Une sonnette d’alarme. Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit et de l’exportation, a indiqué que le Maroc figure toujours parmi les pays qui connaîtront en 2020 un taux élevé de faillite des entreprises qui s’élève à 5% contre 7% l’année dernière.

Dans son rapport annuel sur les risques de faillite des entreprises dans le monde au cours de l’année 2020, publié ce mois, la société a souligné que le Maroc est l’un des pays qui enregistrera des taux élevés proches de la moyenne mondiale qui est de + 6%.

Le même rapport, relayé par Hespress, précise que le nombre des entreprises marocaines menacées de faillite en 2020 s’élève à 9.000, contre 8.536 en 2019, 7.944 en 2018 et environ 8.020 en 2017.

Le rapport note, par ailleurs, que le nombre des entreprises menacées de faillite au Maroc s’aggrave d’année en année. En 2007, ce nombre était de l’ordre de 1.729 entreprises, et il a continué d’augmenter au rythme de 1.000 entreprises année après année pour atteindre 9.000 actuellement.

Selon ce rapport, le Chili devrait enregistrer la plus forte augmentation des faillites d’entreprises (21%), suivi par la Slovaquie (12%), la Chine et Singapour (10%), Hong (9%) et la Bulgarie (8%). Les niveaux les plus bas seront enregistrés en Nouvelle-Zélande, en Pologne, en Norvège et en France (0%).

+ Un faible dynamisme de la croissance économique…+

Les conclusions du rapport suscitent ainsi des inquiétudes quant aux niveaux de faillite des entreprises dans le monde qui ont augmenté de 9% en 2019, et cette année, elles devraient augmenter encore de 6% pour la quatrième année consécutive.

L’Asie enregistre la plus forte augmentation des faillites prévue en 2020 (+8%), les États-Unis (+4%) et le Canada (+5%), en plus de nombreux pays d’Europe occidentale, comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Quant à la France, elle devrait retrouver sa stabilité au cours de l’année en cours. Toutefois, le rapport estime que cette situation est préoccupante du fait qu’elle marque la fin de la baisse des cas de faillite d’entreprises françaises.

Par ailleurs, les experts attribuent la hausse du niveau de faillite des entreprises dans le monde à deux facteurs principaux : le faible dynamisme de la croissance économique, en particulier dans les économies avancées et dans le secteur industriel, ainsi qu’aux effets des différends commerciaux, aux incertitudes politiques et aux tensions sociales.

Les auteurs du rapport soulignent que les politiques monétaires en 2020 seront toujours appropriées, mais cela ne suffira pas à compenser la faiblesse de la demande, la concurrence intense sur les prix et les coûts de production élevés, notamment en termes de salaires.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.