Le Parti authenticité et modernité (PAM) pourrait se retirer des élections dans plus de 200 collectivités territoriales si les cultivateurs rifains poursuivis pour la culture du cannabis venaient à être graciés par les autorités, notamment par le gouvernement Benkirane, affirme Ilyas El Omari.

El Omari, numéro 2 du PAM, justifie cette décision par la volonté des dirigeants de son parti à lancer un défi au islamistes du PJD et leur leader Benkirane, nous explique-t-il.

Il a rappelé à ce propos, le meeting organisé le 17 mai dans la province d’Ouazzane où le député local du parti, avait annoncé que le PAM était est « prêt  » à relever le défi. En fait, la position du PAM vise à mettre fin « aux surenchères » et aux « spéculations politiciennes » qui dénoncent « l’utilisation électoraliste » du thème relatif à la culture du cannabis, ajouta El Omari.

  « Un détail de taille », dit-il, il serait inutile d’amnistier les pauvres cultivateurs du Rif sans supprimer la loi qui les a condamnés en premier lieu. 

In fine, rappelons qu’au Maroc, dans le cadre de la décentralisation du pays, c’est la plus petite subdivision administrative du territoire : les communes sont regroupées au sein de préfectures ou provinces elles-mêmes regroupées au sein de régions. Le découpage administratif de 2009 a fixé leur nombre à 1 503 (221 communes urbaines et 1 282 communes rurales)2, et lors du remaniement territorial de 2015 faisant passer le pays de 16 à 12 régions, leur nombre est resté le même.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.