consentement, ce qui est punie d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 3 ans.

L’avocat a ajouté que la vidéo porte atteinte à la dignité des femmes marocaines, appelant le procureur du roi à ordonner une enquête à ce sujet, estimant que l’auteur de la vidéo a dépassé toutes les limites.

Il a relevé que « la vidéo n’a absolument rien à voir avec la plaisanterie ou le sarcasme, mais constitue un crime », appelant « les citoyens à plus de prudence, car la loi ne tolère pas de telles transgressions, quelles qu’en soient les intentions ».

Pour rappel, selon l’article 447-1 du code pénal, prévoit des peines d’emprisonnement de 6 mois à 3 ans et une amende de 2.000 à 20.000 dirhams contre toute personne qui capture, enregistre, diffuse ou distribue des paroles ou des informations émises dans un cadre privé ou confidentiel, sans le consentement de leurs auteurs.

La même peine est également infligée à quiconque intentionnellement, par quelque moyen que ce soit, enregistre, diffuse, ou distribue l’image d’une personne alors qu’elle se trouve dans un lieu privé, sans son consentement.

Quant à l’article 447-2 du code pénal, il prévoit un emprisonnement d’un an à 3 ans et une amende de 2.000 à 20.000 dirhams à l’encontre de quiconque procède, par tout moyen, y compris les systèmes informatiques, à la diffusion ou à la distribution d’un montage composé de paroles ou de photographie d’une personne, sans son consentement, ou procède à la diffusion ou à la distribution de fausses allégations ou de faits mensongers, en vue de porter atteinte à la vie privée des personnes ou de les diffamer.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.