C’est au officiel. La fonction publique marocaine comptait en 2019 un effectif civil de 564.549 fonctionnaires, selon une synthèse du Rapport sur les ressources humaines 2020 publiée par le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration.

Au titre de l’année 2019, l’analyse de la répartition, par département, de l’effectif civil du personnel de l’État montre que plus de 90% des fonctionnaires civils dont dispose la fonction publique marocaine sont concentrés au niveau de 6 départements ministériels, selon l’agence MAP.

En effet, le département de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur regroupe presque la moitié de l’effectif civil de l’État (48,6%), suivi des départements de l’Intérieur (23,6%), de la Santé (9,5%), de la Justice (3,5%), de l’Économie et des Finances (3,3%) et de l’Administration Pénitentiaire (2,1%). Les autres départements ministériels réunis emploient 9,4% des fonctionnaires civils, ajoute-t-on.

Par tranches d’âge, la structure de ces effectifs se compose de jeunes fonctionnaires ayant moins de 35 ans, soit près de 25,7% de l’effectif global des fonctionnaires civils de l’État, les fonctionnaires appartenant aux tranches d’âge 35-50 ans et 50 ans et plus qui constituent respectivement 40,5% et 33,8%.

+ La fonction publique compte 34,8% de femmes contre 65,2% d’hommes +

Par genre, le taux actuel de féminisation dans l’administration est de 34,8% contre 65,2% pour les hommes.

Par région, la situation actuelle des fonctionnaires civils de l’État fait apparaître de grandes disparités qui se traduisent par des proportions allant de 23,4% pour la région de Rabat-Salé-Kénitra et de 13,9% pour Casablanca-Settat, à 0,7% dans la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab, précise le ministère.

S’agissant des dépenses du personnel, elles sont passées, entre 2009 et 2019, de 74,03 milliards de dirhams (MMDH) à 112,16 MMDH, soit une évolution globale de 51,51% sur la période et une évolution moyenne de 4,24% par année.

Sur la même période, les dépenses du personnel ont représenté en moyenne près de 10,4% du PIB (compte non tenu des cotisations patronales au titre de la retraite et de la prévoyance sociale), représentant ainsi 31,48% du budget général en 2019.

Le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique a augmenté de 32,21% entre 2009 et 2019, passant de 6.051 DH à 8.000 DH, soit une augmentation annuelle moyenne de 2,83%, relève la même source, faisant observer que, suite aux décisions prises par le gouvernement dans le cadre des différentes sessions du dialogue social, le salaire minimum dans la fonction publique a connu des révisions importantes en passant de 1.885 DH en 2009 à 2.800 DH en 2011 pour atteindre 3.000 DH en 2014 et 3.041 DH en 2019.

Il est à noter que l’évolution de l’effectif des fonctionnaires civils de l’État est la résultante de l’effet conjugué des opérations de créations et de suppressions des postes budgétaires au cours des années antérieures.

Au cours de cette dernière décennie, il a été procédé à la création de 241.124 postes budgétaires, auxquels s’ajoutent 70.000 postes créés au niveau des Académies Régionales de l’Éducation et de la Formation (AREF) pour le recrutement des enseignants, selon le rapport. Quelque 25.572 postes ont été créés au titre du budget général pour l’année budgétaire 2019, fait savoir la même source.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.