Des parlementaires estiment que l’adoption toute l’année de l’heure GMT+1 a contribué à l’augmentation des agressions et ce en obligeant les Marocains à se rendre dans l’obscurité à leurs lieux de travail et aux établissements scolaires.

Dans une question, mardi, du groupe de la Confédération démocratiques du travail (CDT) à la Chambre des conseillers, la parlementaire Touraya Lahrach a soutenu que « l’heure GMT+1 est une des causes de la recrudescence de la criminalité au Maroc, car les citoyens sortent dans l’obscurité la plus totale pour aller travailler et il en va de même pour les écoliers ».

« Les agressions au petit matin ont augmenté après l’adoption de l’heure d’été (toute l’année) à cause de l’insécurité », a affirmé la conseillère de la CDT, dont les propos ont été relayés par Hespress, appelant aussi le gouvernement à assumer sa responsabilité concernant l’augmentation du phénomène du suicide, notamment dans la ville de Chaouen.

+ Le Maroc est un pays sûr ? +

Dans une autre question sur « le droit à la vie sans violence », la même conseillère a mis en garde contre « la montée de la violence politique et économique et des violences faites aux femmes et aux hommes ».

Le ministre d’État chargé des Droits de l’homme et des relations avec le parlement, Mustapha Ramid, a nié, dans sa réponse, l’existence de tout lien entre la recrudescence de la violence et l’adoption de l’heure GMT+1, indiquant que « l’inverse est vrai », en ce sens que l’heure d’été a contribué, selon lui, à réduire les agressions criminelles.

Ramid a souligné que les institutions du pays sont soucieuses de protéger le droit à la vie de tous les Marocains, appelant les familles marocaines à éduquer leurs enfants sur « les valeurs de bonnes conduites, de la paix et des bonnes manières, en plus du rôle de l’école, de la mosquée, des médias et de toutes les institutions concernées ».

Le ministre d’État a estimé que la question de la criminalité « ne doit être ni surestimé ni sous-estimé », soulignant que « le Maroc est un pays sûr » avant de préciser que « le taux d’homicide au Maroc ne dépassent pas 2,1 pour 100.000 décès, alors qu’au plan mondial ce taux ‘élève à 6,1 pour 100.000 morts ».

Et de conclure: « la lutte contre les crimes doit se faire à travers la recherche des solutions économiques et sociales, puis sécuritaires, judiciaires et répressives, et ceci est de la responsabilité de tous ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.